Eddy de Pretto sur les pressions sociales subies par les garçons

Tu seras viril mon kid. Les pressions sociales subies par les garçons, Eddy de Pretto les a vécues quand il était plus jeune. C’est la "virilité abusive" dont il parle dans ses chansons. Il raconte.

Eddy de Pretto sur les pressions sociales subies par les garçons

Les pressions sociales subies par les garçons, Eddy de Pretto les a vécues quand il était plus jeune. Il raconte.

« Au même titre que : “Tu dois être dans la cuisine, ma fille, tu dois faire le repassage et tu vas bien te taire”, le gars a cette pression sociale totale qui dit que tu dois rouler des mécaniques, être costaud, porter le foyer, subvenir à la sécurité de ta famille, aux besoins et être apte à te bagarrer », estime Eddy de Pretto. Auteur, compositeur et interprète, le chanteur n'hésite pas à aborder le sujet de la virilité dans ses chansons. Sans détour.

« Je jouais le jeu du bonhomme qu’on attendait de moi »

Si Eddy de Pretto est si sensible à cette question, c’est parce qu’il a vécu cette pression pendant son enfance : « Il y avait peu le droit à une certaine sensibilité en étant un garçon. Je devais avoir les épaules fortes, dures. Je jouais le jeu du bonhomme qu’on attendait de moi. Donc, en bas de chez moi, quand j'étais à Créteil, je tenais les épaules, je faisais le mec et je jouais, et ça m'allait très bien », se souvient Eddy de Pretto,.

Pour lui, il faut s'émanciper de la virilité abusive. « Qu'on se libère de ça et qu'on puisse se dire : “Si j'ai ce penchant et si j'aime me tenir comme ça ou avoir une voix plus efféminée, ça ne fait pas de moi quelqu'un d'homosexuel, ça n'a rien à voir sur la sexualité." Je pense que c'est ça, être un homme aujourd'hui, ou être une femme, c'est pouvoir être libre de ce qu'on veut être », conclut Eddy de Pretto.

avatar
Brut.
8 juillet 2018 07:01