retour

Affaire des bébés nés sans bras : l'enquête d'Envoyé spécial

"Aujourd'hui, on teste des produits chimiques dans les champs avant même qu'ils soient autorisés sur le marché." Depuis 2008, 15 enfants sont nés avec des malformations aux bras dans des zones rurales françaises distinctes, à quelques kilomètres les uns des autres. Envoyé spécial a enquêté…

« Ce n'est peut-être pas dû au hasard » : l'enquête des « bébés nés sans bras »

Une première plainte contre X a été déposée le 9 août 2019 pour « mise en danger de la vie d’autrui ». Envoyé Spécial avait enquêté, pendant quatre mois, sur l'origine de ces malformations qui ont fait leur apparition dans l'Ain, le Morbihan et en Loire-Atlantique.

Depuis 2008, en France, 15 enfants sont nés avec des malformations aux bras. Tous sont nés dans trois zones rurales distinctes, à quelques kilomètres les uns des autres. Envoyé Spécial a enquêté pendant 4 mois pour tenter de comprendre. L’enquête s’est concentrée sur différents aspects : « On a des questionnements importants sur les pulvérisations de pesticides à proximité des domiciles des mamans enceintes, (…) sur ces expérimentations qui sont menées, de produits phytosanitaires qui ne sont pas encore mis sur le marché. On a des questionnements aussi sur l'eau du robinet, l'eau potable que les mamans ont consommée » précise Élise Lucet, présentatrice d’Envoyé Spécial.

Le besoin de comprendre les causes de ces malformations

Fin 2018, « l’affaire des bébés sans bras » devient publique. Avant cela, personne n'avait vraiment fait de lien entre toutes ces malformations. « On vous dit oui, c'est rare, mais ça arrive. On culpabilise, alors on se dit : à “Tiens, qu'est-ce que j'ai fait, qu'est-ce que j'ai pas fait ?” Et après, quand on se rend compte qu'il y a d'autres cas, on se sent moins seul et on se dit que, finalement, ce n'est peut-être pas dû au hasard » raconte à Envoyé Spécial Mélinda, mère de Léo, né sans main gauche.

Les parents d’enfants nés sans bras veulent avant tout comprendre, et pouvoir montrer à leurs enfants qu’ils se battent pour connaître les causes de leur malformation. « Il y a même un peu de colère de leur part, parce qu'ils ont le sentiment que l'enquête qui doit être menée par les organismes publics, est menée extrêmement tard » ajoute Élise Lucet, présentatrice d’Envoyé Spécial.

Le ministère de la Santé devrait rendre publique sa propre enquête en juin 2019. Parmi les hypothèses soulevées pour comprendre la source de ces malformations, Envoyé Spécial s'est notamment intéressé aux tests de produits chimiques dans les champs. « Aujourd'hui, il y a une pratique agricole répandue, mais très peu connue du grand public, c'est qu'on teste des produits chimiques dans les champs, avant même qu'ils soient autorisés sur le marché. Même les agriculteurs ne savent pas quels produits ils testent, parce que les firmes, au nom du secret industriel, refusent de donner ces informations » explique Virginie Vilar, réalisatrice de l’enquête sur « l’affaire des bébés nés sans bras » pour Envoyé Spécial.

Des familles en attente de réponses face à « une opacité folle »

Malgré cette enquête, Envoyé Spécial n’a pas réussi à savoir combien d’expérimentations ont été menées, si elles étaient contrôlées, ni quels produits ont été testés. « Si on sait quels produits ont été testés, on pourra éventuellement trouver une ou des molécules responsables de ces malformations » précise Virginie Vilar, réalisatrice de l’enquête sur « l’affaire des bébés nés sans bras » pour Envoyé Spécial.

L'enquête menée par Envoyé Spécial a été particulièrement difficile. « Je n'ai jamais fait de reportage où j'ai eu autant de mal à avoir des informations. C'est vraiment quelque chose qui est assez révoltant. Parce que d'un côté, il y a des familles qui ont appris à vivre avec ce drame, qui attendent des réponses et de l'autre, il y a une opacité folle » raconte Virginie Vilar, réalisatrice de l’enquête sur « l’affaire des bébés nés sans bras » pour Envoyé Spécial.

