Khatira, 15 ans, réfugiée en France

Elle a fui l’Afghanistan avec sa famille. Après plusieurs années en France, elle obtient enfin le droit d'asile. Brut a rencontré Khatira.

”J’ai compris le statut de liberté quand on l’a eu”

Khatira a tout juste 15 ans. En 2018, elle a été obligée de quitter son pays, l’Afghanistan, avec sa famille. La sécurité de son père était compromise, et des personnes voulaient marier la jeune fille de force. Une fois en France, c’est plusieurs années de bataille juridique qui les attendent, elle et ses proches, pour obtenir le droit d'asile. L’année dernière, ils étaient même menacés d’expulsion. Mais maintenant, ils viennent de recevoir le statut de réfugié, et bénéficient de la protection de l'État. “J’étais en train de dormir, c’était pendant les vacances, tranquillement, et quelqu’un a toqué à la porte, et c’était mon père qui était parti pour ouvrir”, se remémore la jeune fille. “Papa, il est venu, m’a réveillée : ‘Khatira, il y a des feuilles, tu peux venir lire ?’ Bah, comme d’habitude, je suis partie pour lire. Et là, j’ai lu ‘statut de réfugié’. J’étais choquée !” À seulement 14 ans, cette jeune Afghane est menacée d'expulsion

À présent, la famille va de l’avant. Tous ont des projets à venir. “Ma mère, elle veut ouvrir un restaurant, elle veut cuisiner des plats traditionnels afghans, français. Papa, il a envie de travailler”, explique-t-elle. “Moi, mon projet, c’est d’avoir d’abord mon brevet et lycée, et tout… Les études, en fait !” Khatira est maintenant une adolescente en sécurité, et heureuse de pouvoir poursuivre ses métiers de rêve : “députée, avocate et médecin.”Je suis heureuse, parce qu'il y a des filles qui ont besoin, qui sont dans la même situation que moi et là, maintenant, ils peuvent sortir leur voix, comme on dit chez nous, ils peuvent se mettre debout sur leurs pieds et demander de l’aide eux-mêmes.” Leen, 14 ans, réfugiée syrienne et championne de France d'échecs

avatar
Brut.