Élevage en cage ou en plein air : comment choisir ses œufs ?

Ça vient d'une poule élevée en cage ou en plein air ? Quand on achète des œufs, il existe un moyen très simple de le savoir…

Bien choisir ses œufs : quelques conseils

Les français consomment en moyenne 216 œufs par an. Entre les dizaines de labels, appelations et mentions proposés, difficile de s’y retrouver. Marion Wintergerst, responsable des campagnes chez Compassion In World Farming souhaite aider les consommateurs à y voir plus clair.

Deux labels reconnus : le Bio et le Label rouge

Deux labels sont reconnus : le Bio ( AB) et le Label rouge. “Le reste, c'est des mentions, des labels qui ont été créés par des particuliers, enfin des entreprises privées pour mettre en avant soit un mode nutritionnel, soit des valeurs qu'ils pourraient défendre”, affirme Marion Wintergerst.

Sur les œufs, un code permet de savoir dans quelles conditions les poules ont été élevées.

Le code 3 indique qu’elles vivent toute leur vie dans des cages, confinées, avec 750cm2 par poule. Elles sont entre 12 et 60 par cage. Ce sont les pires conditions d’élevage, ces animaux ne sortent jamais des cages. Le code 2 désigne un mode d’élevage au sol, en intérieur. Les poules ont plus de place et ne vivent pas confinées dans de micro-espaces. En revanche, elles ne voient jamais la lumière du jour, ni le sol naturel. Le code 1 est synonyme d’un élevage en plein air, sans contrainte de mouvement pour les poules qui disposent d’un grand espace. Elles ne sont en intérieur que la nuit.

Enfin, l’inscription “bio” garantit que les poules sont élevées en plein air et nourries avec une alimentation exclusivement bio.

Des oeufs de basse qualité pour les produits transformés

Il faut savoir que généralement, quand vous n'avez rien qui est indiqué, c'est assez simple, les œufs sont issus de poules élevées en cage”, indique Marion Wintergerst. Lorsque pour des pâte par exemple, les fabriquants ont utlisé des œufs bio, cela est clairement indiqué sur le sachet.

Chez CIFW, nous travaillons à une généralisation de cet étiquetage sur les œufs à tous les produits à base d'œufs. En 2017, la part d'œufs élevés en cage était de 63 %, aujourd'hui, en 2020, ce n'est plus que 47 %”, explique la responsable des campagnes de CIFW.

Donc on voit bien que le consommateur français en ayant eu accès à cette information de façon claire et transparente, il a massivement adapté ses modes de consommation et s'est tourné vers les modes d'élevage alternatifs”, conclut-elle.

avatar
Brut.