retour

Thierry Beccaro raconte les violences que son père lui a fait subir

Avant de devenir un animateur télé à succès, Thierry Beccaro a été un enfant maltraité. Il raconte les violences que son père lui a fait subir. Poignant.

Là, quand je suis allé me coucher… J'étais mort quoi ! un animateur télé et un acteur à succès, Avant de devenir Thierry Beccaro maltraité. a été un Les violences l'ont marqué à vie. de son père contenicef Mon père va tomber dans l'alcool. Et, à partir de là, la vie bascule. La mienne. Celle de ma mère aussi puisque évidemment, mon père a un alcool triste et agressif et qu'à partir de là quand il rentre le soir, un soir sur deux, un soir sur trois, la moindre petite faute est prétexte à une rafale de coups qui s'abattent sur moi sans que j'en comprenne la raison. C'est pas la fessée là, on n'est pas dans une fessée, Vous voyez… La fessée est insupportable, la raclée… On est encore dans un domaine supérieur, c'est-à-dire là, vous êtes recroquevillé dans l'escalier…. votre dos, il est marbré. Et votre petite soeur, elle assiste à ça. C'est ça la maltraitance. Elle est autant physique que psychologique. Ce qui était terrible après ces moments douloureux, c'est que j'allais me coucher et après mon père Lvenait me voir et il me disait qu'il m'aimait. Puis après, il y a la peur mais c'est pas la peur de rencontrer quelqu'un qui va vous taper. C'est la peur de prendre l'avion, c'est la peur d'aller sur un terrain inconnu, c'est la peur de faire Fort Boyard pendant près de 20 ans et de trouver chaque année une excuse pour ne pas le faire. Jusqu'au jour où vous avouez, allez, on l'assume quoi, on le dit : "J'ai peur de ceci, j'ai peur de cela et tout…" Et puis comme vous avez des gens qui vous aiment suffisamment, "Allez, viens faire Fort Boyard, on va s'arranger." Mais c'était incroyable… C'était une émotion terrible Les gens qui me demandaient: "Pourquoi vous ne disiez rien? Pourquoi vous n'en parliez pas ?" Je répondais tout simplement: "Parce qu'un enfant, ça aime ses parents." Un enfant, ça protège ses parents. Et ouais! Même s'il est battu. Parce qu'un enfant, sa construction, c'est de se dire que peut-être il a fait une bêtise et que quelque part, Donc il n'a pas les moyens pour aller voir une autorité supérieure. La seule La seule preuve qu'il pourra témoigner de la violence qu'il subit, c'est d'avoir des marques, des coups et là, j'espère que l'instituteur, le professeur des écoles, la personne qui s'en apercevra alertera les services sociaux. Il n'y a que ça mais n'oubliez pas une chose très importante, un enfant battu ne revient pas forcément le lendemain au beurre noir. à l'école avec un oeil Non, non, non. Un enfant battu, il prend des coups dans les côtes. Cette violence subie quand il était enfant, l'a racontée BECCARO THIERRY puisque cette année-là, je dois passer mon bac et j'attends mon père qui rentre vers 9 heures du soir. nicef Et au moment où je me couche, j'entends des bruits de cavalcade comme ça dans l'appartement. Je ne comprends pas trop donc je sors de mon lit, j'ouvre la porte qui mène au couloir et là, je vois mon père avec un fusil qui tient ma mère en joue Et là, j'ai juste le temps de dire: "Mais papa, qu'est-ce que tu fais ?" Mais les mots ont du mal à sortir. Donc évidemment, il se reprend. Il baisse la carabine et puis s'ensuit une scène, qui est une scène violente et triste où il me fait asseoir dans un canapé pour me réciter toute la tristesse qui est la sienne et ça aussi, psychologiquement, c'est de la maltraitance, puisqu'il évoque tout son malheur, toute sa tristesse, toute sa rancoeur. Après, vous avez un sac à dos sur les épaules. Que vous allez trimballer comme ça pendant des années. trimballé pendant des années Et ce sac à dos, je l'ai jusqu'à ce que, on va dire, dix ans après, le médecin que je voyais régulièrement parce que je faisais des crises de spasmophilie, parce que je faisais de la tétanie, parce que je ne pouvais pas rouler dans une voiture sans tout à coup, que je m'arrête, je devenais paralysé et il fallait enfin ça devenait un cauchemar. Le médecin qui était un médecin assez génial, le médecin généraliste comme on en rêve, me dit à un moment donné: "Ecoutez Thierry, moi je peux vous donner des médicaments mais je pense que là, il faut que vous alliez discuter. Il faut que vous alliez parler." à faire tout un travail. À partir de là, j'ai commencé Ce dont je parle, c'est-à-dire qu'on peut s'en sortir et parler avec vous aujourd'hui, à condition d'être courageux et de faire un travail si on peut le faire. J'ouvre une parenthèse et je la referme. Parce que moi, tout l'argent que j'ai mis dans ce travail de psychothérapie et d'analyse, je ne l'ai pas mis ailleurs. Je l'ai investi pour essayer d'aller mieux et je l'ai fait pour mon entourage. Parce que, ça aussi, voilà la résultante de ce qu'est la maltraitance. Sur sa propre vie. Et sur la vie des autres parce que parfois les autres peuvent ne pas comprendre pourquoi vous réagissez comme ci ou comme ça. J'ai fait ce travail-là et paradoxalement puisque mon père était aussi, ce que j'écris dans le livre, un mec formidable. Après cet événement mon père va me trouver Lune place l'été, à la Maison de la Radio. C'est lui, qui me fait rentrer paradoxalement dans cet univers qui m'amène jusqu'à vous aujourd'hui. Désormais de l'UNICEF, ambassadeur souhaite s'engager pour les enfants. Les enfants, il faut entendre leur voix, pas leurs cris. Et là dans le monde entier, en ce moment, c'est catastrophique. Et vous voyez, pour conclure, je vais vous lire un article publié par Le Monde il y a cinq jours: "En France, un enfant tué tous les cinq jours par ses parents ou leurs proches." Et je me dis, ça, ce n'est pas possible car c'est… je suis un peu désarmé au moment où je dis ça. Mais moi, si je peux être utile à travers mon discours, que j'ai avec les gens, à travers les conversations à travers ce que je ferai, seront celles qu'on m'attribuera, je ne sais pas ce que l'on me proposera, je le ferai, je le ferai parce que un petit enfant, ça ne mérite pas ça. Rédaction Équipe Brut Montage Charlotte Pareti

