retour

Affaire des bébés nés sans bras : l'enquête d'Envoyé spécial

"Aujourd'hui, on teste des produits chimiques dans les champs avant même qu'ils soient autorisés sur le marché." Depuis 2008, 15 enfants sont nés avec des malformations aux bras dans des zones rurales françaises distinctes, à quelques kilomètres les uns des autres. Envoyé spécial a enquêté…

« Ce n'est peut-être pas dû au hasard » : l'enquête des « bébés nés sans bras »

Une première plainte contre X a été déposée le 9 août 2019 pour « mise en danger de la vie d’autrui ». Envoyé Spécial avait enquêté, pendant quatre mois, sur l'origine de ces malformations qui ont fait leur apparition dans l'Ain, le Morbihan et en Loire-Atlantique.

Depuis 2008, en France, 15 enfants sont nés avec des malformations aux bras. Tous sont nés dans trois zones rurales distinctes, à quelques kilomètres les uns des autres. Envoyé Spécial a enquêté pendant 4 mois pour tenter de comprendre. L’enquête s’est concentrée sur différents aspects : « On a des questionnements importants sur les pulvérisations de pesticides à proximité des domiciles des mamans enceintes, (…) sur ces expérimentations qui sont menées, de produits phytosanitaires qui ne sont pas encore mis sur le marché. On a des questionnements aussi sur l'eau du robinet, l'eau potable que les mamans ont consommée » précise Élise Lucet, présentatrice d’Envoyé Spécial.

Le besoin de comprendre les causes de ces malformations

Fin 2018, « l’affaire des bébés sans bras » devient publique. Avant cela, personne n'avait vraiment fait de lien entre toutes ces malformations. « On vous dit oui, c'est rare, mais ça arrive. On culpabilise, alors on se dit : à “Tiens, qu'est-ce que j'ai fait, qu'est-ce que j'ai pas fait ?” Et après, quand on se rend compte qu'il y a d'autres cas, on se sent moins seul et on se dit que, finalement, ce n'est peut-être pas dû au hasard » raconte à Envoyé Spécial Mélinda, mère de Léo, né sans main gauche.

Les parents d’enfants nés sans bras veulent avant tout comprendre, et pouvoir montrer à leurs enfants qu’ils se battent pour connaître les causes de leur malformation. « Il y a même un peu de colère de leur part, parce qu'ils ont le sentiment que l'enquête qui doit être menée par les organismes publics, est menée extrêmement tard » ajoute Élise Lucet, présentatrice d’Envoyé Spécial.

Le ministère de la Santé devrait rendre publique sa propre enquête en juin 2019. Parmi les hypothèses soulevées pour comprendre la source de ces malformations, Envoyé Spécial s'est notamment intéressé aux tests de produits chimiques dans les champs. « Aujourd'hui, il y a une pratique agricole répandue, mais très peu connue du grand public, c'est qu'on teste des produits chimiques dans les champs, avant même qu'ils soient autorisés sur le marché. Même les agriculteurs ne savent pas quels produits ils testent, parce que les firmes, au nom du secret industriel, refusent de donner ces informations » explique Virginie Vilar, réalisatrice de l’enquête sur « l’affaire des bébés nés sans bras » pour Envoyé Spécial.

Des familles en attente de réponses face à « une opacité folle »

Malgré cette enquête, Envoyé Spécial n’a pas réussi à savoir combien d’expérimentations ont été menées, si elles étaient contrôlées, ni quels produits ont été testés. « Si on sait quels produits ont été testés, on pourra éventuellement trouver une ou des molécules responsables de ces malformations » précise Virginie Vilar, réalisatrice de l’enquête sur « l’affaire des bébés nés sans bras » pour Envoyé Spécial.

L'enquête menée par Envoyé Spécial a été particulièrement difficile. « Je n'ai jamais fait de reportage où j'ai eu autant de mal à avoir des informations. C'est vraiment quelque chose qui est assez révoltant. Parce que d'un côté, il y a des familles qui ont appris à vivre avec ce drame, qui attendent des réponses et de l'autre, il y a une opacité folle » raconte Virginie Vilar, réalisatrice de l’enquête sur « l’affaire des bébés nés sans bras » pour Envoyé Spécial.

« Ce qui semble évident, c'est qu'il faut mener cette enquête et il faut la mener jusqu'au bout parce que s'il y a une cause environnementale, s'il y a une cause chimique, s'il y a un problème avec l'eau, s'il y a un problème avec l'alimentation, il faut absolument l'identifier. En apportant une réponse précise à cette enquête et donc aux familles qui sont concernées, on évitera d'autres cas de malformations » conclut Élise Lucet, présentatrice d’Envoyé Spécial.

25/04/2019 06:58mise à jour : 25/04/2019 07:36
  • 1.3m
  • 907

187 commentaires

  • Stanley d.
    26/08/2019 20:36

    on ne parle pas des conséquences du tabac et de la pilule !!! pourtant b là il y aurait à piocher !!!

