retour

#jesuislà, le groupe qui veut faire d'Internet un endroit meilleur

Faire d'Internet un endroit meilleur, c'est le but de ce groupe Facebook. Fort de 150 000 membres, #jagärhär (#jesuislà en français) invite les internautes à ne plus se taire face aux commentaires de haine et de désinformation. Une initiative récompensée pour son efficacité.

#jesuislà, le groupe Facebook qui lutte contre la haine en ligne

Lutter contre la haine en ligne pour faire d'Internet un endroit meilleur, c'est le but de #jagärhär (#jesuislà en français). Fort de 150 000 membres, ce groupe Facebook invite les utilisateurs à ne plus se taire face aux commentaires haineux et à la désinformation. Une initiative récompensée pour son efficacité.

« J’espère vraiment que tous ceux qui croient en une société ouverte et libre, en les droits de l’homme, vont se lever et parler quand ils sont face à un discours haineux » lance Mina Dennert, créatrice de #jesuislà. Sur Facebook, Mina Dinnert est à l’origine du groupe #jagärhär, soit #jesuislà en français. Ses membres utilisent ce hashtag pour répondre aux commentaires haineux et lutter contre la désinformation.

« Cette méthode fonctionne très bien »

« On a changé la façon dont on s’exprime » assure Mina Dennert, créatrice de #jesuislà. Selon elle, la manière de s’exprimer participe aussi à la polarisation. « Je pense qu’on a tous une responsabilité de montrer comment aborder le débat et comment on voudrait que les réseaux sociaux soient. Cette méthode qu’on utilise, en s’aidant les uns les autres, en soutenant ce que l’on aime, fonctionne très bien » assure Mina Dennert.

Mina Dinnert a créé #jagärgär en 2016 en Suède. Des groupes existent maintenant dans 14 pays et ce réseau compte désormais 150 000 personnes. « C’était avant le Brexit, avant Cambridge Analytica. À ce moment-là, je ne savais pas à quel point la propagation de fausses informations et la haine étaient organisées. J’ai juste vu les conséquences. Ils visaient les journalistes, les politiciens et ils essayaient d’influencer le débat politique, de perturber les élections démocratiques libres » raconte Mina Dennert, créatrice de #jesuislà.

Une initiative à la fois récompensée et violemment critiquée

Mina Dinnert a été récompensée pour son initiative en Suède. Mais elle a également fait l’objet de menaces. « Un an après avoir commencé, on avait besoin d’une protection policière devant notre maison. Nos voisins ont été menacés, tous ceux avec qui on a collaboré ont été menacés. Si je devais faire une conférence quelque part, ces personnes étaient menacés et nous étions publiquement exposés et beaucoup de mensonges ont été écrits sur nous » raconte Mina Dennert, créatrice de #jesuislà.

Sur les réseaux sociaux, les propos agressifs ou haineux représentent 14,3 % du total des commentaires. En France, le 9 juillet 2019, l’Assemblée nationale a adopté une proposition de loi contre la haine sur Internet. Elle doit obliger les réseaux sociaux à supprimer les contenus haineux dans les 24 heures après leur signalement.

11/08/2019 06:29
  • 147.8k
  • 102

86 commentaires

  • Omar C.
    11/08/2019 06:34

    Aid Moubarak pour tous les musulman🎉🎈❤

  • Karim S.
    11/08/2019 06:37

    Facebook et les réseaux sociaux en générale , ca devient de la pollution mentale

  • Ell B.
    11/08/2019 06:37

    Bon résumé ... Le groupe existe dans plein de versions linguistiques... dont un groupe francophone

  • Yvain L.
    11/08/2019 06:43

    Attends...il faut faire partie d'un groupe Facebook pour pas se faire victimiser ou pouvoir répondre à des propos haineux. Bah heureusement que Non. J'ai jamais attendu personne pour répondre à des commentaires haineux, ni sur le net, ni dans la vraie vie. Désolé, mais pour une fois ce n'est pas très clair.

