5 conseils pour se remettre de la défaite du PSG face au Bayern Munich

5 conseils pour se remettre de la défaite du PSG face au Bayern Munich en finale de la Ligue des Champions.

Cinq conseils pour se remettre d’une grosse défaite

Le 23 août, le PSG s’est incliné (0-1) face au Bayern Munich. Un épisode difficile pour les joueurs, mais aussi pour les supporters. Quelques conseils pour traverser cette épreuve.

Alexandre Sotiaux, coach et préparateur mental, sait consoler quelqu’un après une défaite et le remettre d’aplomb comme personne. Pour Brut, il livre quelques tips pour mieux supporter la défaite du PSG.

Ne pas se trouver d'excuses

La première des choses, c'est d'accepter d’être responsable de ce qui se passe. Peut être pas à 100 %, parce que souvent, dans les sports d'équipe, on n'a pas la responsabilité à 100%. Mais accepter qu'on est responsable de ce qui vient de nous arriver. La deuxième chose, c'est de rester bien humble et d'éviter d'être dans le jugement. Dans le jugement par rapport à l’adversaire, l’arbitre, les médias, les paramètres extérieurs et par rapport à soi.

Ne pas s'autoflageller

On va passer dans une phase de tristesse, de dépression. Souvent, les sportifs disent qu’ils sont au fond du trou. On a tendance à se juger très négativement, à se rabaisser, à être plutôt dur avec soi-même. Chose que je conseille d’éviter. Soyez bienveillant envers vous-même.

Prendre du recul 

Le lendemain, deux jours plus tard, on prend un peu de recul par rapport à tout ça et on redevient peut-être un peu plus objectif. Chacun réagit de façon très différente. Je pense que pour l’instant, les joueurs sont plutôt dans la colère. Ils viennent de subir le choc de la défaite. Ils sont vraiment dans une phase de choc. Et dans la colère, chacun réagit aussi comme il le peut.


Ne pas être fataliste

Ça arrive à Paris, mais c'est aussi arrivé, par exemple, à Clermont au rugby pendant de nombreuses années. Ils ne gagnaient pas une finale. C'est arrivé dans d'autres sports aussi, des sportifs qui finissaient toujours deuxième. C'est compliqué, je pense qu'il faut prendre les événements les uns après les autres. Chaque événement est unique représente une expérience de vie du sportif. Et cette expérience, il faut la prendre dans son intégralité.

Se projeter 

La dernière étape, ça va être celle de la prise de conscience de nos qualités, de ce qu'on a à faire pour éviter de se retrouver dans ces situations-là et de repartir de l'avant. Une étape de sérénité, d’ouverture d'esprit et de reprise de confiance en soi dans laquelle on va vraiment se projeter. Être proactif dans la suite de notre projet et de notre carrière.

Il ne faut pas oublier que ce sont des sportifs professionnels : des victoires et des défaites, ils en vivent toutes les semaines. Certaines plus que d’autres, mais en tout cas, c'est une certaine forme de normalité pour eux, qu'ils ont l'habitude de gérer.

Si tout le travail de deuil est réalisé à la fois individuellement, collectivement à tous les échelons au niveau du club, je pense que ça peut rendre meilleur. Ils ne s’en rendent pas compte aujourd’hui, mais ils ont écrit une page de l'histoire qui va peut-être leur permettre de gagner les trois prochaines Ligue des Champions.

avatar
Brut.
24 août 2020 14:27