30 ans d'essais nucléaires en Polynésie française

Ils ont été des dizaines de milliers à être exposés aux radiations. Aujourd'hui, de nombreux Polynésiens demandent à la France de reconnaître sa "faute" dans les essais de bombes atomiques au large de leurs îles. Retour sur 30 ans d'essais nucléaires en Polynésie française…

30 ans d'essais nucléaires en Polynésie française

Ils ont été des dizaines de milliers à être exposés aux radiations. Aujourd'hui, de nombreux Polynésiens demandent à la France de reconnaître sa "faute" dans les essais de bombes atomiques au large de leurs îles. Retour sur 30 ans d'essais nucléaires en Polynésie française…

De 1968 à 1996 : des essais nucléaires qui se multiplient

En 1968, la France expérimente sa première bombe H en Polynésie. Avec une bombe 130 fois plus puissante que celle larguée sur Hiroshima en 1945, cet essai atomique est le plus puissant jamais réalisé par la France. En pleine Guerre froide, la France affirme sa puissance nucléaire. Les tirs en Polynésie se multiplient. En 1996, après 30 ans et 193 tirs, la France met définitivement fin à ses essais nucléaires en Polynésie.

Une opération d’abord perçue comme une aubaine économique

Pour les populations locales, l’industrie nucléaire est d’abord considérée comme une aubaine économique. La France achemine des produits occidentaux, crée des emploiset construit des infrastructures. Cependant, le boum économique bouleverse le mode de vie des Polynésiens. Entre 1962 et 1968, la population de Tahiti est multipliée par 3.

Face aux conséquences sanitaires, la population réclame une prise en considération de la France

Rapidement, une partie de la population locale s’oppose aux essais nucléaires. Selon plusieurs études, les radiations auraient de graves conséquences sur la santé. Cancers, leucémies, malformations congénitales se multiplient dans la région. Et depuis plus de 20 ans, des associations de victimes accusent la France d’avoir dissimulé la dangerosité des essais nucléaires.

Début juillet 2021, le gouvernement promet de faciliter les procédures d’indemnisation des victimes des essais nucléaires. Les associations de victime sattendent un pardon de la France.

avatar
Brut.
24 juillet 2021 09:36