  • Nathalie A.
    11/08/2019 06:45

    #IAMUMAN

  • Gaston D.
    11/08/2019 06:52

    Personne n'est obligé d'aller la dessus

  • Stéphanie D.
    11/08/2019 06:54

    https://m.facebook.com/groups/359820924602583?group_view_referrer=profile_browser

  • Hakim
    11/08/2019 06:59

    Internet n'est pas un endroit

  • Al I.
    11/08/2019 06:59

    Il est important de lutter contre la haine, les fake news. Ces personnes sont organisées et influencent la perception des informations. Avec de tels groupes, on se sent moins seul face à toute cette négativité. #jesuislà

  • Xanarkan K.
    11/08/2019 07:05

    Elle veut faire du monde un endroit meilleur avec ... un hashtag. Et puis quoi on tag les commentaires qui ne nous plaisent pas ? Qui décide si ce sont des propos haineux, racistes ou autre ? Qui décide de supprimer et donc de porter atteinte à la liberté d'expression ?

  • Gilles A.
    11/08/2019 07:06

    Excellente initiative✊

  • David T.
    11/08/2019 07:14

    Un bon moyen d'aseptiser, d'empêcher, tout débat d'idées et de discrediter sans les réfuter sur le fond les informations qui ne vont pas dans le sens d'une pensée unique dominante.

  • Samir S.
    11/08/2019 07:19

    Je remarque que, souvent, les commentaires haineux sont postés par des individus qui le font via des comptes fakes. Ils profitent de l'anonymité du net pour répandre des idéologies. Mais pas que. Les zonards, les paumés et autres personnes en échec social sont des premiers à s'adonner à cette pratique. On le voit très bien quand on s'intéresse au passif des commentateurs qui relaient un message négatif sur ce mur. L'échec social rend agressif et aigri. Et ces gens en échec, souvent au chômage ou à l'aide sociale, n'ont plus que l'attention des réseaux sociaux pour se sentir vivre. Pour ma part, je pense que l'anonymat sur le net est une bonne idée dans les dictatures et les régimes autoritaires, comme en Chine, en Birmanie ou en France. Car elle évite aux gens d'être poursuivis. Mais je suis d'avis que cet anonymat en Suisse n'a pas lieu d'être, et que beaucoup des problèmes que nous rencontrons maintenant sur le net, viennent de cet anonymat. Bien sûr, il faut que les comptes restent anonymes, ne serais-ce que pour protéger les femmes et les enfants des pervers du net, mais je pense que les alias que nous utilisons devraient être "officiels", donc, connus et administrés par nos autorités communales et à la libre disposition de la police. De même, en procédant ainsi, on pourrait enfin attaquer la problématique des droits d'auteurs sur le net, avec un paiement de redevance qui passerait par nos abos internet, et qui seraient reversés aux artistes en divisant le pourcentage de nos visionnages et écoutes.

  • Roland V.
    11/08/2019 07:23

    Bullshit gaucho

  • Brigitte P.
    11/08/2019 07:27

    #jesuislà

  • Raf A.
    11/08/2019 07:33

    C'est une initiative de Marlene Schiappa 🤔?

  • Joris H.
    11/08/2019 07:37

    Moi je veux bien mais, nos politiques nous mentent en permanence en voulant nous faire croire que c'est nous qui avons tort!

  • Jd M.
    11/08/2019 07:44

    Lutter contre la désinformation ? Ils devraient commencer par boycotter les tf1, fr2, rtl tvi etc.....

  • Fabrice B.
    11/08/2019 07:44

    Souvent les mêmes qui se font passer pour des victimes et qui sont des fachos en puissance voir des extrémistes🤫 voulant nous imposer leur culture leur religion etc. etc. et ça c’est de la haine envers le blanc envers la France 🇫🇷 français ouvrez les yeux il est temps de réagir

  • Fabrice B.
    11/08/2019 07:46

    Il n’y a pas de haine positive la haine reste de la haine beaucoup de haine dans les citer 🤫👇💩🙈🐵🙉🤮🤯🤬🤥😬😶