retour

Sa première nuit dans la rue : Kenny raconte

À 14 ans, Kenny quitte son foyer d'accueil et débarque seul et sans argent à Paris. Son premier jour dans la rue, voilà comment il l'a vécu.

Sans-abri pendant 17 ans, Kenny raconte sa première nuit dans la rue.

En 1999, Kenny avait 14 ans et c’était sa première nuit dans la rue à Paris. Sans argent, sans papiers d’identité, le ventre vide. Par la suite, il a vécu dans la rue pendant 17 ans. Kenny raconte son histoire à Brut.

Famille d’accueil, placement en foyer, fugues à répétition… Pour quitter son quotidien difficile, Kenny s’éloigne du Havre et arrive à Paris. À 14 ans, il se retrouve dehors, seul dans une ville qu’il ne connaît pas. La première nuit, Kenny s’allonge dans un parking, à l’abri. Mais la nuit, la musique du parking est toujours là, tandis que le gaz d’échappement des voitures qui vont et viennent, ne cesse de polluer. Kenny dort mal. Le lendemain matin il sort dehors pour découvrir Paris. Kenny croise des gens dans la rue, mais il n’a pas envie qu’ils sachent qu’il vit dehors, il ne veut pas être jugé. Ce qu’il souhaite c’est faire des rencontres, et surtout “faire partie d’un groupe”.

“Tu peux avoir de la considération pour toi même, mais le fait que quelqu’un d’autre te considère, c’est vital”

Kenny prend l’habitude de traîner dans la rue, notamment à Châtelet les Halles. Dans ce quartier, “des gothiques, des teufeurs, des skateurs, un petit peu de cailleras (…), tout le monde traînait avec tout le monde” raconte-t-il. Pour Kenny, “les personnes que tu rencontres deviennent ta famille”. Aujourd’hui, ça fait plus de 4 ans que Kenny n’est suis plus sans domicile fixe, il a réussi à trouver un CDI dans un magasin. Pourtant, depuis qu’il a son logement, il lui arrive encore de dormir dehors. Pour lui, la rue est devenue une dépendance : “Ça me manquait de dormir à proximité des gens, de me lever et d’être directement dans des foules”. En effet, vivre 17 ans dans la rue l’a changé. “Je deviens meilleur de jour en jour, mais j’ai tellement été abîmé qu’il va falloir du temps”, confie Kenny.

05/11/2019 07:54
  • 11.4M
  • 4.7K

2550 commentaires

  • Anna B.
    3 heures

    4×triste mais continuez bien!!

  • Sonia P.
    6 heures

    Bravo vous êtes courageux

  • Dehvya D.
    7 heures

    17 ans dans la rue et en parler ainsi. Quelle santé ! Bravooooooo

  • Jennifer R.
    9 heures

    Putain kenny!!!! Ca fait plaisir de te voir (meme si c'est a travers un reportage 😅 ) et de voir que tu t'en es sorti mon pote!!! J'espère que cette lancée ne s'est pas arrêté mais toi même tu sais cmt rester en orbite... Jsuis repasser l'année dernière sur beaubourg et j'ai croisé brahms....des fois ca fait du bien de revoir des têtes même si on s'en sort et que ça nous éloigne.... On se perd jamais, on ne fait que se retrouver 😘😘

  • Houaria A.
    16 heures

    Je pense qu aujourd’hui avec le covid il a du s abituer à rester chez lui !!

  • Nora H.
    17 heures

    Bravo et courage fier de vous 🙏♥️

  • Kari F.
    17 heures

    Une belle leçon de vie ! Je vous souhaite de tout coeur de vous reconstruire 👍

  • Jessica R.
    17 heures

    🦋

  • Michèle C.
    19 heures

    bien triste vie pour certains !!!

  • Mo F.
    20 heures

    https://www.youtube.com/watch?v=257kXiQr3ZM&t=41s

  • Mkl F.
    21 heures

    17 ans dans la rue et les clandestins sont logés, nourris et blanchi... 👏👏👏

  • Melissa N.
    un jour

    Qu'un immigré soit sdf ou sans abris cest normal, il n'a pas de Racines en europe ni peut etre de famille... mais un europeen sdf ! Je comprends pas . Ou est passé sa famille? Ses parents, ses freres et soeurs ???

  • Céline B.
    un jour

    Un mec bien... Bravo ❤️

  • Lamstaes A.
    un jour

    J'ai moi même connu cette situation dormir dans un parking souterrain.... avec la musique et les pot d'échappement..

  • Patrick L.
    un jour

    Wow ! Quel parcours émouvant !

  • Corinne L.
    un jour

    En effet, errance famille d'accueil défaillante, foyers où reigne la violence et manque de chaleur humaine...décidément on évolue pas vite...y a tout à faire pour ces enfants sacrifiés et on parle, et on en parle mais sans que rien ne bouge....

  • Lucas D.
    un jour

    Il s'en n'est sorti depuis

  • Chantal P.
    un jour

    Bravo monsieur pour votre résilience et votre courage. La prochaine étape serait de trouver une compagne et que vous puissiez fonder une famille. A votre rythme, bien sûr 🙂

  • Josiane L.
    un jour

    c hapeau monsieur vous etes courageux mais vous y etes arrives

  • Mhand B.
    un jour

    Oui,il est passé au 110. J’ai entendu que ça allait mieux pour lui,des fois je me dis que montrer cette vidéo donnerait de l’espoir pour certains... Comme dirait « force et honneur » à toute les personnes connaissant la même situation.

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Brut.