Covid-19 : 8 questions simples sur la pharmacovigilance

1 cas d'effet indésirable de nature allergique a été annoncé parmi les 138 000 premiers vaccinés contre le Covid en France. Ces effets indésirables, qu'en sait-on ? Et qu'en fait-on ? 8 questions très simples sur les effets secondaires.

8 questions que l’on se pose sur la surveillance du vaccin contre le COVID-19

Clément Goehrs est médecin de santé publique et le cofondateur de Synapse Medicine. Pour Brut, il répond à 8 questions que l’on se pose sur la surveillance des effets secondaires du Covid-19, la pharmacovigilance.

Ma grand-mère connaît des symptômes après avoir été vaccinée. Que faire ?

En cas de symptômes suite à un vaccin, il faut les déclarer sur la plateforme de signalement des effets indésirables et renseigner les informations demandées.

"Cela va être directement transmis en temps réel à l’un des 31 centres régionaux de pharmacovigilance. Des médecins, des pharmaciens sur le terrain, vont réceptionner ces informations, les lire et les traiter”, précise le médecin Clément Goehrs.

Quels sont les effets indésirables connus des vaccins contre le Covid-19 ?

Il y a des effets indésirables bénins qui sont connus et qui sont attendus dans ce vaccin, un petit peu comme celui contre la grippe”, rassure le médecin. Une douleur au point d’injection, des maux de tête ou une légère fièvre ne doivent donc pas alarmer outre mesure. Certains effets plus graves ont pu être observés, selon Clément Goehrs, en lien avec des réactions auto-immunes ou allergiques. Le système de pharmacovigilance a pour objectif de vérifier si ces effets plus sérieux se reproduisent dans la population ou si de nouvelles conséquences se développent.

Que se passe-t-il si je signale un effet indésirable ?

Tout l’enjeu de ce que déploie la France à partir de cette semaine, c’est une technologie développée en commun avec les centres de pharmacovigilance, l’Agence de sécurité du médicament et Synapse, qui va permettre de réceptionner l’ensemble des déclarations d’effets indésirables, de les pré-traiter, de les trier et de pouvoir présenter aux médecins et pharmaciens les cas qui semblent les plus graves”, explique le spécialiste.

Même si on a un énorme volume de signalements, on pourra vraiment se concentrer sur les plus graves et avoir une très grande réactivité à l’échelle de la journée, ou de la semaine”, précise-t-il.

Les professionnels de santé signalent-ils aussi des effets ?

Les professionnels de santé vaccinés ou en lien avec la chaîne de vaccination sont effectivement attentifs aux potentiels effets et signalent sur les plateformes, ou directement auprès des 31 centres régionaux, le cas échant.

Pendant combien de temps les vaccinés sont-ils suivis ?

On va vraiment avoir un suivi dans la durée pour pouvoir regarder les conséquences à court, moyen et long terme”, répond le médecin.

Les pays mettent-ils en commun leurs constatations ?

Chaque pays réalise sa surveillance au niveau national, puis tout est centralisé par l’Agence Européenne des médicaments. Puis, l’Organisation Mondiale de la Santé recoupe les informations des différentes régionales.

Quel est le nombre de vaccins autorisés en France ?

À l’heure où on se parle, en ce début janvier 2021, il y a 2 vaccins qui sont autorisés en France et la procédure d'autorisation est gérée par l’Europe, par la fameuse Agence européenne des médicaments”, explique Clément Goehrs. Plusieurs autres vaccins sont en cours de développement.

Que dire aux personnes effrayées d’aller se faire vacciner ?

Le médecin de santé publique assure comprendre les réticences. Mais il tient à rappeler l’importance de se faire vacciner, car on estime que le bénéfice estimé à ce jour plus important que le risque. “Il y a toutes les données pour se faire vacciner en toute confiance, et s’il se passait quelque chose, on le saurait très vite”, précise-t-il.

avatar
Brut.