Ce que Jean-Paul Belmondo disait de lui-même en 1971

En 1971, Jean-Paul Belmondo se livrait à la télé française sur sa vie personnelle et son parcours d’acteur. Voici ce qu’il disait.

“Ce que je suis vraiment, je le garde pour moi”


“J'ai joué pas mal de durs, disons, ou de rigolos, alors les gens ont plutôt tendance, quand ils me voient dans la à me taper sur l'épaule et rigoler avec moi. Ce que je suis vraiment, je crois qu'il n'y a que moi qui le sais mais je le garde pour moi”. Jean-Paul Belmondo est mort le 6 septembre 2021 à 88 ans. L’acteur français qui a été dirigé par Alain Resnais, Jean-Luc Godard, Claude Lelouch, Claude Chabrol ou encore François Truffaut, se confiait à la télévision. “J'ai une réputation de dur, d'une part par les films que je joue, c'est-à-dire que si on m'embête, si on me marche sur les pieds, je me défends. Si on ne me les écrase pas, on est tranquille avec moi”.
L'hommage de Quentin Tarantino à Jean-Paul Belmondo


Si à l’époque il a déjà joué dans une cinquantaine de films, dont “Pierrot le Fou”, “Un singe en hiver” ou “Paris brûe-t-il ?”, il n’a été récompensé par aucun prix. Il commente : “Je n'ai jamais eu de prix nulle part. Je suis l'acteur sans prix. Enfin, ce n'est pas ce que les producteurs vous diront, parce qu'ils vous diront que j'ai un gros prix!” Il refusera plus tard le César du meilleur acteur pour “Itinéraire d’un enfant gâté” en 1989 pour des raisons personnelles. Lorsque le journaliste lui demande s’il a du talent, il répond : “C’est difficile de répondre parce que si je vous réponds: "Non, je n'en ai pas", vous allez me dire que je fais de la fausse modestie, et si je vous dis : "J'en ai", je vais avoir l'air d'une grosse tête. Disons que j'ai quelque chose, sinon je crois que je ne serais pas vedette, parce que je ne crois pas que les gens paient leurs places pour aller voir des gens qui n'ont rien du tout”.
Une vie : Catherine Deneuve


avatar
Brut.