retour

Margot a quitté le marketing pour enseigner les mathématiques dans un collège de REP

Pendant le confinement, Margot a décidé de quitter le marketing. Cette année, elle fait sa première rentrée en tant que professeur de mathématiques dans un collège REP.

Elle a quitté le marketing pour enseigner dans un collège de REP

Pendant le confinement, Margot a décidé de quitter le marketing. Cette année, elle fait sa première rentrée en tant que professeure de mathématiques dans un collège REP.

En France, il est possible de devenir enseignant contractuel avec un diplôme de licence ou un Bac + 2. Titulaire d’un Master de mathématiques, Margot a aussi suivi une formation d’un mois auprès de l’association Le Choix de l’école.

« Il faut vraiment être très, très motivé »

Elle raconte : « Une fois que j’ai trouvé cette asso, je me suis dit : “OK, là je décide que je vais être prof.” Tu postules, t’envoies une lettre de motivation, tu montres ton CV, t’expliques un peu ton parcours et pourquoi tu veux le faire. Après, tu as un entretien, tout le mois de juillet, donc une formation plutôt théorique. Puis l’école ouverte où tu fais du soutien aux élèves… Et la rentrée scolaire. »

Pendant deux ans, Margot va être accompagnée par l’association. « En REP, il y a un besoin vraiment urgent, donc je suis contente de pouvoir participer à ça avec mon énergie de nouvelle prof. Je pense que c’est plutôt sympa. Il n’y a que des jeunes dans le collège. Tu sens que, pour être ici, il faut vraiment être très, très motivé. Moi, en tant que nouvelle, je suis très, très motivée. »

Margot était directrice e-commerce et digital

Avant de devenir professeure, Margot était directrice e-commerce et digital pour une marque de prêt-à-porter. Si elle aimait son travail, plusieurs aspects du milieu la gênaient : « Il y avait quand même quelques problèmes, en particulier la mode et la société de consommation. Tous ces produits de masse, du “gaspillage”, des trucs qui commençaient à me poser problème. »

C’est le confinement qui a motivé la jeune femme à changer de métier. « Une profession qui a du sens, c’est devenu même pas important, c’est devenu indispensable. C’est pour ça que c’est venu un peu comme une évidence pour moi, le métier d’enseignant. J’ai une affinité avec les élèves et j’adore ma matière. J’ai vraiment envie que les petits comprennent que les maths, c’est cool et accessible. C’est ça qui m’a fait vraiment décider sans sourciller. »

01/09/2020 13:39
  • 507.1k
  • 237

174 commentaires

  • Valérie E.
    09/09/2020 21:27

    Un bac + 2 et un mois de formation pour être prof ? C'est quoi ces conneries ?

  • Anne-Marie L.
    08/09/2020 10:46

    👏👏

  • Marie d.
    08/09/2020 05:33

    on va voir si tu penses la même chose que moi

  • Nor I.
    07/09/2020 19:11

    hihi

  • Eva S.
    07/09/2020 16:00

    ça peut peut-être t’intéresser/inspirer ! (bon, pas pour les maths of course haha)

  • Noemie S.
    06/09/2020 07:13

    ce serait intéressant de la revoir en fin d'année pour voir le bilan de son expérience.

  • Sébastien T.
    05/09/2020 19:40

    Je suis ravi pour cette jeune femme et elle sera sûrement très bien avec les élèves. Mais j’ai peur pour l’école publique républicaine! Un mois de formation dispensé par une association et hop prof devant les élèves! Quid d’une réelle formation l’état se décharge complètement ce sont les associations qui vont gérer de former des profs.... je pense qu’on peut fermer les écoles et ouvrir des associations : ça coûtera moins d’argent à l’état.... Bref: cette société me fait peur parfois.

  • Dominique E.
    05/09/2020 17:57

    Pp

  • Emilie C.
    05/09/2020 14:07

    🥰🥰🥰

  • Ama Y.
    05/09/2020 13:12

    Non mais quelle tristesse! Recruter et former des profs en un mois! Je ne comprends la promotion faite par Brut de ce système, ni les gens qui encouragent cette personne et qui confondent son enthousiasme avec ses compétences et le professionnalisme. Whaou, elle va aller au CDI et s'acheter un cartable et des stylos. Être prof, c'est dominer une matière, avoir envie de transmettre, réfléchir à une pédagogie, connaître les programmes, les épreuves pour préparer au mieux les élèves, assurer un suivi avec les élèves et les parents,... et bien sûr aimer son métier. Trêve de superficialité et de bêtises! Bon courage à elle, ses élèves, ses futurs collègues et aux futurs parents d'élèves, ils vont être contents!

  • Hanane O.
    05/09/2020 11:32

    Bravo 🙏👏

  • Mac M.
    05/09/2020 10:19

    elle ne sait pas dans quel monde pourri elle vient de rentrer ^^

  • Amir M.
    05/09/2020 09:35

    Teste la clé ouah. Pas prof de math par hasard. Marre des calculateurs serieux

  • Karine R.
    05/09/2020 05:35

    Ouahh ! Mais c'est un film de propagande !! Personne ne lui a expliqué ce qui l'attend vraiment ! Ce qui serait intéressant c'est d'avoir un retour sur son expérience dans quelques semaines... et puis 1 mois de formation et c'est bon... tu peux y aller ! Bin voyons... Mais bon je lui souhaite bien du courage...

  • Isabelle Z.
    05/09/2020 00:12

    donc, pour les REP, on met des personnes qui n'ont jamais enseigné

  • Meryam J.
    05/09/2020 00:03

    Best of luck for you 💕

  • Ben E.
    04/09/2020 23:45

    Moi le confinement m’a fait comprendre la vie. La vrai vie. Depuis j’ai quitté Paris et le marqueting financial pour cette magnifique province et un travail plus proche de la vie réel. J’élève des chèvres bio sur le le bassin d’Arcachon en leur faisant manger des huîtres. Avec ça on fait du lait 100% vegan ☘️

  • Ju L.
    04/09/2020 21:43

    On dirait moi il y a 6 ans. C'etait il y a 6 ans 🤣 J'aime mon métier mais il n'a rien à voir avec la vision optimiste et édulcorée que je pouvais en avoir. Parce qu'en réalité, si on aime les élèves, les élèves n'aiment pas forcément l'école et l'Institution et nous le font sentir comme les ados qu'ils sont, parce que transmettre un enseignement avec des classes surchargées ça ressemble plus à un combat quotidien qu'à un rêve qu'on s'est fixé, parce qu'on doit faire avec des moyens humains et matériels misérables alors que le Ministère prône des plans et objectifs irréalisables bien loin de la réalité du métier. Alors oui, c'est un metier passionnant mais ça ne correspond pas à cette vision, je l'ai vite compris. Quant au statut des contractuels, il est bien misérable. Ils sont majoritairement seuls, livrés à eux-mêmes, sur 2 voire 3 établissements, à temps partiel malgré eux et sous-payés. Ce serait bien de parler de cette réalité là aussi...

  • Maximilien S.
    04/09/2020 21:43

    Il est ben beau ce collège quand même. Bises à ceux qui y sont encore.

  • Mathilde P.
    04/09/2020 21:23

    Et en attendant vous vous êtes diplômés mais vous avez pas de postes 😅🙄🤯

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Brut.