"Je m'appelle Hanne et je suis née intersexe"

"Je m'appelle Hanne et je suis née intersexe" En France, l'état civil ne reconnaît que le sexe masculin et féminin.

C’est quoi, être intersexe ?

Environ 2 % de la population mondiale a naît avec des organes génitaux difficiles ou impossibles à définir.

« Je m'appelle Hanne, et je suis née intersexe. Ça signifie que mon corps n'est pas clairement masculin ou féminin. » Début 2017, la mannequin Hanne Gaby Odiele a révélé être intersexe. Comme environ 2 % de la population mondiale, elle est née avec des organes génitaux difficiles ou impossibles à définir.

En France, l'état civil ne reconnaît que le sexe féminin ou masculin

« Il y a des dizaines et des dizaines de raisons d'être intersexe. On n'est pas tous traités de la même façon par le corps médical. L'intersexuation n'apparaît pas nécessairement à la naissance. Elle peut se découvrir à la puberté ou même plus tard », détaille Vincent Guillot, co-fondateur de l'Organisation internationale des intersexes.

Néanmoins, en France, l'état civil ne reconnaît que le sexe féminin ou masculin : la Cour de cassation a refusé la mention de sexe neutre en 2017. Pourtant, le Royaume-Uni, la Lettonie, le Portugal, les Pays-Bas et l'Allemagne autorisent la mention d'un sexe neutre dans l'enregistrement des certificats de naissance. En Inde, il est par ailleurs possible d'indiquer que l’on est de « sexe autre ».

« Des opérations chirurgicales considérées comme des mutilations »

En plus des pièces d'identité, les intersexes se voient parfois imposer un genre par leurs parents ou par des médecins. Alors président de la République, François Hollande avait assuré « penser à l'interdiction des opérations chirurgicales subies aujourd'hui par des enfants intersexes, de plus en plus largement considérées comme des mutilations ».

La France a été condamnée à trois reprises par l'ONU en 2016 pour des opérations sur des enfants visant à leur attribuer un sexe masculin ou féminin. Vincent Guillot s'en désole. « On n'est pas de pauvres choses pathologiques, des erreurs de la nature. On est comme les autres, sauf qu'on a des organes génitaux, et, souvent, une identité différente. Mais après… on n’est ni plus ni moins normaux ou anormaux que le reste de la population. »

avatar
Brut.