retour

Mon premier jour en France - Épisode 3 : Soc Lam

"Je pensais que j'étais peut-être au paradis après avoir vécu l'enfer." En novembre 1980, Soc Lam et sa famille atterrissent à Roissy après avoir fui le génocide cambodgien. Il a alors 9 ans. Et son premier jour en France, voilà comment il l'a vécu.

Soc Lam, réfugié du génocide cambodgien, raconte son arrivée en France

En novembre 1980, Soc Lam est âgé de 9 ans. Accompagné de ses parents, il atterrit à Paris pour la première fois. Pour lui, cette arrivée en France symbolise la liberté : sa famille vient d’échapper au génocide cambodgien. Il raconte à Brut.

À son arrivée, Soc Lam et sa famille ont été logés dans une tour de 28 étages, au sein du 18éme arrondissement de Paris. Ils ont vécu plusieures années dans une petite pièce et ont dormi à quatre sur des lits superposés, se souvient Soc Lam. Malgré le manque d’espace, c’était l’endroit où Soc Lam se sentait en sécurité à l’époque. “Je pensais que j’étais au Paradis, après avoir vécu l’enfer”, se rappelle Soc Lam. Rapidement, Soc Lam a été scolarisé dans une classe de deux ans inférieure à son niveau, parce qu’il ne maîtrisait pas le français. Les premiers jours d’école ont été assez difficiles, se souvient Soc Lam. En effet, il se sentait isolé. Il se souvient également des cours approfondis de français, un moyen efficace pour s’intégrer plus rapidement.

“C’est pour se reconstruire qu’on est venu”

Plus tard, Soc Lam et ses parents ont déménagé dans une autre tour, au sein du 13ème arrondissement. Dans ce quartier asiatique, Soc Lam a découvert d’autres personnes d’origine sino-khmère qui ont vécu la même histoire : il n’était plus isolé. Très tôt, Soc Lam a décidé qu’il étudierait le droit. Il confie avoir fait ce choix pour comprendre son histoire, et en particulier le statut spécifique des réfugiés, qu’il ne comprenait pas à l’époque. En effet, pour Soc Lam il s’agit d’une “générosité qu’avait la France d’accueillir les réfugiés”.

21/10/2019 06:16
  • 1.4m
  • 1.3k

471 commentaires

  • Meng H.
    7 jours

    Super témoignage. Nous sommes beaucoup ayant la même histoire que toi. La France nous a adopté. Nous sommes devenus français par notre volonté. Nous devons tout à la France et nous vivons heureux maintenant. Nous sommes français avant tout. Le Cambodge n'est que le pays où nous sommes pour certains nés.

  • Guillaume K.
    21/05/2020 02:04

    Amen

  • AB D.
    07/04/2020 14:07

    Il pensait qu'il était au paradis ! ah non c'est pas le cas

  • Bahram S.
    25/03/2020 11:22

    ya encore 😝

  • Evelyne B.
    10/03/2020 19:29

    👍👏👏👏👏💖💖💖💖

  • Ami T.
    09/03/2020 23:59

    👏🏾👏🏾👏🏾

  • Chn C.
    09/03/2020 21:10

    Certains commentaires oublient que d'autres personnes se sont retrouvées dans ce pays suite à des guerres et/ou de la colonisation, donc bon les histoires "d'intégration positive", ça va deux secondes...

  • Loretta C.
    05/03/2020 12:39

    J’espère que vos parents vous parlaient Cambodgien à la maison 🏠 pour vous permettre d’être bilingue !!!

  • Aimee D.
    19/02/2020 09:31

    Et oui ceux qui ont vécue la misère les guerres savent et sont très reconnaissant envers ceux qui les ont accueillis et ont suivi nos lois c'est pas tous malheureusement

  • Francine S.
    09/02/2020 20:22

    Vous remerciez la France en étant ce que vous êtes. Alors en retour, nous vous remercions. Vous êtes le bienvenu🌹

  • Sandra B.
    08/02/2020 01:43

    trop mimi luiii

  • Jessica B.
    07/02/2020 21:18

    ❤️❤️❤️🙏

  • Ali H.
    05/02/2020 08:02

    La France c,est mon pays préféré .

  • Monica B.
    02/02/2020 00:08

    Bravo c’est touchant temoignage 💕

  • Hammadi D.
    30/01/2020 12:11

    C era una volta la france !

  • Andrée P.
    29/01/2020 12:30

    Ya

  • Kouassi P.
    28/01/2020 22:42

    Un jour je raconterai la mienne mon histoire ❤🇨🇮🇨🇵❤

  • Estella B.
    25/01/2020 10:32

    Belle vie à vous!! C'est ce qui fait la France que l'on aime: sa diversité culturelle !! 🙏❤

  • Ismaelomar M.
    20/01/2020 21:05

    Mais nous africains surtout surtout francophones, c'est toute une autre histoire.je me suis toujours posé la question de savoir à quand notre indépendance ?

  • Dany D.
    12/01/2020 12:53

    On appelait ces pauvres asiatiques des boat peuple on les a accueilli à bras ouvert moi j ai fréquenté un cambodgien à bras ouvert ils ont réussi pas les mêmes études chez eux les études sont très dures et apprendre la langue française qui est difficile

Abonnez-vous gratuitement à myBrut, le magazine digital de la communauté Brut

Abonnez-vous gratuitement à myBrut, le magazine digital de la communauté Brut

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des emails de Brut.