Pourquoi il ne faut pas avoir peur des spoilers dans les séries

🚹SPOILER ALERT 🚹 Vous avez peur qu'on vous spoile Game of Thrones ? VoilĂ  pourquoi vous avez tort, selon l'Ă©crivain spĂ©cialisĂ© dans la pop culture PacĂŽme Thiellement.

Les spoilers, c’est pas grave !

C’est du moins la thĂšse de PacĂŽme Thiellement, Ă©crivain spĂ©cialisĂ© dans la pop culture. Entretien.

« Si tu regardes "Game of Thrones" juste pour savoir se passer dans l'épisode, ça veut dire que tu ne mérites pas Game of Thrones », assure PacÎme Thiellement. Pour cet écrivain spécialisé dans la pop culture, spoiler une série, ce n'est pas un problÚme. Voilà pourquoi.

« Une partie des spectateurs ne savent pas exactement ce qu'ils font »

Je pense qu'il y a une partie des spectateurs qui ne savent pas exactement ce qu'ils font, c'est-à-dire qu'ils croient qu'ils regardent un spectacle, alors qu'en réalité, ils sont en train d'enregistrer des informations sur leur futur. Un vrai créateur ne devrait pas avoir peur des spoilers. Je suis trÚs surpris des créateurs qui ont peur des spoilers.

J'ai appris que Quentin Tarantino, quand il a fait The Hateful Eight, Les Huit salopards, son scĂ©nario avait circulĂ© dans un premier temps sur Internet. Il en Ă©tait dĂ©goĂ»tĂ©, et il a dĂ©cidĂ© d'Ă©crire une autre fin Ă  la place. C'est bizarre. Ça veut dire qu'il ne s'adressait qu'aux spectateurs du premier jour de projection. Parce que de toute façon, Ă  partir du moment oĂč le film Ă©tait projetĂ© une fois, des spoilers, il y en aurait. Il ne pourrait pas changer les fins chaque jour.

« On met notre ùme en connexion avec des forces qui sont dans cette fiction »

Je pense que c'est une forme de crainte qu'ont les scénaristes, qu'ont les gens qui travaillent sur un storytelling trÚs serré. Ils se disent : « Merde, on va perdre quelque chose ! On va perdre quelque chose de l'expérience, de la surprise. » Mais en réalité, à ce moment-là, ils ne font pas assez confiance à leurs spectateurs. Mais eux et les spectateurs se trompent sur ce qu'ils sont en train de faire.

Ce qu'on fait quand on regarde une sĂ©rie, c'est qu’on met notre Ăąme en connexion avec des forces qui sont dans cette fiction-lĂ  et qui nous informent de comment on va devoir continuer notre vie. Ça nous apporte des choses pour changer notre vie. C'est ça qui importe. Toute Ɠuvre d'art, c'est comme ça. Une Ɠuvre d'art, sa fonction, ce n'est pas tant d'ĂȘtre regardĂ©e pour le plaisir ou pour passer son temps ou pour la culture. Tout ça, on s'en fout ! Ce qui importe, c'est comment ça va changer notre vie.

« Les fictions nous informent de nos potentiels »

Et ça ne se joue pas au niveau de l'informationnel. Ça ne se joue pas au niveau d'une intrigue qu'il va falloir rĂ©soudre. La vĂ©ritable Ă©nigme qu'il y a dans une Ɠuvre, normalement, c'est comment elle est capable de nous regarder, ce qu'elle est capable de dire sur nous, ce qu'elle est capable de nous faire. Comment elle va changer notre vision du monde, et en changeant notre vision du monde, comment elle va changer notre maniĂšre d'agir.

En gros, ce que font les fictions, c'est qu'elles nous informent de nos potentiels. Elles nous disent : « Vous pourriez ĂȘtre ça, vous pouvez ĂȘtre ça. » Ça, c'est des choses que les fictions font. Les spoilers pour des crĂ©ations françaises sont trĂšs faibles. Personne ne spoile Inspecteur Navarro, personne ne spoile Inspecteur Moulin. Ceci dit, personne ne spoile Inspecteur Derrick non plus.

« On spoile essentiellement des séries américaines »

Je pense qu'on spoile essentiellement des sĂ©ries amĂ©ricaines parce que seules les sĂ©ries amĂ©ricaines sont spoilables. 1 : parce qu'elles sont tirĂ©es au cordeau, elles sont vraiment bien Ă©crites, ça c'est leur qualitĂ©. 2 : parce qu'elles reposent peut-ĂȘtre un peu trop sur un principe de narration hĂ©ritĂ© du rĂ©cit policier, donc d'Edgar Poe, leur crĂ©ateur.

Via Edgar Poe, on a une vision qui est apparue du rĂ©cit, pas seulement du rĂ©cit policier, mais de n'importe quel rĂ©cit qui peut ĂȘtre lu comme un rĂ©cit policier. Ce qu'Edgar Poe a inventĂ©, c'est le lecteur de romans policiers. On peut dire qu'Edgar Poe a inventĂ© le lecteur de romans spoilables ou de sĂ©ries spoilables.

avatar
Brut.