Mon premier jour en France - Épisode 4 : Joel

Joel est ougandais. Après avoir fui son pays, il est arrivé à Paris. Son premier jour en France, voilà comment il l'a vécu.

Joël, jeune ougandais, fuit son pays à cause de son orientation sexuelle. Il raconte son premier jour en France.

Arrivé à la Gare de Lyon, “je n’ai ressenti aucune joie”, avoue Joël. Valises sur le sol, il est resté dans la gare pendant des heures, assis dans un coin. Puis, après avoir pleuré, Joël s'est dit “maintenant il faut se battre” : il était encore en vie.

Joël a quitté l’Ouganda à cause de son orientation sexuelle. Activiste homosexuel et défenseur des droits de l’homme, sa vie a été mise en danger. “Je n’ai jamais rêvé de quitter mon pays”, confie-t-il. Ce qu'il voulait, c'était sauver sa vie. Pour rester en vie, Joël est donc venu en France. Cependant, “démarrer une nouvelle vie c’est très, très, très éprouvant”, confie-t-il. En effet, pour Joël, l’intégration dans le système a été très longue : le temps d’obtenir les papiers, il est interdit de travailler et donc de gagner de l’argent. Mais il faut quand même survivre. “Si tu n’as personne autour de toi qui te connaît vraiment, tu peux finir à la rue”, souligne Joël. De son côté, ayant obtenu le contact d’une connaissance, il a eu la chance de pouvoir être logé pour un premier temps.

“Voilà qui je voulais être toutes ces années en Ouganda”

La première chose que Joël a découvert en France, c’est la possibilité d’avoir sa propre liberté. Son premier travail à Paris était de se produire en spectacle, dans une boite gay. Pour son premier show il se souvient avoir pu imiter Beyoncé. Joël a pu s’habiller comme il voulait, dire ce qu’il voulait, être qui il voulait. “Maintenant, je vis une vie heureuse”, confie-t-il. À présent, Joël a un travail stable, tandis que pendant son temps libre, il continue à faire du théâtre ainsi que ses activités militantes : “je n’ai plus honte de dire qui je suis”, dit-il.

avatar
Brut.