retour

Sa première nuit dans la rue : Kenny raconte

À 14 ans, Kenny quitte son foyer d'accueil et débarque seul et sans argent à Paris. Son premier jour dans la rue, voilà comment il l'a vécu.

Sans-abri pendant 17 ans, Kenny raconte sa première nuit dans la rue.

En 1999, Kenny avait 14 ans et c’était sa première nuit dans la rue à Paris. Sans argent, sans papiers d’identité, le ventre vide. Par la suite, il a vécu dans la rue pendant 17 ans. Kenny raconte son histoire à Brut.

Famille d’accueil, placement en foyer, fugues à répétition… Pour quitter son quotidien difficile, Kenny s’éloigne du Havre et arrive à Paris. À 14 ans, il se retrouve dehors, seul dans une ville qu’il ne connaît pas. La première nuit, Kenny s’allonge dans un parking, à l’abri. Mais la nuit, la musique du parking est toujours là, tandis que le gaz d’échappement des voitures qui vont et viennent, ne cesse de polluer. Kenny dort mal. Le lendemain matin il sort dehors pour découvrir Paris. Kenny croise des gens dans la rue, mais il n’a pas envie qu’ils sachent qu’il vit dehors, il ne veut pas être jugé. Ce qu’il souhaite c’est faire des rencontres, et surtout “faire partie d’un groupe”.

“Tu peux avoir de la considération pour toi même, mais le fait que quelqu’un d’autre te considère, c’est vital”

Kenny prend l’habitude de traîner dans la rue, notamment à Châtelet les Halles. Dans ce quartier, “des gothiques, des teufeurs, des skateurs, un petit peu de cailleras (…), tout le monde traînait avec tout le monde” raconte-t-il. Pour Kenny, “les personnes que tu rencontres deviennent ta famille”. Aujourd’hui, ça fait plus de 4 ans que Kenny n’est suis plus sans domicile fixe, il a réussi à trouver un CDI dans un magasin. Pourtant, depuis qu’il a son logement, il lui arrive encore de dormir dehors. Pour lui, la rue est devenue une dépendance : “Ça me manquait de dormir à proximité des gens, de me lever et d’être directement dans des foules”. En effet, vivre 17 ans dans la rue l’a changé. “Je deviens meilleur de jour en jour, mais j’ai tellement été abîmé qu’il va falloir du temps”, confie Kenny.

05/11/2019 07:54
  • 3.6m
  • 2.1k

1020 commentaires

  • Maryvonne L.
    un jour

    intéressant. étrange. ou plutôt cela m est étranger

  • Juin d.
    un jour

    Wesh Kenny que de bon souvenir a châtelet !!! Je pensais pas revoir ta tête un jour!!! respect poto Que de bon délire

  • Claude P.
    2 jours

    Beau regard d'un journaliste.

  • Regis L.
    3 jours

    Deja d' etre partí du havre c' est bien

  • Jaques v.
    3 jours

    Respect Kenny un vrai bonhomme

  • Buck F.
    3 jours

    Bravo frérot👍

  • Aurelie M.
    4 jours

    c et vraie la vie a la rue ses comme une famille entre groupe ect…..... bien vue ta de la chance de t en avoir sortie bisou a toi

  • Solange N.
    4 jours

    Témoignage très émouvant

  • Lisa Z.
    6 jours

    ce parcours !!!

  • Lau L.
    6 jours

    trop ouf c’est un de nos parkings parisiens 🙂

  • Lea V.
    6 jours

    Bravo, bon courage pour la suite de votre vie et celle de l’association

  • Ludovic J.
    6 jours

    Alala sacré kenny voir que tu t'en es sorti fait énormément plaisir...je ne t'oublie pas.toi et les autres...réussite ou non! Vous êtes tous dans ma tête.

  • Anama L.
    7 jours

    Bravo Monsieur ! Mais vous n'auriez dû passer pour tout cela. Aucun personne devrait. Mon chapeau 💪👋

  • Richard D.
    02/12/2019 17:53

    Bon courage man j'ai vécu la mémé chose et cause des échappement je peu qui chopé une infection o poumon,et gens chit,grave la seule chose positif j'ai la RH,que pour 2ans attention.+aromatise crâniens j'ai une coque,pas de psy rien nada créve.David de Lille ,bonne chance à toi.

  • Constance R.
    02/12/2019 14:01

    3m06

  • Gerard P.
    02/12/2019 09:48

    un tres grand courage se monsieur

  • Dominique H.
    02/12/2019 06:23

    BRAVO MEC !!!! Et Respect ....

  • Yohann S.
    01/12/2019 16:45

    Bon courage à toi et bravo pour t’en être sorti

  • Biba H.
    01/12/2019 13:23

    Meskine

  • Claire B.
    01/12/2019 12:14

    Pourquoi dans la rue à 14 ans ?? Et l'école alors ?? Et tes parents continuaient-ils à recevoir des allocs familiales ??