4 idées reçues sur la virginité

La défloration, le sang lors des premiers rapports, la douleur… La gynécologue obstétricienne Laura Berlingo démonte 4 idées reçues sur la virginité.

Quatre clichés sur la virginité féminine

Saignements, douleur, mythes sexistes… Laura Berlingo, gynécologue obstétricienne, démonte les idées reçues sur l’entrée dans la sexualité hétérosexuelle chez les femmes.

Le mythe de la défloration

C’est le mythe dont découlent tous les autres. On imagine l’hymen comme une membrane, comme une sorte de peau de tambour à l’entrée de la vulve. Lors de ce qu’on appelle communément la première fois, le pénis viendrait perforer cette membrane pour rentrer dans le vagin. Ça n’est absolument pas comme ça que ça se passe ! L’hymen, ce n’est pas une membrane, ce n’est pas un bouchon qui vient fermer le vagin, au contraire, c’est plutôt un petit anneau perforé qui va se modifier tout au long de l’enfance et pendant l’adolescence. Il permet de toute manière de faire écouler les règles. Donc vous voyez bien que ce n’est pas imperméable !

Le sang de la première fois

L’hymen ne doit pas forcément saigner lors des premiers rapports sexuels. Ça arrive dans environ 50 % des cas. Il peut saigner un petit peu parce qu’il a été déchiré à un endroit ou à plusieurs endroits. Mais il peut aussi se distendre, ou ne pas bouger du tout.

La douleur des premiers rapports

La douleur qu’on peut ressentir lors des premiers rapports sexuels ne vient pas systématiquement de l’hymen. Ça peut faire un petit peu mal, mais la plupart du temps, cette douleur est plutôt liée au stress, et parfois à la précipitation. Cela entraîne un manque de lubrification chez la femme et peut causer une contraction des muscles qui entourent le vagin, les muscles du périnée.

Le vagin, sanctuaire de la virginité

L’entrée dans la sexualité ne se fait pas forcément par l’hymen, ni par le vagin. Elle peut se faire de pleins de manières différentes. Il existe plein de sexualités différentes, de manières de vivre ou de ne pas vivre sa sexualité, et cela n’a pas de lien avec l’hymen. 

D’où vient le faux lien entre hymen et virginité ? C’est très ancien, on le retrouve dans plusieurs sociétés, dans plusieurs religions. C’est une vision assez patriarcale et hétéronormée. Patriarcale car s’agit de contrôler le corps des femmes, de contrôler leur sexe, de contrôler leur sexualité et de contrôler leur capacité reproductive. Parce que c’est quand même de ça qu’il s’agit. La femme reste vierge pour le mariage. Si elle tombe enceinte, ça sera forcément de son mari.

Associer rapport sexuel et pénétration, ça n’a pas de sens. Il y a des pénétrations dans le vagin qui ne sont pas des rapports sexuels, comme mettre un tampon ou une coupe menstruelle. Ça peut dilater l’hymen, et pourtant, ça n’a rien de sexuel. À l’inverse, le cunnilingus ou la masturbation externe sont réellement de la sexualité, et ils n’impliquent aucune pénétration.

avatar
Brut.
12 janvier 2020 13:20