Interview Brut : Anitta et les clichés sur le "baile funk"

"Si on se réveille et qu'on voit des armes, de la drogue, du sexe et rien d'autre… Sur quoi on va chanter ?" Anitta est originaire des favelas de Rio, et son truc, c'est le "baile funk", un style musical qui souffre de nombreux clichés…

Anitta parle du « baile funk »

Le « baile funk » est souvent la cible de remarques stéréotypées et de stigmatisation. Pour la chanteuse Anitta, cette musique fait partie de sa culture.

Anitta est une chanteuse brésilienne. Elle est issue des favelas de Rio de Janeiro. D’ailleurs, on ressent ces influences dans sa musique et ses vidéos. Elle est passionnée par le « baile funk » et souhaite montrer l’aspect positif de ce genre musical, car il est victime de stéréotypes.

Musique funk synonyme de criminalité ?

« Ce n’est pas la chanson et la musique qui changent le comportement et la réalité de la vie dans la favela, c’est la vie dans la favela et la réalité qui changent les paroles et les compositions », affirme Anitta. La chanteuse explique que le gouvernement brésilien tente, à tort selon elle, de criminaliser le funk. Le genre est catégorisé ainsi car les paroles font souvent écho à la drogue, au sexe et à la violence. Ce sont, en fait, les réalités dans lesquelles vivent les interprètes de ces musiques.

Selon Anitta, si le gouvernement mettait à disposition des lieux favorisant la culture, l’accès à l’information et à l’éducation dans ces zones, alors les paroles changeraient. « Nous chantons ce que nous voyons », dit-elle. Anitta découvre le funk lorsqu’elle est plus jeune. Elle commence à se rendre aux « baile funks » dans les favelas, des fêtes de rue. Aujourd’hui, de nombreux meurtres sont commis dans ces lieux, rapporte la chanteuse. Toutefois, elle juge important d’exporter ce rythme brésilien à l’étranger.

Des remarques sexistes

Anitta a toujours aimé montré son corps. Elle reçoit parfois des critiques de la part du public. Elle pense qu’il s’agit tout simplement de sexisme. « Les gens rabaissent toujours les femmes qui aiment être libres », remarque-t-elle. La chanteuse est persuadée que si un homme agit de la même façon, il recevra des commentaires encourageants et positifs, au contraire d’une femme.

Dans sa carrière, Anitta a été accusée plusieurs fois de montrer son corps pour créer la polémique ou pour faire du chiffre. Elle souhaite que les gens arrêtent de juger la qualité du travail d’autrui, « selon la quantité de peau montrée ou non ». Enfin, elle livre un petit conseil pour apprendre le « baile funk » : lâcher prise.

avatar
Brut.