retour

Thomas Snegaroff raconte l'origine de la rumeur d'Orléans

Des jeunes Françaises qui se font enlever dans des cabines d'essayage avant d'être transportées en sous-marin à l'autre bout du monde pour être prostituées. En 1969, cette rumeur éclatait à Orléans. Thomas Snegaroff raconte son origine et les peurs qui l'ont aidée à se propager.

D'où vient la rumeur d'Orléans ?

En mai 1969, une rumeur se répand : des jeunes femmes disparaissent mystérieusement dans les cabines d’essayage de magasin de vêtements. Il parait qu’on les exfiltre ensuite par sous-marin, de la Loire jusqu’en Amérique latine… L’historien Thomas Snégaroff revient pour Brut sur la rumeur d’Orléans, liée de près à l’antisémitisme de l’époque.

Comment disparaissent ces jeunes femmes ? Il semble qu’elles s'évanouissent, parfois en se faisant piquer le pied par des aiguilles mises dans des chaussures qu'elles essayent. On raconte, à l'époque, qu'elles disparaissent selon un chemin très particulier : d’abord dans les sous-sols des grands magasins, puis on les amène discrètement sur la Loire. De la Loire, elles partent dans des sous-marins, vers l'océan et disparaissent pour être, probablement, prostituées en Amérique latine ou dans les pays du Moyen-Orient… Une véritable traite des blanches.

Cette histoire, va prendre une dimension énorme en quelques jours : la rumeur devient rapidement une « véritable angoisse et une véritable folie » décrit Thomas Snégaroff. Le 31 mai, quelques jours seulement après le déclenchement de la rumeur, des manifestations sont organisées devant les magasins pour demander des comptes aux commerçants.

Les commerçants sont juifs et il y a une claire dimension antisémite à ce qui se joue dans l’histoire de cette rumeur. Selon cette rumeur, ce seraient donc les Juifs qui auraient organisé cet esclavage moderne. « Ce qui renvoie aussi à une vieille idée, une vieille rumeur aussi, que les Juifs seraient ceux qui auraient le plus bénéficié de l'esclavage et de la traite négrière » explique Thomas Snégaroff.

En fait, jamais aucune jeune fille n’avait disparu dans une cabine d’essayage. Des enquêtes ont été menées et la police l'a même évoquée publiquement. « Mais cela n'a pas éteint la rumeur parce que les gens se sont dit : les Juifs ont acheté le silence de la police » précise Thomas Snégaroff.

À ce moment-là, tout le monde assure connaître quelqu'un qui connaît quelqu'un qui a disparu. Finalement, comme on ne trouve aucune famille qui revendique la disparition d’une de ces filles, la rumeur s’éteint en quelques semaines.

Cette rumeur d’Orléans est restée dans la mémoire collective, non seulement en raison du caractère extraordinaire de ce qu'il s'est passé, mais aussi parce que le sociologue Edgar Morin, a lui-même mené une grande enquête sur ce qu'il s'était passé. Il apportait ainsi à la rumeur d’Orléans une piste d’explication : « Pour les parents et pour certains éducateurs, ils voient là l'illustration concrète du danger que représente, pour eux, toute cette nouvelle mode pour la jeunesse : la minijupe, Saint-Germain-des-Prés, le yéyé, Paris… Tout cela est symbolisé dans ces nouveaux magasins modernes, avec salons d’essayage » expliquait Edgar Morin en 1969.

Cette rumeur était donc l’occasion de mettre en garde leurs enfants. « Il y a l'idée que la modernité, la femme libre qui s'habille comme elle veut, y compris de manière dévêtue, ça peut la conduire vers le pire : la traite des blanches, la prostitution, peut-être, un jour » conclut Thomas Snégaroff.

29/07/2019 10:34
  • 651.2k
  • 871

648 commentaires

  • Annick D.
    15/11/2019 15:57

    Je me souviens de ces informations. .. Tout le monde était pétrifié ..

