Woodkid raconte comment il a créé "Pale Yellow"

7 ans après son premier album, Woodkid revient. Brut l'a rencontré dans son studio. Voilà comment il a créé son nouveau titre "Pale Yellow".

En studio avec Woodkid

Son nouvel album est annoncé pour 2020, et il a déjà dévoilé les titres « Goliath » et « Pale Yellow ». Pour Brut, il explique comment il a composé.

Après sept ans sans enregistrer d'album, l’auteur-compositeur-interprète-réalisateur-musicien-graphiste (ouf !) Woodkid sort son nouveau titre, Pale Yellow. Une « chanson assez intime sur la dépendance aux antidépresseurs », comme il l’explique à Brut. Nous l’avons suivi en studio.

« Un sentiment un peu aigre doux dépendant de l’idée de la machine intérieure, de l’addiction »

« J’avais envie que tout soit comme intoxiqué, comme si tout était perverti. J’avais envie de parler des machines, mais des machines plus intérieures. J’ai travaillé sur une prod très mécanique », raconte Woodkid. Le son des machines est en effet constant dans tout son nouvel album. On le doit notamment au chamberlin, un instrument à clavier électromécanique.

Woodkid évoque la « machine intérieure » et la « machine extérieure », qui symbolisent l’addiction. « ‘’Pale Yellow’’ parle du moment où on prend le dernier shoot. Cette idée de ‘’c’est mon dernier verre et demain ça ira mieux’’. Un sentiment un peu aigre doux dépendant de l’idée de la machine intérieure, de l’addiction. » Une sensation qu’on retrouve dès la première phrase du titre, « release the drain and the fluid goes ». « Cette idée qu’il y a l’ouverture d’une veine, l’ouverture d’un canal qui libère un liquide », explique Woodkid.

Pour cet album, l’artiste et son équipe sont allés à Amsterdam, au Stedelijk museum. Ils ont réussi à avoir l’autorisation du musée et du sculpteur suisse Jean Tinguely pour enregistrer le son de plusieurs machines. « Jean Tinguely construit des espèces de machines à la Mad Max, complètement folles. Il a pu travailler avec des bandes téléphoniques, des sculptures synthétiques qui créent du son. On a eu l’autorisation de sampler ces instruments, un par un. »

avatar
Brut.
17 juin 2020 06:34