Cannes : name dropping avec Virginie Efira

Benoît Poelvoorde, Gaspard Ulliel, Isabelle Huppert… La maîtresse de cérémonie du Festival de Cannes se prête au jeu du name dropping.

“C’est quelqu’un qui agrandissait les espaces. C’est un être rare”

Benoît Poelvoorde ? “La première fois que je l’ai rencontré, ça n’avait rien à voir avec le cinéma. J’étais dans un voyage, j’étais mariée à l’époque, en Belgique et on s’emmerdait, hein, il faut bien le dire. Et on entend la voix de Benoît Poelvoorde au loin. Et là, la vie a pris un autre tournant. C’est quelqu’un qui agrandissait les espaces, je veux dire. En même temps c’est aussi la mélancolie la plus extrême. C’est un être rare” explique Virginie Efira. Brut a échangé avec Vincent Lindon, président du jury

Dans le film Sibyl, réalisé par Justine Triet, elle jouait aux côtés de Gaspard Ulliel, disparu brutalement en janvier dernier. De l’acteur, elle confie : “C’est quelqu’un qui observait, c’est l’élégance de la pensée. C’est-à-dire qu’il n’y a pas un soupçon de vulgarité en lui. C’était déjà presque comme un ange, si je puis dire”*. Mary Poppins, Tahar Rahim, Isabelle Huppert, Justine Triet… Découvrez ce qu’en pense Virginie Efira. Maîtresse de cérémonie du 75e Festival de Cannes, l’actrice est également revenu sur le cinéma : *“Je voudrais vraiment que continuent à exister des films qui soient faits avec le cœur et pas juste dans l’idée de la rentabilité parce qu’il n’y a que ça qui peut nous bouleverser, finalement”*. Comment l'acteur Gaspard Ulliel voyait son métier

avatar
Brut.