La PMA pour toutes : pour ou contre ?

L'ouverture de la PMA pour toutes les femmes va être débattue à partir de ce mardi à l'Assemblée nationale. On a posé les mêmes questions à Caroline Mecary, avocate spécialisée dans le droit des homosexuels et Aude Mirkovic, juriste et porte-parole de l'association Juristes pour l'enfance, proche de la Manif pour Tous. Duel.

L’Assemblée nationale lance le débat national sur l’ouverture de la PMA pour toutes

À partir du 24 septembre 2019, l’Assemblée nationale débattra de l’ouverture de la PMA pour toutes les femmes. Caroline Mecary, avocate spécialisée dans le droit des homosexuels et Aude Mirkovic, juriste et porte-parole de l'association Juristes pour l'enfance, proche de la Manif pour Tous, ont chacune donné leur avis. Voici ce qu’elles en pensent.

L’assemblée nationale débat à partir de ce mardi 24 septembre du projet de loi bioéthique qui s’intéresse notamment à l’ouverture de la PMA, c’est-à-dire la procréation médicalement assistée pour toutes les femmes.

Caroline Mécary, avocate spécialisée dans le droit des homosexuels, demande la liberté de choix et la sécurité juridique de tous les types de famille : « il faut qu’il y ait de la place pour toutes les manières de faire une famille ».

L’avocate insiste sur le fait qu’une femme hétérosexuelle peut également se retrouver seule avec un enfant. En effet, les couples hétérosexuels se défont en moyenne au bout de 5 ans, informe Caroline Mécary.

Quand à elle, Aude Mirlovic, juriste et porte-parole de l'association Juristes pour l'enfance, trouve qu’il s’agit de « la mesure la plus lunaire du projet de loi » car elle susciterait la précarité et encouragerait de nombreuses difficultés au sein des familles monoparentales.

Une de ses difficultés serait l’absence d’un père. “ Ce n’est pas parce qu’on peut surmonter une difficulté qu’il deviendrait légitime que la loi organise définitivement cette difficulté “, insiste Aude Mirlovic.

Selon Caroline Mécary, ce qui compte est que l’enfant ait des repères, qu’il s’agisse de deux hommes ou de deux femmes. Elle rajoute que de nombreux pères sont totalement absents dans des couples hétérosexuels.

Le duel de l’opinion semble être en bonne voie pour le gouvernement : selon différentes enquêtes, plus de 60% des Français se disent pour l’ouverture de la PMA pour toutes.

Pour en savoir plus, cliquez ici

avatar
Brut.
24 septembre 2019 12:11