retour

Anne-Flore Marxer, snowboardeuse engagée pour l'égalité

"Si on s’est battue toute sa vie pour arriver à un niveau international, ce n’est pas pour être réduite à une paire de seins." Championne du monde de freeride, Anne-Flore Marxer se bat pour que les femmes soient jugées sur les mêmes critères que les hommes dans son sport.

La championne de snowboard Anne-Flore Marxer dénonce les inégalités dans le sport

Championne du monde de freeride, Anne-Flore Marxer se bat pour que les femmes soient jugées sur les mêmes critères que les hommes dans son sport.

Anne-Flore Marxer est snowboardeuse et championne du monde de freeride. Mais elle est aussi engagée pour la cause des femmes dans son sport : « Face à la nature, qu’on soit une femme ou un homme, on prend les mêmes risques » lance Anne-Flore Marxer.

Elle estime que, de manière générale, dans le sport, les hommes sont jugés pour leurs performances sportives, alors que les femmes sont toujours jugées pour leur physique. « Par exemple, quand je suis invitée sur un plateau télévisé où on va présenter tous les autres sportifs, tous ces hommes, ces héros, pour leurs performances sportives, leurs prouesses… Et puis on va me présenter comme le plus joli sourire du snowboard français. Je ne crois pas que ça soit à la hauteur de ce que j'ai pu accomplir dans mon parcours de snowboardeuse » déplore Anne-Flore Marxer.

Des récompenses largement moindres pour les sportives

Aujourd'hui encore, dans les compétitions, le « prize money », soit la récompense, est plus élevée pour les hommes que pour les femmes. Lors d’une compétition, Anne-Flore Marxer remporte un t-shirt, alors que son homologue masculin gagne un voyage à Hawaï. Pourtant, les frais sont les mêmes pour tous les sportifs : « En tant que femme, ça ne me coûte pas moins cher de me déplacer pour aller sur un évènement, de prendre un billet d'avion, de prendre un hôtel ou un logement » déplore Anne-Flore Marxer.

Les sportifs masculins gagnent plus d’argent grâce aux « prize money », ont des sponsors, ce qui leur permet de financer leur carrière sportive et se concentrer dessus. « Si on est une femme et qu'on doit travailler à côté et qu'on ne peut aller s'entraîner que pendant le week-end, forcément, on part avec un pied d'inégalité pour arriver au même niveau sportif » dénonce la championne du monde Anne-Flore Marxer.

« On ne parle des femmes que lorsqu'elles se dénudent »

Le problème vient surtout des structures sportives et de l’industrie des marques liées au snowboard assure Anne-Flore Marxer : « Pour améliorer les choses, il faudrait qu’il y ait une plus grande diversité dans les personnes qui sont responsables d'investissements financiers, d'organisations sportives, de structures ou d'évènements, comprendre que finalement la plus grande diversité, on l'aura dans les gens qui vont être décisionnaires du sport, sera traduite par une plus grande diversité dans les pratiquants du sport » estime la snowboardeuse.

Anne-Flore Marxer considère que si les hommes sont mis en avant pour leurs prouesses sportives, « on ne parle des femmes que lorsqu'elles se dénudent ». Pour la snowboardeuse championne du monde, c’est un « vrai souci » : « Si on s'est battu toute sa vie pour arriver à un niveau sportif au top au niveau international, ce n'est pas pour ensuite être réduite à une paire de seins » lance Anne-Flore Marxer. Elle s’interroge aussi sur l’impact de cette représentation des sportives sur les jeunes femmes : « Est-ce qu'on leur dit : “Peu importe ce que tu auras accompli dans ta vie, finalement la seule chose qui intéressera le monde, c'est ta plastique” ? » conclut la championne du monde de freeride.

12/01/2019 10:36
  • 1.3m
  • 810

522 commentaires

  • Peggy S.
    11/10/2019 20:41

    , il n y a pas qu au sedan Charleville qu il y a des injustices sur les récompenses homme femme

  • Sophie M.
    06/10/2019 10:23

    j'ai pensé à toi

  • Margaux V.
    04/10/2019 20:41

    Le sexisme ordinaire :).

  • Emilie B.
    22/09/2019 20:50

    Bravo. Belle démonstration de la bêtise humaine et de siècles de patriarcat.