« Ce qui semble évident, c'est qu'il faut mener cette enquête et il faut la mener jusqu'au bout parce que s'il y a une cause environnementale, s'il y a une cause chimique, s'il y a un problème avec l'eau, s'il y a un problème avec l'alimentation, il faut absolument l'identifier. En apportant une réponse précise à cette enquête et donc aux familles qui sont concernées, on évitera d'autres cas de malformations » conclut Élise Lucet, présentatrice d’Envoyé Spécial.

25/04/2019 06:58mise à jour : 25/04/2019 07:36
  • 1.3m
  • 690

400 commentaires

  • Jean-Michel K.
    un jour

    On ne nous dit pas tout ! 😡😡😡

  • Maria R.
    2 jours

    j ai beaucoup de respect pour vous et votre equipe

  • Ahmed Z.
    5 jours

    🤨

  • Gildas S.
    12/11/2019 20:33

    Que des "agriculteurs" acceptent sans savoir rien du produit, les pulvériser dans leur champs, sur leur enfants... tout cela me dit que nous ne sommes pas sortis de la merde. Ce n'est pas le climat qui se réchauffe ou se refroidit comme il veut le danger mais ce sont ces POISONS Ces poisons et les CONS qui acceptent de tester n'importe quoi. Ces Lulus débiles sont aussi dangereux que les labos !

  • Gildas S.
    12/11/2019 20:30

    Méchant Meshom !!!

  • Bernard E.
    09/10/2019 19:26

    Après les résultats des autorités sanitaires qui ne trouvent aucun excès de cas dans l’Ain Lucet pourrait au moins présenter des excuses d’avoir accusé à tort les agriculteurs. Quelle horreur cette femme.... quand on sait que pour un boulot aussi nul elle touche 25000€ par mois de salaire d’argent publique

  • Maximo M.
    28/07/2019 07:39

    C’est horrible pauvre enfant 😔

  • Yasmina .
    23/07/2019 12:26

    Amazone les lobbys pays pour le silence pfff👎 honteux son aucune humanite envers les parents et leurs enfants

  • Margot L.
    23/07/2019 07:25

    CA ME FOU EN RAGE

  • Margot L.
    23/07/2019 07:25

    BEN ALORS ...QUILS METTENT LEUR COURAGE EN AVANT POUR BOUGER LES CHOSES

  • Margot L.
    23/07/2019 07:24

    BRAVO ELISE POUR VOTRE COURAGE ET VOTRE VOLONTE DE FAIRE DENONCER LES CHOSES CACHEES

  • Margot L.
    23/07/2019 07:22

    ET TOUS CEUX QUI ONT LE CANCER ....

  • Claude S.
    15/05/2019 13:27

    Vous oubliez les mariages consanguins...

  • Guillaume L.
    11/05/2019 15:59

    Votez LREM vous allez finir par les aimer 😂😂

  • Emilie R.
    10/05/2019 06:59

    Ma fille est née avec une malformation de la colonne vertébrale. Cette malformation s'est produite au 4ème mois de grossesse, juste pendant la période où le champs au bord duquel je vivais a été traité. Aucune loi n'interdit l'utilisation de produits chimiques aux abords des maisons. Seules les maisons de retraite et les écoles sont protégées (et encore... 400m autour seulement sont protégés). C'est un bon début mais vraiment pas assez encore. Personnellement je n'attends pas que le gouvernement s'active. J'ai changé mes habitudes de consommation et prêche la bonne parole autour de moi. Merci pour ces émissions qui font voir l'envers du décor à ceux qui n'en ont pas encore conscience.

  • Nadine O.
    08/05/2019 01:41

    Merci

  • Jean N.
    07/05/2019 05:27

    La lucet avait elle fermait sa gueule comme les autres ! Maintenant elle veut de la monnaie !

  • Saadïa B.
    03/05/2019 11:27

    A quand un doc sur les chemtrail's ?

  • Sevette N.
    03/05/2019 05:07

    Et oui!! Le profit avant la vie!😢🤮

  • Stellie F.
    02/05/2019 15:47

    Il faut également chercher du côté des produits d’entretien ménager qui sont extrêmement nocifs non seulement pour l’environnement mais également pour la santé, mai également des insecticides et autres bombes aérosols, et les vêtements qui pour la plupart sont remplis de métaux lourds sans oublier les cosmétiques qui sont remplis de perturbateurs en tout genre !! N’oublions pas que la peau est le plus grand organe du corps humain, la peau évacue mais également absorbe beaucoup de substances !!