Précarité étudiante : Sophie témoigne

La précarité chez les étudiants en France, c'est ça. Brut est allé à la rencontre de Sophie, participante à la manifestation contre la précarité étudiante en France, le 12 novembre 2019.

Précarité étudiante : témoignage de Sophie, étudiante à Lyon 2

Le 12 novembre 2019, la colère a rassemblé plusieurs centaines de jeunes pour manifester contre la précarité chez les étudiants en France. Étudiante à l’université Lyon 2, Sophie participe à ce mouvement. Une façon, pour elle, de combattre l’idée reçue “qu’il est facile d’être étudiant”. Brut est allé à sa rencontre.

Sur la pancarte de Sophie, on peut lire “Radiée du CROUS car hospitalisée”. En effet, de gros problèmes de santé ont conduit Sophie à l’hospitalisation. Absente à ses partiels, elle n’a donc pas validé son année et a été obligée de redoubler. Un redoublement qui lui a valu une radiation du CROUS, ainsi que la perte de sa bourse étudiante, son seul revenu. En effet, contrairement aux idées reçues, les étudiants n’ont pas forcément l’aide de leurs parents. Ainsi, l’hiver dernier, Sophie s’est retrouvée à la rue.

“On s’en sort car on est ingénieux”

Recours à Emmaüs, petits boulots au black, colocations dans des petits appartements,… “On est obligés de trouver des manières transversales de vivre”, raconte Sophie. Selon l’étudiante, si le modèle de la colocation a émergé ces 10 dernières années, c’est “parce qu’on n’a pas le choix”. En effet, les prix des loyers ne cessent d’augmenter. Aujourd’hui, la solution de Sophie a été d’emménager avec son compagnon : “Heureusement”, confie-t-elle, mais là encore, “c’est pas le cas de tous les étudiants”, explique Sophie. Actuellement, seuls 6 % des étudiants bénéficient des logements étudiants.

avatar
Brut.
13 novembre 2019 07:24