retour

L'antibiorésistance, première cause de mortalité de demain ?

En 2050, elle pourrait être l'une des premières causes de mortalité au monde. C'est l'antibiorésistance. Selon le chercheur en génétique Didier Mazel, voilà pourquoi il est important de limiter au maximum sa consommation d'antibiotiques.

L'antibiorésistance, première cause de mortalité de demain ?

En 2050, elle pourrait être l'une des premières causes de mortalité au monde. C'est l'antibiorésistance. Selon le chercheur en génétique Didier Mazel, voilà pourquoi il est important de limiter au maximum sa consommation d'antibiotiques.

« L’antibiorésistance, c’est le fait que les bactéries soient résistantes, soient devenues résistantes aux antibiotiques qu’on utilise pour traiter les infections bactériennes » explique Didier Mazel, chercheur en génétique à l’Institut Pasteur.

Si les bactéries réussissent à résister aux antibiotiques, c’est grâce à leur capacité d’adaptation. « Les bactéries ont une propriété génétique (…) qui est de pouvoir échanger des morceaux de chromosomes entre espèces bactériennes différentes. C’est un peu comme si un arbre pouvait échanger de l’ADN avec un homme ou avec un chimpanzé » précise Didier Mazel, chercheur en génétique à l’Institut Pasteur.

Les bactéries « utilisent cette propriété pour évoluer de façon extrêmement rapide et s’adapter à toute sorte de menace et en particulier, donc dans le cas des antibiotiques » ajoute Didier Mazel, chercheur en génétique à l’Institut Pasteur.

Depuis l’utilisation des antibiotiques en médecine, c’est-à-dire entre la fin des années 40 et le début des années 50, les bactéries ont utilisé cette propriété pour échanger des gènes à grande échelle et pouvoir résister à tous les antibiotiques actuellement utilisé en clinique.

Le problème, c’est que les antibiotiques sont primordiaux en chirurgie. « Avant, les chances de succès des opérations lourdes étaient faibles » précise Didier Mazel, chercheur en génétique à l’Institut Pasteur. Et la chirurgie de pointe a donc besoin des antibiotiques pour fonctionner.

« Actuellement, c’est ce genre de choses, surtout, qui est compromis par le fait qu’il y ait des bactéries qui soient virtuellement résistantes à tous les antibiotiques. Ça conduit à une surmortalité à l’hôpital, en particulier » explique Didier Mazel, chercheur en génétique à l’Institut Pasteur.

Lorsque des patients sont hospitalisés pour une infection grave, s’ils sont porteurs d’une bactérie multirésistante, ils ont « 20% de plus de chances de ne pas pouvoir être soignés et d’en mourir » précise Didier Mazel, chercheur en génétique à l’Institut Pasteur. Pour le chercheur, ce phénomène est en train de devenir un problème de santé publique majeur. « On n’a plus, actuellement, de traitement antibiotique qui puisse permettre d’éradiquer un certain nombre des bactéries qui causent des infections » ajoute Didier Mazel, chercheur en génétique à l’Institut Pasteur.

Pour lutter contre l’antibiorésistance, il faut limiter au maximum sa consommation d’antibiotiques. « Si on met pas de pression sur les médecins pour avoir des prescriptions, en particulier pour les enfants, on a quand même beaucoup plus de chances de ne pas être porteur de bactéries trop résistantes » conclut Didier Mazel, chercheur en génétique à l’Institut Pasteur.

22/07/2019 06:37mise à jour : 23/07/2019 08:33
  • 258.8K
  • 554

151 commentaires

  • Rudy P.
    01/04/2020 23:36

    l’OMS nous avertit que l’antibiorésistance pourrait tuer 10 millions d’humains tous les ans si rien n’est fait d’ici 2050 (aujourd’hui l’antibiorésistance cause déjà 12 500 morts par an en France). L’élevage industriel joue ici un rôle central : le confinement des animaux favorise le développement de bactéries multirésistantes : 38 % des antibiotiques consommés en France et 73 % des produits antimicrobiens dans le monde sont destinés aux animaux d’élevage. Combien de morts notre mode d’alimentation va-t-il encore causer ? Sans parler des animaux eux-mêmes, si nombreux qu’ils sont indénombrables…

