“Par pitié, les jeunes, allez travailler dans l’industrie!”

Nicolas Dufourcq, directeur général de la BPI, appelle à relancer l’industrie française.

“On ne peut pas être une nation qui vit uniquement d'importations, de l'intelligence des autres”

“Si on regarde tout ce qui est autour de soi… Cette caméra qui me filme, cette chaise sur laquelle je suis, peut-être les chaussures que j'ai là : rien n'est fabriqué en France. À la fin, ça devient insupportable.” Nicolas Dufourcq, directeur général de la BPI et auteur de La désindustrialisation de la France, appelle à un renouveau industriel dans le pays. “On ne peut pas être une nation qui vit uniquement d'importations, de l'intelligence des autres. Parce que, par ailleurs, en important cela, les emplois, on les crée chez eux. Il faut un minimum produire ici. Ça fait partie de l'équilibre d'une nation”. La dernière usine française à produire du papier journal 100 % recyclé a fermé

Pour le directeur général de la BPI, le secteur représente aujourd’hui en France chaque année 10% du PIB. “On pense qu’en s’y mettant tous ensemble, on peut remonter à 12. Sachant que le risque qu’on court, c’est que demain, ce ne soit pas 10, ce soit 8. Il y a une mobilisation nationale nécessaire pour maintenir en croissance l’industrie française. Il y a de la place pour elle, comme il y a une place pour l’industrie italienne, espagnole, allemande, danoise”. Nicolas Dufourcq appelle également les jeunes diplômés à se tourner vers le secteur de l’industrie. “Ce secteur est devenu technologique. La préoccupation climatique est complètement centrale. Tous les jeunes sont partis travailler dans les cabinets de conseil ou les banques. C’est insupportable. Par pitié, les jeunes qui sortent des écoles de commerce et d’ingénieurs, allez travailler dans l’industrie! C’est là que seront les plus belles carrières du moment. Parce que c’est là que ça va repartir”. Il sauve Velcorex, la dernière usine de velours en France

avatar
Brut.