Être livreur à New-York, un métier à hauts risques

“On peut perdre la vie à tout moment”. César Solano, 20 ans, est l’un des livreurs new-yorkais. Brut l’a suivi dans son quotidien.

“On peut perdre la vie à tout moment”

2021 a été l’année la plus meurtrière pour les chauffeurs livreurs de New-York. Au moins 15 d’entre eux sont décédés sur la route, victimes d’agressions ou d’accidents mortels. César Solano, 20 ans, est l’un des 65 000 livreurs de la mégalopole. Entre vol, précarité et manque de sécurité, voici son quotidien. “On peut perdre la vie à tout moment, mais c’est comme ça qu’on la gagne. Des personnes avec des armes blanches essaient de nous voler” explique le livreur. César Solano travaille tous les jours, sans interruption. Il reçoit de l’application qui l’embauche 12,50 dollars de l’heure, plus les pourboires. Brut a passé un soir avec les livreurs Deliveroo

Quand il avait 17 ans, il a passé la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis seul, laissant derrière lui sa famille. Il doit aujourd’hui rembourser la dette qu’il doit à ses passeurs. Sans famille à New-York, il s’est retrouvé une famille de substitution parmi les livreurs. Face aux dangers auxquels ils sont confrontés au quotidien, les chauffeurs new-yorkais ont décidé de créer un site internet, pour alerter sur les risques du métier et sortir de l’invisibilité. “Il y en a ici qui n’ont pas de famille, qui sont seuls. Alors on s’est dit pourquoi ne pas faire un site pour raconter notre vie, parler des vols, et malheureusement aussi des funérailles” précise César Solano. Les livreurs de Deliveroo sont en colère, voici pourquoi

avatar
Brut.
5 juin 2022 09:28