Wandercraft permet aux personnes paraplégiques de marcher à nouveau

Après un accident de moto le poussant à se déplacer en fauteuil roulant, Kevin est aujourd’hui testeur d’exosquelette pour Wandercraft. Brut l’a suivi.

“Être debout, ça fait du bien au moral”

Kevin a eu un accident de moto et a perdu l’usage de ses jambes. Aujourd’hui, il aide Wandercraft à développer son tout premier exosquelette auto-équilibre. “Kevin nous aide énormément. Son travail, c'est celui d'un pilote d'essai comme dans l'aéronautique”, explique Jean-Louis Costanza, co-fondateur de Wandercraft. “L'exosquelette c'est un autre moyen d'avancer. Ça faisait un petit bout de temps que je ne m'étais pas levé, j'avais perdu cette vision de haut. Être debout, ça fait du bien au moral, c'est sûr et certain.” Paraplégique, il remarche grâce à des implants

Les exosquelettes sont aujourd'hui utilisés dans des centres de rééducation pour des gens qui ont eu un AVC, une blessure à la moelle épinière, une sclérose en plaques ou d'autres pathologies. Et son objectif, c'est d’avoir les mains libres. “Il suit les mouvements du corps, il suit aussi les mouvements que tu lui demandes de faire, que ce soit la marche, les petits pas, des squatt pour s'asseoir…” Atteint de sclérose en plaques, il s'apprête à gravir le Kilimandjaro à l'aide d'un exosquelette

avatar
Brut.
14 juin 2022 11:56