Polémique sur l'arrêt des matchs en cas d'incidents homophobes

7 matchs de football on été interrompus depuis fin août pour des banderoles ou des chants homophobes. Mais sur l'arrêt des matchs, la ministre des Sports et le président de la FFF ne sont pas vraiment d'accord.

Football : Noël Le Graët autorise les discriminations homophobes par les supporters de football

Depuis le 11 septembre 2019, Noël Le Graët, président de la Fédération Française de Football, autorise les discriminations homophobes, contrairement aux discriminations racistes. La ministre des Sports, Roxana Maracineanu, s’oppose à sa décision : une discrimination reste intolérable. Brut. décrypte…

Lors d’une interview avec Franceinfo, le président de la Fédération Française de Football, Noël Le Graët, a confirmé que les arbitres n’arrêteraient plus les matchs en cas de chants ou slogans homophobes. Cependant, Noël Le Graët a expliqué arrêterait un match pour des cris racistes, une bagarre ou pour des incidents menaçant la sécurité des supporters. Le président de la FFF pense que c’est une « erreur » d’arrêter un match pour des propos homophobes. La ministre des Sports, Roxana Maracineanu, trouve la vision du président de la FFF erronée.

En effet, la ministre des Sports, Roxana Maracineanu, s’exprime au sujet de la polémique : « Il n’y a pas de hiérarchie dans les discriminations ». La ministre rappelle que « l’homophobie, au même titre que le racisme, est punie par la loi. » Roxana Maracineanu n’est pas la seule personne du gouvernement à s’être exprimée sur les propos de Noël Le Graët : Emmanuel Macron est d’accord avec la ministre des Sports, « il faut que les discours de haine, qu’ils soient racistes ou homophobes cessent. » a-t-il déclaré. Le président de la République donne cette responsabilité aux ligues, clubs et associations de football.

Une situation qui s’aggrave

Le nombre d’insultes homophobes proférées par les supporters pendant les matchs de football ne cessent pourtant d’augmenter. Au moins 7 matchs de football ont été interrompus depuis la fin du mois d’août à cause de chants et de banderoles considérés comme homophobes. Les supporters de football ne comprennent pas le message et dénoncent une instrumentalisation de cette polémique.

L’homophobie dans le foot est bien réelle selon Yoann Lemaire, l’un des rares joueurs amateurs à avoir fait son coming-out. Yoann Lemaire confirme que le milieu du football est homophobe : nombreux sont les joueurs qui se font mépriser à cause de leur orientation sexuelle et qui n’osent pas en parler. L’ancien joueur de football répond aux personnes qui se demandent pourquoi il est important de parler d’homophobie dans le foot : « Le sport est là pour essayer de porter des valeurs et surtout de parler d’ouverture d’esprit».

avatar
Brut.
11 septembre 2019 13:57