Moussa Marega victime de racisme : le coup de gueule de Rio Mavuba

"On montre des banderoles, on fait des T-shirts, mais ça a aucune efficacité." L'ancien joueur de l'équipe de France Rio Mavuba dénonce l'hypocrisie sur le racisme dans le foot, alors que le joueur du FC Porto Moussa Marega a quitté le terrain en plein match, victime d'insultes.

Le footballeur Moussa Marega victime d’insultes racistes, Rio Mavuba réagit

L’ancien international français déplore le manque de solidarité envers le joueur de Porto Moussa Marega, qui a quitté le terrain après des insultes racistes.

Le 16 février, lors d’un match de son équipe, Porto, Moussa Marega a quitté le terrain après avoir été victime de cris racistes. Juste avant de quitter la pelouse, le joueur avait reçu un carton jaune. Le motif ? Il avait célébré son but avec l'un des sièges du stade qui lui avaient été lancés depuis les tribunes. Rio Mavuba, ancien international français, réagit à cette décision.

« Personne ne réagit, que ce soit l'UEFA, la FIFA, les fédérations des différents pays… »

Je la comprends tout à fait, cette réaction. Certains peuvent penser qu'il donne raison aux abrutis, mais à un moment donné, il y en a marre. Sa réaction est très humaine. Ce que je ne comprends pas, malheureusement, c'est la réaction de ses coéquipiers et de ses adversaires, qui essaient de le retenir sur le terrain. Il faut se mettre à la place du joueur ! Comme je dis toujours, il faut l'accompagner. Si j’avais été son partenaire ou même son adversaire, peut-être que je l'aurais accompagné.

Il n’y a même pas de solidarité. L’arbitre doit faire preuve de pédagogie. Il doit comprendre ce qui se passe. Il n’est pas fou, le joueur, il ne fait aucun acte d'anti-jeu, il demande juste à sortir après ces actes terribles. C'est n'importe quoi. Au final, ça va dans le sens de ce qui se passe depuis longtemps : personne ne réagit, aucune instance, que ce soit l'UEFA, la FIFA, les fédérations des différents pays…

« Aujourd’hui, on a tous les outils pour sanctionner les gens »

Alors oui, on montre des banderoles, on fait des T-shirts, mais ça n’a aucune efficacité. Je pense qu'il va falloir vraiment taper dedans ! En plus, aujourd’hui, on a les images, on a tous les outils pour sanctionner les gens. On voit qui vient dans les gradins et c'est facile, je pense, si on le veut vraiment, de repérer ceux qui n'ont rien à y faire.

Voir ça, c'est scandaleux. C'est choquant. Je suis étonné justement que ça ne choque personne là-haut, dans les instances dirigeantes du foot. On laisse traîner, on va mettre peut-être une petite amende. Mais on sait très bien que pour les clubs de foot, les petites amendes, ça ne fait rien du tout ! Je pense que tant qu'on ne tapera pas dans les points, tant que les clubs ne seront pas sanctionnés, tant que les présidents n'iront pas faire la police dans leurs propres tribunes, ce sera compliqué.

« On a l'impression que les clubs ne veulent pas trop se froisser avec leurs supporters »

En France, par exemple, il y a l'UNFP. Il y a un syndicat. Je pense qu’il faudrait réunir tous les capitaines et que tout le monde soit d’accord : dès qu'il y a un acte raciste, tout le monde quitte le terrain. Je pense que rien que ça, ça montrerait de la solidarité. Peut-être même que ça va faire réagir les supporters qui ont entendu ça, peut-être qu'ils diront eux-mêmes : « C’est bon, il faut le virer, c'est lui. »

J'ai vécu du racisme dans le milieu du foot : à Prague, sur une fin de match, ils avaient pour coutume, après les victoires, de taper dans les mains des supporters. Il y avait peut-être 300 ou 400 supporters, et j'ai peut-être vu sept ou huit mains qui se sont retirées. Alors tu te poses des questions. Et puis, quand tu entends les autres joueurs de couleur - ou pas forcément, les joueurs étrangers également - qui te disent la même chose, tu fais vite le lien. Bien sûr, c'est choquant. D’ailleurs, après cet épisode, je n’ai plus réédité cette coutume qu'ils avaient. On a l'impression que les clubs ne veulent pas trop se froisser avec leurs supporters, c’est quand même très étrange.

avatar
Brut.
17 février 2020 18:21