  • Laetitia V.
    23/08/2019 19:41

    Merci Elise lucet de faire si bien votre métier de journaliste d'investigation

  • Cantine T.
    23/08/2019 13:33

    Ne vous inquiétez pas, ils en parlent au g7 entre deux flics et deux toasts de caviar.

  • Kévin D.
    23/08/2019 12:56

    😂

  • Nelson I.
    23/08/2019 09:57

    Vive les pesticides !

  • Lea P.
    23/08/2019 08:10

    Merci Élise Lucet de cette ténacité et votre investissement 💞💚

  • Bernard C.
    23/08/2019 06:24

    Les nanoparticules 😭😭

  • Isabelle R.
    23/08/2019 05:40

    Est ce que quelqu'un a juste soulevé que ces fameux agriculteurs qui testent des nou eaux produits phytosanitaires sans savoir ce que C est sont quand même rétribués par les sociétés qui leur fournissent ces nouveaux traitements. Ces agriculteurs sont des inconscients irresponsables et profiteurs sur le dos des consommateurs.

  • Odile F.
    22/08/2019 15:22

    Arnoo Shaiyk

  • Pape A.
    22/08/2019 14:50

    Elize vient au Sénégal

  • Nicko C.
    22/08/2019 10:17

    Et tout le monde s'en fou. 😠

  • Julie M.
    22/08/2019 07:24

    En ce qui concerne l'affaire des bébés sans bras je vous conseil cette vidéo qui explique un peu pourquoi il n'y a rien d'étrange là dedans. Ces pauvres enfants n'ont juste pas eu de chance ... https://youtu.be/AD0QAl7kdyA

  • Michel S.
    22/08/2019 05:39

    Merci Mme Lucet pour vos émissions, vous redonnez ses lettres de noblesse au vrai journalisme

  • Syssy d.
    22/08/2019 02:22

    A nous autres des pays « sous développés « ,n’oublions jamais que voilà ce qu’ils appellent développement !

  • Hil T.
    22/08/2019 01:59

    (114) Il n'y a rien de bon dans la plus grande partie de leurs conversations secrètes, sauf si l'un d'eux ordonne une charité, une bonne action, ou une conciliation entre les gens. Et quiconque le fait, cherchant l'agrément d'Allah, à celui-là Nous donnerons bientôt une récompense énorme. (115) Et quiconque fait scission d'avec le Messager, après que le droit chemin lui est apparu et suit un sentier autre que celui des croyants, alors Nous le laisserons comme il s'est détourné, et le brûlerons dans l'Enfer. Et quelle mauvaise destination! (116) Certes, Allah ne pardonne pas qu'on Lui donne des associés. A part cela, Il pardonne à qui Il veut. Quiconque donne des associés à Allah s'égare, très loin dans l'égarement. (117) Ce ne sont que des femelles qu'ils invoquent, en dehors de Lui. Et ce n'est qu'un diable rebelle qu'ils invoquent. (118) Allah l'a (le Diable) maudit et celui-ci a dit: «Certainement, je saisirai parmi Tes serviteurs, une partie déterminée. (119) Certes, je ne manquerai pas de les égarer, je leur donnerai de faux espoirs, je leur commanderai, et ils fendront les oreilles aux bestiaux; je leur commanderai, et ils altèreront la création d'Allah. Et quiconque prend le Diable pour allié au lieu d'Allah, sera, certes, voué à une perte évidente. (120) Il leur fait des promesses et leur donne de faux espoirs. Et le Diable ne leur fait que des promesses trompeuses. (121) Voilà ceux dont le refuge est l'Enfer. Et ils ne trouveront aucun moyen d'y échapper!

  • Nico M.
    21/08/2019 20:09

    https://www.pseudo-sciences.org/Glyphosate-sur-France-2-decryptage-de-deux-heures-de-desinformation

  • Régine R.
    21/08/2019 19:59

    Pas de bras.....bon je sors !

  • Camille C.
    21/08/2019 19:54

    c'est le fameux reportage des enfants sans bras ...

  • Nico B.
    21/08/2019 13:18

    On appelle ça des zones test. Bientôt la même chose avec la 5g. Elle va être tester dans les zones blanches. Ils annoncent ça comme un cadeau, mais on en reparlera dans quelques temps. Profitez bien de vos oiseaux dans vos jardins ça va pas durer, prévoyez une bonne mutuelle et un plan prévoyance, si vous voyez ce que je veux dire.

  • Line S.
    21/08/2019 13:12

    c'est déjà pas normal au départ .

Abonnez-vous gratuitement à myBrut, le magazine digital de la communauté Brut

Abonnez-vous gratuitement à myBrut, le magazine digital de la communauté Brut

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des emails de Brut.