Tenue des athlètes : la championne paralympique Olivia Breen dénonce les doubles standards

"Personne n'a à nous dire ce que l'on peut ou ne peut pas porter !" En pleine sélection pour les Jeux paralympiques, une arbitre lui a dit que sa culotte de compétition était trop courte. Voilà pourquoi la double championne du monde Olivia Breen ne changera pas de tenue à Tokyo.

Tenue des athlètes : la championne paralympique Olivia Breen dénonce les doubles standards

"Personne n'a à nous dire ce que l'on peut ou ne peut pas porter !" En pleine sélection pour les Jeux paralympiques, une arbitre lui a dit que sa culotte de compétition était trop courte. Voilà pourquoi la double championne du monde Olivia Breen ne changera pas de tenue à Tokyo.

“On devrait être fières de notre corps et de pouvoir le montrer”

Après avoir entendu son histoire, d’autres femmes ont révélé avoir elles aussi subi des critiques sur leur tenue. Récemment, l’équipe norvégienne de beach handball a reçu une amende pour port d’un bas de bikini non-réglementaire, car pas assez échancré. Une actualité qu’Olivia Breen juge révoltante par le paradoxe qu’elle soulève. Dans les milieux sportifs, la tenue des femmes semble répondre à une logique de deux poids, deux mesures. Par exemple, pour le saut en longueur, le topless est accepté chez les hommes et pas chez les femmes.

Atteinte de paralysie cérébrale, Olivia Breen estime que le sport l’aide à avoir confiance en elle : “Sans ça, je ne serais pas celle que je suis aujourd’hui.” Suite à l’incident dont elle estime avoir été victime, elle a contacté la fédération anglaise d’athlétisme qui a ouvert une enquête.

avatar
Brut.