Main arrachée lors de la free party à Redon : des témoins racontent

En juin dernier, le jeune homme qui a perdu sa main à Redon lors d'une free party déposait plainte pour violences volontaires et non-assistance à personne en danger. Dans une enquête publiée aujourd'hui, Amnesty International dénonce "le non-respect des droits humains". D'après plusieurs témoins, les secours n'ont pas pu accéder au site. Ils racontent ce qu'il s'est passé…

Main arrachée lors de la free party à Redon : des témoins racontent

🔴 Info Brut : le jeune homme qui a perdu sa main le 19 juin à Redon lors d'une free party a déposé plainte pour violences volontaires et non assistance à personne en danger. D'après plusieurs témoins, les secours n'ont pas pu accéder au site. Ils racontent ce qu'il s'est passé…

Dès minuit, le début d’une soirée extrêmement tendue

Ce sont en tout 7 heures durant lesquelles les forces de l’ordre et les personnes participant à la free party. Une soirée durant laquelle plusieurs personnes sont grièvement blessées, dont un jeune homme qui va perdre sa main. C’est une des grenades utilisées par les gendarmes qui est à l’origine du drame.

Face à l’urgence, les pompiers tardent à intervenir

Après plusieurs appels adressés aux secours, ces derniers n’arrivent jamais au site de la free party. Au moment d’alerter les gendarmes, le journaliste indépendant Clément Lanot reçoit sur le bras, un tir de LBD. Plus tard, les pompiers ne pouvant se rendre sur les lieux, c’est aux participants eux-mêmes qu’est remise la charge d’évacuer le blessé. Ces derniers l'emmeneront finalement vers l'hôpital le plus proche.

Sollicitée par Brut, la préfecture d'Ille et Vilaine n’a pas souhaité faire de commentaires.

avatar
Brut.
20 juillet 2021 06:00