Le parcours de Naomi Osaka, championne engagée

Nouvelle égérie Vuitton, elle est l'athlète féminine la mieux payée de tous les temps. Sur les courts de tennis comme en dehors, elle s'engage contre l'injustice raciale. Voici l'histoire de la joueuse japonaise Naomi Osaka.

Le parcours de Naomi Osaka, championne engagée

Elle n'a que 22 ans et est la sportive la mieux payée de tous les temps. Au tennis, sa vitesse de service atteint 193km par heure. Gagnante de l'US Open d'Australie en 2019, personnalité engagée contre le racisme, voici Naomi Osaka.

Une carrière précoce

Naomi Osaka naît le 16 octobre 1997 à Osaka, au Japon, d'une mère japonaise et d'un père haïtien-américain. La famille de sa mère désapprouve la relation interraciale de ses parents, considérée comme un déshonneur.

Quand Naomi Osaka a 3 ans,la famille s’installe à Long Island, dans l'État de New York.

À 9 ans,la famille déménage en Floride afin que les filles puissent se consacrer au tennis à plein temps.

À 13 ans, son père décide que ses filles joueront pour le Japon, plutôt que les États-Unis.

En 2013, elle passe en pro quelques mois avant d'avoir 16 ans.

À 18 ans, Naomi Osaka se qualifie pour participer à son premier Grand Chelem à l'Open d'Australie.

En 2017, Sascha Bajin,le partenaire de match de Serena Williams pendant 8 ans, devient son entraîneur.

À 20 ans, elle gagne l'U.S. Open face à son idole et héroïne d'enfance Serena Williams.

Une sportive engagée contre le racisme

En janvier 2019, Naomi Osaka est représentée en personne blanche dans une publicité du sponsor japonais Nissin, une marque de nouilles. L'entreprise présente ses excuses et retire la publicité peu après.

En juin 2020, quelques jours après la mort de George Floyd, la championne de tennis de 22 ans s'envole pour Minneapolis afin de se joindre aux manifestations contre les brutalités policières.

Des mois plus tard, lors du tournoi de Cincinnati, Naomi Osaka entre sur le court avec un T-shirt Black Lives Matter.

En septembre 2020, pour l’U.S. Open, elle porte des masques affichant les noms de personnes noires injustement tuées par la police pour attirer l'attention sur la brutalité policière et le racisme aux États-Unis.

avatar
Brut.
12 janvier 2021 11:51