retour

3 moments qui ont changé la vie de Marina Rollman

Son amoureux américain, son premier petit boulot, sa découverte de Jerry Seinfeld... Ces moments ont changé la vie de l'humoriste Marina Rollman. Elle raconte.

Trois moments qui ont changé la vie de Marina Rollman

L’humoriste est à l’affiche du seule-en-scène « Un spectacle drôle » au théâtre de l’Oeuvre, jusqu’au 30 avril.

Révélée par France Inter, la Suissesse à l’humour mélancolique est la nouvelle valeur sûre du stand-up. Rencontre.

Son amoureux américain

Quand j'avais 18 ans, en Suisse, je sais pas pourquoi, je traînais avec des gens qui faisaient du roller. J’ai rencontré un garçon américain, et on est tombés amoureux. On a eu une espèce de relation épistolaire, et après, je suis allée le rejoindre. J'ai voulu énormément améliorer mon anglais. En fait, ça m'a complètement mis le pied à l'étrier pour tout ce qui est devenu mes passions : le stand-up, le scénario, une partie de ce qu'est la télé américaine aujourd’hui…

C'était une rencontre fortuite, bizarre et éclaire, qui s'est soldée par un week-end à Kansas City extrêmement glauque. Déjà, c'est pas une ville gaie, mais en plus, si t'y vas pour te faire larguer, c'est pas drôle. En revanche, je pense que ça a un peu changé ma vie. Je pense que tous les parents désespérés devraient prendre des amants allemands pour leurs enfants, ou des… enfin voilà, quoi !

Son premier petit boulot

C'est l'année où j'ai accepté le fait que je n'arriverais pas  à me faire une voie par les études ou un boulot normal que j'ai lâché ce que je faisais et que j'ai que j'ai rejoint des copains qui ouvraient une roulotte. Ils qui m'ont dit : « Viens vendre des burgers avec nous. » En fait, ça a libéré un truc. Ne pas faire un boulot que je n’aimais pas la journée et ne pas être enfermée dans un bureau, ça a complètement libéré mon cerveau créatif. J’ai pu écrire en dehors, et en un an, je me suis mis à faire des scènes, et puis j'ai écrit des scénarios, des trucs comme ça. 

Ce qui était intéressant, c'est que socialement, c'était pas très acceptable, c'est-à-dire que ça faisait peur à mes parents, ça faisait peur à ma famille, ça faisait peur à tout le monde… Mais pour moi, ça a été un sentiment de liberté de dingue ! Ça m'a aidée à envisager le travail comme un espace de liberté, bizarrement. Je sortais d'une logique d'aliénation au travail, de « il faut s'accomplir par un statut, il faut atteindre certaines choses à certains âges ». Je paie mon loyer, ça me donne un peu d'autonomie financière, et après, je peux développer ce que je veux créativement. 

À partir de 24-25 ans, ça s'est enchaîné très vite. Mais j'avais bien eu neuf ans de rien du tout en fait, d'une longue chute sans parachute. Je vois plein de gens malheureux dans des bureaux, qui se fouettent en se disant qu'ils devraient avoir la volonté et la discipline de faire des trucs créatifs à côté. En vrai, c'est dur d'avoir ton cerveau la disponibilité d'un patron tant d’heures par semaine et après, de te mobiliser. 

Sa découverte de Jerry Seinfeld

Pendant que je suis en train de patauger dans des études et dans des boulots pas très interessants, un jour, un copain me montre « I'm Telling You for the Last Time » de Jerry Seinfeld, un de ses seuls spectacles captés. Là, y a vraiment un truc qui vrille dans mon cerveau. Je me rends compte que plein de choses que j'aimais et que je faisais séparément, comme écrire, être marrante, être analytique, disserter, en fait, c’était un métier. Ça m'a ouvert un champ des possibles. 

C'est très compliqué de passer de « je finis le collège » ou « je suis bachelier » à « j’ai choisi un métier ». Entre le fantasme que tu t'en fais, les stages qui veulent rien dire, les études qui ne sont pas forcément comme la réalité du boulot… C'est très difficile d'aligner tout ça. Et dans les métiers créatifs, c'est encore pire : avec la personne que tu vois sous les spotlights, maquillée, qui a répété et qui a 13 danseurs derrière, tu ne vois pas quelles sont toutes les petites étapes pour arriver au truc. Je pense qu’il serait intéressant d'essayer de créer de meilleurs ponts d’orientation, parce qu'il y a beaucoup de gens qui se perdent entre 15 et 30 ans et qui finissent par faire des boulots qu'ils n’aiment pas trop parce qu'il faut payer les factures, et c'est normal. Tu n'as pas de chemin net entre ton point de départ et l'arrivée.

29/02/2020 13:10
  • 950.2k
  • 350

142 commentaires

  • Johanna B.
    03/09/2020 11:54

    va couper du mais en australie avec nous!

  • Adélaïde A.
    31/08/2020 17:09

    C'est quel le message ????

  • Kamal R.
    25/07/2020 09:25

    Vous êtes tous invités à rejoindre le groupe ci-dessus 👇👇👇 : https://www.facebook.com/groups/582577289299604/

  • Billy S.
    24/07/2020 02:31

    je la kiffe cette comedien sur france inter pouahh

  • Maad M.
    20/07/2020 21:53

    C est 'ce chemin pas tres nette' qui fait tout la difference et qui l experience ...🎶

  • Alexandra M.
    19/07/2020 08:11

    Va à 1:12

  • Alexis D.
    15/07/2020 09:13

    l'orientation once again

  • Carine D.
    15/07/2020 09:13

    Complètement en phase !

  • Tib T.
    15/07/2020 06:24

    Mais c’est quoi le projet ! On s’en fou un peu de ta vie !

  • Benoit B.
    14/07/2020 19:15

    Great , I lived 5 years in london and I definitively think than France is old fashion....has been ... or worst ...

  • Frank N.
    14/07/2020 15:30

    comme d'hab avec Marina, un excellent esprit d'analyse. tous ses sketchs partent de cette qualité. comme quoi, pas besoin d'être énarque pour comprendre les gens ou la société

  • Jocelyn M.
    13/07/2020 12:10

    PTDR c’est Qui ?

  • Cham C.
    12/07/2020 22:09

    Bla bla bla

  • Eveline A.
    12/07/2020 21:24

    https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=144881620585104&id=111343073938959

  • Pierre M.
    12/07/2020 19:22

    C’est qui ?

  • Ahmed M.
    12/07/2020 17:31

    ,

  • Fakir C.
    12/07/2020 17:00

    Oh mon dieu c'est pas possible

  • Ju L.
    12/07/2020 14:53

    Purée à 2:40 la fille a résumé mon état d'esprit du moment ...

  • Florence V.
    12/07/2020 13:28

    Il faut bien des gens sérieux qui bougent les pays ... sinon pas où crecher ... pas de quoi manger .... soit voler ou emprunter !!! A méditer

  • Silvana C.
    12/07/2020 13:19

    Oui vous avez tout à fait raison il faut s interroger sur l orientation scolaire et les stéréotypes que la société nous impose ! En tout cas félicitations pour votre écoute analytique ! Ça porte ses fruits !

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Brut.