  • Rosanna B.
    14/11/2019 19:56

    Dans les mêmes années, ici, de même à Rome, dans une importante avenue tout près de Place D'Espagne. Une boutique très fréquentée par les jeunes filles c'était la même histoire mais seulement les 'vraies' blondes étaient enlevées. 😢

  • Safia S.
    14/11/2019 01:45

    Cette rumeur de piqûres en gdes surfaces avec sa traite des blanches, je l'ai entendu à Marseille dans les années 80 où déambuler seule était trop se risquer.

  • Marie J.
    13/11/2019 14:50

    Oui je me souviens très bien la rumeur a perdurée grave même pour ma nièce née en 1976......

  • Ketty M.
    12/11/2019 03:09

    Pendant mon adolescence dans les années 80, ma mère me parlait de " la traite des blanches " et cette rumeur nous faisait peur. Mes parents ne me laissaient pas sortir de toutes façons...on habitait le Sud la France. A cette même époque, mes cousins et cousnes (ados) lors d'un week-end à Salon de Provence, se promenaient en groupe. L'une de mes cousines à failli se faire enlever par un dégénéré, il l'a saisie par les cheveux, mais elle a réussi à se faufiler par un grillage. C'était aux abords d'un lycée, ou collège d'après mes souvenirs.

  • Muage M.
    11/11/2019 22:29

    Quand j’étais petite, j’ai entendu cette histoire! Je m’en souviens car je me suis demandé comment ils faisaient de la cabine d’un magasin au sous marins... ??? 🤔 Mais je m’en souviens bien!

  • Nicole B.
    11/11/2019 13:38

    Oui moi j était au lycée dans le 14ème quand on nous a dit de ne plus essayé les vêtements mais c était à TATY uniquement

  • Véronique B.
    11/11/2019 05:32

    Depuis quand on essaie les chaussures dans une cabine ?🤣

  • Aaron M.
    10/11/2019 11:47

    Je suis perplexe quand à la conclusion de ce post. Ainsi il faudrait retenir que les parents voulaient effrayer les filles pour leurs vetements, libertés etc.... et non pas que l'antisemitisme etait toujours aussi virulent en France.

  • Stégano G.
    10/11/2019 11:29

    Ma grand mère m a toujours dit ça

  • Elisa B.
    10/11/2019 08:56

    Je me souviens aussi de cette rumeur sur Nantes pour les magasins en face de Prisunic.

  • Christophe E.
    10/11/2019 04:20

    Lol. Les rumeurs ont tjrs existe

  • Michele P.
    09/11/2019 23:08

    On m'a dit à l'époque que cela se passait dans les cabines d'essayage de chez taty

  • Odile T.
    09/11/2019 18:40

    C'est fou ça ! Rumeur connue sur Lille (sauf le passage par le sous-marin), années 70, mais je ne savais pas qu'elle avait une telle ampleur ! Moins de médiatisation à l'époque.

  • Claudine l.
    09/11/2019 16:45

    Je me souviens de cette légende urbaine et je n'ai jamais pensé à l'explication du sociologue , mais c'est très plausible . On lutte toujours pour nous remettre dans le droit chemin , défendez vos libertés les filles .

  • Claudine O.
    09/11/2019 12:44

    Je m'en souviens très bien. Les années 70 en région parisienne.

  • Floriane M.
    09/11/2019 12:14

    tu vas bien rire c'est extra

  • Laurent M.
    09/11/2019 11:28

    ma famille a été victime de cette rumeur de merde sur Dijon , avec des croix gammées tagués sur les vitrines !

  • Édouard B.
    09/11/2019 11:01

    fais gaffe garçon

  • Amandine T.
    09/11/2019 09:08

    Rumeurs et révoltes 😂😂😂

Abonnez-vous gratuitement à myBrut, le magazine digital de la communauté Brut

Abonnez-vous gratuitement à myBrut, le magazine digital de la communauté Brut

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des emails de Brut.