retour

L'appel de Ghada Hatem pour garantir le droit à l'IVG pendant le confinement

Avec 250 médecins, la gynécologue Ghada Hatem se dit prête à défier la loi pour garantir les droits des femmes à l’IVG pendant le confinement.

Pendant le confinement, l’accès à l’IVG est menacé

250 médecins alertent sur les difficultés que rencontrent les femmes souhaitant se faire avorter en période de confinement. Rencontre avec la gynécologue Ghada Hatem.

Avec 250 autres médecins, la gynécologue-obstétricienne Ghada Hatem, fondatrice de la Maison des femmes, se dit prête à défier la loi pour garantir l’accès à l’IVG pendant le confinement et le déconfinement.

Pour signer l’appel, c’est par ici.

« Les femmes sont tout aussi enceintes qu’avant »

Nous sommes inquiets.

Les femmes sont tout aussi enceintes qu’avant, et celles qui ne voulaient pas garder leur grossesse ne le veulent toujours pas. Nous espérons donc vraiment être entendues et pouvoir accueillir les femmes, qui ne vont pas manquer d’arriver sitôt le déconfinement prononcé, pour pouvoir les accompagner.

Nous avons également augmenté l’offre d’avortement médicamenteux parce que c’est une très bonne réponse. Elle permet de faire vite, elle permet de faire avec peu de déplacements. Les recommandations, aujourd’hui, sont d’avorter à domicile jusqu’à cinq semaines de grossesse et à l’hôpital jusqu’à sept semaines de grossesse.

« Les femmes ont peur de venir consulter »

Nous avons demandé au gouvernement la possibilité d’avorter à domicile jusqu’à 7 semaines de grossesse car cela nous semble plus sûr et plus facile pour les femmes. Nous attendons une réponse positive : les signaux sont en faveur de cette possibilité, ce qui est une excellente opportunité pour les femmes.

Malheureusement, malgré notre réorganisation, nous observons deux choses qui nous préoccupent. La première, c’est la baisse des consultations. Les femmes ont peur de venir. Elles ont peur parce qu’on leur a demandé de se confiner et qu’elles obéissent, elles ont peur d’être malades, elles ont peur parce qu’elles vivent avec un conjoint qui ne leur laisse probablement pas la possibilité d’aller consulter pour cette demande d’avortement.

« Nous craignons des demandes d’avortement pour lesquelles le délai sera dépassé »

Elles ont peur parce qu’elles vivent dans une famille, qu’elles sont mineures et que leurs parents ne savent même pas qu’elles ont un petit ami, qu’elles ont des rapports sexuels et qu’elles sont potentiellement enceintes. Là où les femmes pouvaient venir en prétextant aller à l’école, accompagner les enfants, aujourd’hui, elles ne viennent plus. Cela nous fait craindre des demandes d’avortement pour lesquelles le délai sera dépassé au moment du déconfinement.

Comme nous ne voulons pas que les femmes soient victimes d’une double peine – ne pas avoir pu avorter et être obligée de garder cet enfant – nous avons demandé à l’État la possibilité en sortie de déconfinement de faire des avortements normaux avec la procédure simple, qui est la procédure française, jusqu’à 14 semaines de grossesse.

« Vous avez le droit de demander une IVG, c’est un soin urgent »

Malheureusement, l’État n’a pas encore répondu à notre requête et nous avons l’impression que ce sujet est relégué comme étant non prioritaire. Notre message pour les femmes est simple : n’attendez pas. Vous avez le droit de demander une IVG, c’est un soin urgent. Vous pouvez le justifier auprès des policiers qui vous arrêteront.

Vous ne trouverez pas porte fermée parce que la plupart des centres d’avortement sont restés ouverts, et nous sommes là. Et même si des soignants sont tombés malades, la plupart d’entre eux sont revenus et sont prêts à vous accompagner. Venez, tout est organisé, tout est fait vite, simplement et sécurisé.

10/04/2020 17:11
  • 629.4K
  • 474
Brut - Le livre

209 commentaires

  • Colline L.
    17/04/2020 13:22

    Klem Antyne je n'ai jamais dis que une femme violée n'a pas le droit d'avorter.

  • Colline L.
    17/04/2020 13:15

    Klem Antyne désolé je ne vois pas ton commentaire.

  • Colline L.
    17/04/2020 12:56

    Je suis d'accord sur le fait qu'on ne devrait pas avoir le droit d'avorter pendant la vague de contamination. DES gens meurent.

  • Colline L.
    17/04/2020 12:53

    Moi ce qui me choque c'est que l'enfant commence à être formé au troisieme mois.

  • Dee S.
    16/04/2020 10:01

    Merci de faire en sorte que la liberté de disposer de son corps comme on l'entend soit maintenu dans cette situation plus de compliquée. Simone Veil vous regarde de la haut, et elle doit être très fière ❤️

  • Mathilde P.
    15/04/2020 09:53

    Vieille folle 😡

  • Gerard D.
    14/04/2020 17:16

    Vive le droits aux femmes.a decider ,libremente.

  • Odjiz O.
    14/04/2020 15:20

    "Gardé une grossesses" 🤔🤔🤔

  • Jean-François V.
    14/04/2020 11:44

    Elle est confinée depuis combien de temps elle ?

  • Yizethan A.
    14/04/2020 06:40

    Les hôpitaux remplis des personnes en train de se battre pour vivre et vous, vous êtes inquiétés car vous pouvez pas tuer en bébé qui n'a pas la faute d'avoir été conçu. PARCE QUE C'EST UN BÉBÉ, UN ÊTRE HUMAIN QUI A LE DROIT DE VIVRE. OUI A LA VIE!

  • Khalid O.
    14/04/2020 00:03

    Si sa continue, il va avoir pénurie de capote

  • Mireille D.
    13/04/2020 18:11

    Un GRAND Merci pour votre engagement

  • Vero Z.
    13/04/2020 16:45

    Les pharmacies sont ouvertes! L IVG n est pas un moyen de contraception

  • Charles V.
    13/04/2020 16:16

    Il y a déjà suffisamment de gens qui meurent a cause du coronovirus. Vous devriez penser à sauver les vies qui restent au lieu de rajouter des cadavres.

  • Ziad H.
    13/04/2020 15:10

    Bonne idée ce communiqué. Clair précis efficace. Dommage que je ne puisse pas faire une blague noire et sexiste sur ce sujet sur Facebook. Il yq qq jours j'ai reçu un avertissement de la part de leur logiciel bien pensant de surveillance. Qui autorise tout et n'importe quoi mais qui ne décode pas l'humour, ni le cynisme et encore moins le sarcasme. Vivement un monde sans gafa, avec des outils libres en open source. De toutes manières les multiples dépendances révélées par le covid doivent être correctement appréciées. Mais les lobotomises sont nombreux.

  • Flo M.
    13/04/2020 11:07

    Merci pour ce témoignage rassurant pour toutes ces femmes...

  • Arielle A.
    13/04/2020 09:18

    on l'a vue à l'OCDE, j'adore cette femme

  • Marie B.
    13/04/2020 07:43

    Je suis catholique je le dis haut et fort un avortement est un crime

  • Liliana P.
    13/04/2020 03:22

    WTF... 🤷‍♀️🤦‍♀️

  • Danièle P.
    13/04/2020 00:30

    Délais trop courts?!? Voici un fœtus de 9 semaines

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Brut.