7 questions simples sur la transidentité avec Léon

Comment se faire opérer, quel est l'impact de la testostérone... 7 questions très simples sur la transidentité avec Léon.

7 questions fréquemment entendues sur la transidentité

Léon est un homme transgenre. Pour Brut, il répond à 7 questions fréquemment entendues sur la transidentité et le processus de transition.

1. L’opération, c’est un passage obligé ?

Non”, répond Léon. Il existe plusieurs types d’opérations, de la prise d’hormones à l’opération des parties génitales, du torse, du visage… “Certaines personnes ne font aucune de ces opérations-là, et d’autres en font certaines mais pas toutes, ça dépend de chaque personne trans", ajoute-t-il.

2. Et si on veut se faire opérer, on fait comment ?

En premier, il faut réaliser qu’on est trans”, rappelle Léon. Dans un second temps, il faut réfléchir à la question d’une transition médicale ou non. Pour se faire opérer dans ce cadre, il faut auparavant réaliser plusieurs entretiens avec une équipe psychiatrique afin d’obtenir un certificat de dysphorie de genre. On peut ensuite obtenir des hormones.

3. Quelles sont les différentes opérations ?

La torsoplastie consiste à "aplatir" le torse en pratiquant une ablation des parties mammaires. La phalloplastie désigne la construction d’un pénis. La métoïdioplastie permet de créer un pénis à partir de l’agrandissement du clitoris. Mais cette liste n’est pas exhaustive. “Il y a plein d’opérations possibles pour les parties génitales”, précise Léon.

4. Et du coup, t’as quoi entre les jambes ?

Beaucoup de personnes me demandent ça que ce soit dans mes messages privés ou dans ma vie. Moi j'ai envie de vous dire, ça vous regarde pas”, répond Léon.

5. La testostérone, ça fait quoi ?

Elle baisse ta voix, elle augmente la pilosité, elle fait une répartition des graisses donc t’as les graisses au niveau des hanches qui vont monter au niveau des épaules, elle aide à la création du muscle, elle agrandit le clitoris, elle peut augmenter la libido”, explique Léon.

6. L’opération du torse, c’était important pour toi ?

Quand tu te vois dans la glace et en fait c’est toi en face qui te regarde, c’est un sentiment que j’adore”, assure Léon.

7. T’as fait ton coming-out ?

Léon explique avoir fait deux coming out dans sa vie : une fois à 14 ans, pour annoncer son homosexualité, et une fois à 20 ans, pour parler de sa transidentité. Il explique : ”Pour moi, c’est très important de partager mon histoire de coming out transgenre parce qu’on entend rarement des histoires positives et quand j’ai dit à mes parents que j’étais un garçon, les deux l’ont super bien accueilli et m’ont dit : ‘On est contents d’avoir un fils’”. Léon considère que le soutien des parents est une grande aide, mais souhaite rappeller qu'en cas d’incompréhension ou de désaccord, cela ne peut pas empêcher une personne d’un jour transitionner si elle le souhaite vraiment.

avatar
Brut.
23 février 2021 07:21