3 moments qui ont changé la vie de François Damiens

"Les caméras cachées, ça me manque, mais je compte en refaire." Son stage en Australie, sa traversée de l'Atlantique... François Damiens raconte les moments qui ont changé sa vie.

Trois moments marquants de la vie de François Damiens

Brut a rencontré l’humoriste et acteur belge François Damiens. Il retrace trois moments de son parcours qui ont changé sa vie.

Un stage très enrichissant en Australie, ses premières caméras cachées, sa traversée de l’Atlantique… François Damiens nous raconte trois grands moments de sa vie.

Son stage en Australie

Dans le cadre de sa dernière année d’études en commerce international, François Damiens doit réaliser un stage à l’étranger. « Je me suis dit : "Bah, je vais essayer de faire un truc en Australie" », se rappelle l’humoriste. Il se retrouve à Sydney grâce à des amis de sa famille. Il y est accueilli par « un monsieur ». Ce dernier lui ouvre les portes de son entreprise pour effectuer son stage.

« Rapidement, je me suis retrouvé dans son entreprise de galvanisation. Je pense qu’il n’y a rien qui m’intéresse moins que la galvanisation. Et puis, ils m’ont planté dans un bureau avec un ordinateur. Les ordinateurs et moi, c’est même pas la peine ! J’attendais, et puis je me suis dit : "Bon ben, je vais lui proposer de faire une étude qualitative de sa clientèle. Je vais attendre 15 jours. J’ai les réponses, je lui fais un petit rapport et je me barre." », relate François Damiens.

S’en suit un long voyage d’exploration de six mois en Australie. L’humoriste se souvient surtout du sentiment de liberté qui l’envahit durant cette période. « J’avais un petit sac à dos d’école et j’arrivais, je repartais, je n’avais de comptes à rendre à personne, personne ne savait où j’étais. Je pouvais rester un jour à un certain endroit. J’aimais bien, je restais, je n’aimais pas, je partais après une semaine. » 

Ses premières caméras cachées

C’est par le biais d’un ami que François Damiens intègre une boîte de production. Dans un premier temps, il est chargé de rédiger les autorisations de diffusion. Puis il devient assistant de production. « À un moment, sur un tournage, la personne qui était en train de piéger les gens ne s’en sortait plus. Ils m’ont proposé. Moi, je lui parlais dans l’oreillette » se souvient-il.

Il poursuit : « Ils m’ont dit : "Bah viens le faire, toi." Ça a marché. Et puis on m’a donné, c’était une émission où il y avait cinq caméras cachées, on m’en a donné une, puis une deuxième, puis une troisième, puis une quatrième, puis une cinquième et pour finir je faisais toute l’émission tout seul, quoi. »

L’humoriste prévoit justement de reprendre les caméras cachées. Il avait d'ailleurs déjà entamé le tournage de son projet, mais il a été interrompu par la pandémie de Covid-19.

Sa traversée de l’Atlantique

Lorsqu’il a vent de l’intérêt de François Damiens pour les départs de courses transocéaniques ou les tours du monde, Franck Vallée, le patron de la boîte Initiatives, le contacte. Il affrète alors un bateau, le Mécénat Chirurgie Cardiaque. « Il m’a proposé de faire la transat Jacques Vabre avec Tanguy de Lamotte. C’était un rêve, jamais je n’aurais imaginé qu’un jour, on allait me proposer ça. »

Lors de ce voyage très agité, il est émerveillé par l’immensité de la Terre. Avec ses équipiers, ils réalisent une traversée de 22 jours jusqu’au Brésil. « Je trouve ça pas mal de recommencer à voyager localement. Prendre le temps d’aller en voiture, d’éprouver les choses. Parfois, on va trop vite, on veut être partout. Quelque part, on n’est nulle part au même moment… C’est bien de faire les choses, de se rendre compte, de les éprouver », conclut François Damiens.

avatar
Brut.
27 septembre 2020 09:26