retour

ElyKilleuse brise les tabous autour de la grossesse

"J'essaie de montrer la grossesse telle qu'elle est et telle que je la vis pour aider d'autres femmes." Défendre le "body positive", c'est l'objectif d'ElyKilleuse sur les réseaux sociaux. Aujourd'hui enceinte, voilà pourquoi elle essaie de briser certains tabous autour de la grossesse.

« Quand t’es enceinte, t’as l’impression que ton corps ne t’appartient plus »

Yasmine, créatrice du compte Ely Killeuse, est ambassadrice du mouvement body positive. Pour Brut, elle explique en quoi les femmes doivent continuer à être bienveillantes envers elles-mêmes, même pendant la grossesse.

En 2018, Brut avait rencontré Yasmine, créatrice du compte Instagram Ely Killeuse et ambassadrice du body positivism. Deux ans plus tard, enceinte, elle poursuit le même objectif : appréhender les changements du corps avec bienveillance.

« Même si le body positive est entré, ça ne veut pas dire qu’on s’aime toujours à l’infini et au-delà »

Récemment, j’ai écrit un post très compliqué à mettre en ligne. Je suis torse nu. J’avais tendance à faire des photos avec mon ventre où je tenais ma poitrine, et sur ce post-là, je ne la tiens pas. Donc on se rend compte que j’ai la poitrine qui tombe énormément. Je l’ai écrit, j’ai fait la photo et j’ai mis à peu près 15 jours avant de la publier parce que c’était très compliqué pour moi. Même si le body positive est entré, ça ne veut pas dire qu’on s’aime toujours à l’infini et au-delà.

Les messages que j’ai reçus, c’étaient énormément de messages type : « Merci parce que je suis pareille, parce que ça fait du bien de voir ça sur les réseaux sociaux, parce qu’on a l’impression que tous les seins regardent vers le plafond alors que quand on se regarde dans le miroir, ce n’est pas du tout ça. »

« Le poids, ça ne me fâche pas »

J’essaie de montrer la grossesse telle qu’elle est et telle que je la vis pour aider d’autres femmes. Il est bon de se rappeler la chance qu’on a de pouvoir porter la vie, quand on le désire bien sûr, et de pouvoir mener une grossesse à terme. Vraiment, focalisez-vous là-dessus. À partir du moment où vous n’êtes pas en danger et que le bébé n’est pas en danger, le poids que vous prenez, la taille que vous mettez ne doivent vraiment pas être votre sujet focus. Pendant ce moment-là, vous allez penser à plein d’autres choses que ça, je vous assure.

Et puis là, vient la question que tout le monde te pose quand tu es enceinte : « Combien t’as pris ? » Quand je dis 4 kilos à la personne, elle me dit : « Mais c’est pas beaucoup. Mais t’es sûre que bébé, il a tout ce qu’il faut ? » Quoiqu’il arrive, les gens trouveront toujours à redire. Et c’est tout le temps comme ça. Je suis allée à un rendez-vous médical il y a quelques jours. J’étais dans le bureau des infirmières, et l’une me dit : « On va se peser, sujet qui fâche. » Je lui dis : « Non, moi ça ne me fâche pas. »

« Mon corps est en train de faire de l’espace pour mon fils qui va arriver »

À la base, quand on a créé le corps, on ne l’a pas réfléchi pour qu’on soit toutes gaulées de la mort et pour qu’on puisse toutes faire la une des magazines. Non. Il a été réfléchi pour qu’on puisse marcher, pour qu’on puisse courir, pour qu’on puisse enlacer, pour qu’on puisse embrasser. Et puis par chance, dans mon cas, pour faire des bébés, parce qu’il faut se rappeler que ce n’est pas le cas de tout le monde et que c’est une chance.

Ce que je me dis, c’est : « Mon corps est en train de faire de l’espace pour mon fils qui va arriver. » Il est juste en train de remplir sa fonction, il est en train de faire en sorte que tout se passe bien. Et ça, c’est vraiment très important. J’ai fait une fausse couche avant cette grossesse et aujourd'hui, tout ce qui m’importe, c’est que mon bébé aille bien. Que la grossesse aille jusqu’au bout même si je dois prendre 30 kilos. Je m’en fiche, même si je passe une vie entière à retrouver mon poids d’avant ou à ne jamais le retrouver.

« Les gens arrivent, touchent ton ventre, ne te demandent même pas la permission »

Quand t’es enceinte et que ton corps change, on peut bien le vivre, mais on peut moins bien le vivre. Et puis, les gens n’ont vraiment plus cette barrière de l’intimité. L’exemple que je donne et que j’ai donné récemment dans un post, c’est quelqu’un qui me dit : « Ohlala, mais qu’est-ce que t’as pris, t’as un gros ventre. Si c’est comme ça à 8 mois, qu’est-ce que ça va donner ? » Quand t’es enceinte, t’as l’impression que ton corps ne t’appartient plus. Je connais énormément de nanas qui me racontent que les gens arrivent, touchent ton ventre, ne te demandent même pas la permission. Et tout le monde a un commentaire à faire sur le corps que tu as.

Que vous soyez enceinte ou non, c’est toujours le même conseil : suivre des gens qui vous font du bien, des gens qui vous correspondent, des gens qui vous apportent du positif. Arrêtez de suivre des gens qui vont vous culpabiliser. Ça, ça marche tout le temps, à n’importe quel moment de votre vie.

23/07/2020 06:29
  • 1.1M
  • 448
Brut - Le livre

0 commentaire

    Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

    Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

    switch-check
    switch-x
    En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Brut.