  • Oner A.
    19/09/2019 16:21

    Gagner un contest de big air avec un rod 7 c'était la belle époque haha Elle a raison mais malheureusement c'est encore le marché qui decide des prize money.... les hommes gagnent plus car il font plus de vues tout simplement....

  • Audrey B.
    18/09/2019 02:31

    Excellent témoignage... Le coup du tee-shirt c'est dur à avaler...

  • Yelowzen T.
    17/09/2019 18:25

    Merci pour ce message, bien expliqué et qui reste valable pour tous les sports également. !

  • Maelle G.
    17/09/2019 06:22

    En espérant que les mentalités changent on est en 2019 ! 😣 bravo pour cette championne

  • Bybünt E.
    15/09/2019 08:24

    Bravo Anne flore, moi je t'admire tout d'abord pour ton niveau en snowboard et aussi pour ton engagement pour les femmes.Merci 🙏🙏

  • Claire D.
    14/09/2019 09:11

    Bravo a elle !!! Soutien !! Elle a tellement raison 👏

  • Danielle F.
    13/09/2019 16:42

    Cléo Fauchon

  • Léa T.
    13/09/2019 12:57

    Moi je veux faire ça

  • Brice P.
    12/09/2019 10:48

    Intéressant. La parité homme-femme dans le sport doit être le même combat du point de vue économique que le problème de disparité entre sports médiatiques et sports dits"mineurs" qui nécessitent souvent souvent un investissement en terme d'entraînements équivalent sans retombées financières... C'est la loi de marché ! Je ne suis pas pour, bien au contraire, mais sans régulation politique avec un système de redistribution, le problème existera toujours... Les ex-pays de l'Est étaient plus en avance sur ce point avec des carrières qui étaient tracées pour les sportifs de haut niveau qui pouvaient donc se consacrer à leur sport dans de bonnes conditions... Évidemment je n'occulte pas les problèmes de dopage, mais, c'est encore un autre débat !

  • Cyrielle P.
    12/09/2019 06:13

    C est tellement bien dis

  • Ali S.
    11/09/2019 12:32

    Déjà, mes félicitations distinguées pour ton palmarès sportif, non pas parce que tu es une femme, mais parce que tu es un humain qui a transcendé son existence. Ceci dit, oui en effet, la femme ne bénéficie pas du même budget sponsor que l'homme, ni de l'importance du marketting médiatique à son égard. Le sport, avant tout, est un monde de spectacle, les gens veulent du spectacle, et les hommes sont plus susceptibles d'en procurer que les femmes, et pour cause : leur supériorité physique indéniable. C'est biologique, génétique, et c'est la science qui le dit. Les performanfes physiques de l'homme dans presque tous les sports ( sauf pour la natation qui avantage les femmes grâce à leur graisse qui leur permet de mieux flotter) seront toujours supérieurs à ceux de la femme, et ceci en terme de vitesse, de force, de puissance, d'agilité. Quelques exemples ? L'équipe national de football féminine d'Australie s'est fait battre 5-0 ( si je me rappelle bien) parce que une équipe d'adolescents qui ont à peine 15 ans. Un fighter masculin de MMA après avoir changé de sexe a carrément fracturé le crâne d'une femme lors d'un match, son adversaire avoue ne jamais s'être sentie dépassé physiquement... En altérophilie, un transgenre a remporté la médaille d'or avec un écart de 19kg.. Et j'en passe. Les femmes sont meilleures dans plusieurs autres domaines, elles sont plus susceptibles d'avoir un diplôme par exemple, elles ont plus d'empathie.. Comparer la femme à l'homme dans des domaines tels que le sport est très réducteur quant à l'intelligence collective actuelle, et pire, c'est juste du pavlovisme médiatique. Non, ce n'est pas la faute au patriarcat, désolé.

  • Adam L.
    11/09/2019 09:08

    Elle à visiblement loupé quelque cours de SVT cette brave dame

  • Lucie L.
    10/09/2019 06:45

    !

  • Lucie G.
    10/09/2019 03:31

    la gliiiiiiisse

  • Manon C.
    09/09/2019 03:34

    tiens pr les arbitres aussi

  • Sylviane S.
    08/09/2019 14:19

    A tous, n’hésitez pas à lire Des hommes justes de Ivan Jablônka

Abonnez-vous gratuitement à myBrut, le magazine digital de la communauté Brut

Abonnez-vous gratuitement à myBrut, le magazine digital de la communauté Brut

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des emails de Brut.