07/05/2019 20:45mise à jour : 07/05/2019 22:45
  • 16.7m
  • 18.8k

16120 commentaires

  • Anita J.
    un jour

    Bravo à toi Thierry pour avoir eu le courage de témoigner

  • Brigitte B.
    2 jours

    Je vous remercie pour témoignage.

  • Maria H.
    4 jours

    L'alcool détruit beaucoup de gens c'est une belle saloperie et dans ce cas toute la famille en prend pour son grade, c'est bien triste

  • Lucie M.
    4 jours

    Respect 😔🙏respect.

  • Manon G.
    5 jours

    Et bah dit on.... comme quoi hein 🙏🏻😥vska

  • Marie J.
    6 jours

    Enfants, femmes, battues vie brisée

  • Samantha B.
    6 jours

    Bravo d’avoir parlé j’espère que ça vous libère un peu, vous n’êtes pas responsable et en plus vous avez réussi à devenir quelqu’un de bien malgré tout, bravo et je vous souhaite le meilleur ds tt ❤️

  • Arnaud G.
    6 jours

    quel courage ! merci Monsieur !

  • Karen S.
    6 jours

    La vie est plus forte ! Courage, le soleil est là un jour pour les belles personnes 👍🕊️

  • Isabelle D.
    6 jours

    119 maltraitances 3919 violences conjugales Un enfant meurt tous les cinq jours. Le nombre de témoignages d'enfants battus ici-même est effarant. Pour avoir travaillé dans des écoles, je ne pense pas que le Salut vienne de là. Qu'il s'agisse de harcèlement ou d'un comportement qui pose question, en plus il n'y a pas d'infirmiers scolaires, il ne faut pas compter sur l'école. Thierry Beccaro a dû investir pour aller mieux. Je l'ai toujours apprécié. Encore plus en connaissant ce passé. Je me demandais si ce n'était pas du théâtre. J'ai compris que non quand il a dit qu'un enfant protégeait ses parents. C'est tellement compliqué. Les violences, les abus. Ce n'est pas en gérant les secours, la santé et la police avec une calculatrice, que ce pays sera digne de son nom: France

  • Bud R.
    18/02/2020 15:41

    ... après on entend que les fessées ça n’a jamais tué personne... ça détruit juste plein de choses à l’intérieur la violence physique et psychologique mais bon...

  • Arlette G.
    18/02/2020 14:00

    Triste

  • Kamel G.
    16/02/2020 22:50

    J'ai eu aussi un père dur, mais n'oublions pas qu'ils viennent un peu,d'un autre temps qui était très dur, même leurs parents on vécu mal la vie ,avec la guerre et autres mais au fond,ils sont eux mêmes victimes à cette époque. Finalement on ne choisit pas ses parents ! Il sont victimes d'une situation sociale parfois assez chaotique ,qui retombe malheureusement sur la famille !

  • Christiane B.
    16/02/2020 18:49

    Ça me brise le coeur ...

  • Annie B.
    15/02/2020 08:45

    C est triste mais il a bien réussi sa vie d adulte je l aime beaucoup il a fait de belles émissions je regardais bisous de moi monsieur BECCARO

  • Gaby L.
    15/02/2020 07:12

    Dommage il a arreter le jeu sur la 2 profiter de votre retraite et soyez heureux monsieur Beccaro

  • Serge D.
    12/02/2020 16:58

    Émouvant !! Et tellement bien raconté 😡

  • Chantal P.
    12/02/2020 14:25

    😥

  • Ro C.
    11/02/2020 15:46

    Je suis comme toi

  • Carole L.
    10/02/2020 17:48

    Immense courage que ce témoignage très très touchant.