Champion du monde de BMX, Matthias Dandois raconte son histoire

Il est 8 fois champion du monde de BMX, il est français, et il a ruiné la moquette de la rédaction de Brut. Matthias Dandois raconte son histoire.

Rencontre avec Matthias Dandois, champion du monde de BMX

Matthias Dandois a été huit fois champion du monde de BMX flat. Il raconte son histoire et celle de sa discipline.

L’histoire d’un sport créatif

Le sigle BMX signifie “Bicycle motocross”. Apparu dans les années 1970 en Californie, un BMX est un vélo aux roues plus petites qu’un VTT. Dans la catégorie du flat, les vélos ont des “pegs”, des repose-pieds sur le bord des axes des roues. Matthias Dandois considère que le BMX est un sport créatif. Il met notamment en avant la proprension à inventer de nouvelles figures en permanence. C’est même une condition pour les compétitions professionnelles. “Pouvoir faire quelque chose que jamais personne n’a fait avant toi, c'est une sensation extraordinaire.”, dit-il.

Les débuts de Matthias Dandois

Après avoir passé 7 ans sur les terrains de football, alors enfant, Matthias décide de débuter le BMX. "À 16 ans, je commençais déjà à gagner ma vie avec le BMX”, se souvient le sportif. Avec le soutien de ses parents et à la condition d’obtenir d’abord son bac, le sportif déménage à Paris dès ses 18 ans, avant de partir aux États-Unis. Pour mener à bien ses projets sportifs, il est soutenu financièrement par Redbull, arrivé en France en 2008. Matthias Dandois a alors de vrais moyens pour voyager et participer aux compétitions. C’est d’ailleurs l’année où il remporte sa première Coupe du monde. Le sportif est fasciné par la pluralité des terrains : “Notre métier, c’est d’aller dans la rue, dans des pays différents pour utiliser l’immobilier urbain et faire du vélo dessus.

Son film dans le Paris confiné

Fin 2020, Matthias Dandois a réalisé une vidéo de BMX dans la ville alors confinée. "On voulait faire une vidéo carte postale qui parle au maximum de gens, surtout aux touristes”, explique-t-il.

Il y a la Tour Eiffel, il y a les Champs Élysées, il y a le ministère des Finances, il y a Montmartre, Répu… tous ces lieux qui sont d’habitude plein de gens et plein de vie et qui étaient un peu morts mais à la fin de la vidéo, on rallume Paris et c’est ça le plus important”, raconte Matthias Dandois. Le jeune champion espère pouvoir reprendre les compétitions au plus vite.

avatar
Brut.
3 janvier 2021 07:38