  • Rudy P.
    01/04/2020 23:35

    l’OMS nous avertit que l’antibiorésistance pourrait tuer 10 millions d’humains tous les ans si rien n’est fait d’ici 2050 (aujourd’hui l’antibiorésistance cause déjà 12 500 morts par an en France). L’élevage industriel joue ici un rôle central : le confinement des animaux favorise le développement de bactéries multirésistantes : 38 % des antibiotiques consommés en France et 73 % des produits antimicrobiens dans le monde sont destinés aux animaux d’élevage. Combien de morts notre mode d’alimentation va-t-il encore causer ? Sans parler des animaux eux-mêmes, si nombreux qu’ils sont indénombrables…

  • Cyril O.
    05/09/2019 05:28

    Limiter les antibiotiques? Donc limiter la viande d’élevage ? 🤔

  • Oldies P.
    04/09/2019 12:49

    Ben oui. Tôt ou tard la nature régule et reprend ces droits. On a gagné 100 ans, pour la planète, cent ans ce n'est qu'une poignée de secondes.

  • Séverine B.
    04/09/2019 09:27

    Encore une bonne nouvelle !!! Et dire qu'on nous dit en parallèle de penser "positif"...

  • Christelle C.
    03/09/2019 22:31

    ta vu je t’en parlais ce week end

  • Fab B.
    03/09/2019 21:22

    Et aussi les antibiotiques dans les élevages de poulets et autres ...

  • Mata S.
    03/09/2019 19:42

    Ça fait quelques décennies qu'on le sait...

  • Nanny M.
    03/09/2019 18:04

    c ça qu’on parlait

  • Chab B.
    03/09/2019 16:20

    Vivez le présent prenez des médocs. NN bourrez vous c encore mieux

  • Karl A.
    03/09/2019 13:11

    Moi j’évite le contact humains quand les gens sont malades 😄

  • Hamza H.
    03/09/2019 12:24

    -_-

  • Marie P.
    03/09/2019 12:11

    Malheureusement , de nombreuse personnes trop crédules , persuadées par certains médias a la solde des lobbies pharmaceutiques , s imaginent que ce sont des placebos .Tant pis pour elles . ,

  • Art L.
    03/09/2019 11:02

    C’est pas nous le problème c’est toute l’industrie agroalimentaire qui en donne à tours de bras aux animaux d’élevage

  • Elolliap V.
    03/09/2019 10:22

    je suis juste prévisible en vu de 2050 tu vois 😏

  • Laura O.
    03/09/2019 10:04

    Edouard Lando

  • Tanguy D.
    03/09/2019 09:52

    Regulation de la population par les maladies resistante. Bon bha que dire que certain vont comprendre que l'argent va pas les sauvés cette fois.

  • Faycal S.
    03/09/2019 09:28

    Perso j'ai presque jamais pris d'antibiotiques, mais faut que les médecins qui prescrivent ces antibiotiques soient conscient de ce problème d'antibioresistance

  • Mauricette G.
    03/09/2019 09:27

    Les antibiotiques le moins possible. Il faut que notre corps retrouve ses défenses naturelles. J'ai été élevée avec des antibiotiques car c'était les débuts de cette méthode pour soigner les gens, c'était facile et semblait efficace. Quand j'ai eu mes enfants c'était toujours le cas. Pour un oui ou pour un non les pédiatres donnaient de l'antibiotique avec l'assentiment de la société, limiter l'absence des mamans au boulot. Mais, il y a une bonne vingtaine d'années les choses ont commencées à changer on cherchait à soigner avec de l'homéopathie. Donc, conscience ou déjà constat d'un problème non avoué. Par contre, si nous on commençait à lever le pied les animaux ont pris le relais et oui il fallait bien compenser. Oui mais les animaux, on en mange donc on continue d'en prendre. Les animaux libèrent dans la terre des matières comme nous d'ailleurs donc dans l'eau, et là toute la chaîne alimentaire est concernée, mais pas que dans les hôpitaux, tout ce que l'on vous retire même si désinfecté ensuite, les bactéries dans les salles d'hop. resistent aussi. Donc aujourd'hui nous avons un joli paquet de résistances un peu partout qui nous guette. Nous allons le payer cher. Comme quoi, quand on crée un médicament, il doit être utilisé avec parcimonie, les laboratoires doivent arrêter de vouloir faire du pognon à tout prix et vouloir vendre les médocs comme des friandises. Il faut que les laboratoires soient contrôlés reviennent dans leur pays d'origine et qu'ils n'aient pas le monopole qu'ils ne puissent faire la pluie et le beau temps avec certes des complicités à tous les niveaux.

  • L'Aso C.
    03/09/2019 09:18

    Qd on dit aux gens 10 jours de traitements c'est pas pour qu'ils arrêtent au bout de trois "passque j'ai plus mal"...

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Brut.