C'est quoi, le suprémacisme blanc ?

C'est l'idéologie raciste qui a conduit un terroriste blanc à tuer 10 afro-américains à Buffalo aux États-Unis. Mais au fait, c'est quoi le suprémacisme blanc ?

OF THE La suprématie blanche est un poison. THE UNA Cette idéologie n'a pas sa place en Amérique. - Considérez-vous aujourd'hui le nationalisme blanc comme une menace croissante dans le monde ? Je ne crois pas. Je pense que c'est un petit groupe de personnes qui ont des problèmes très, très sérieux. DF Le suprémacisme blanc, c'est une idéologie raciste INJECTION KEEP THE que la "race blanche" qui affirme est menacée par l'immigration. Il y a la volonté de l'action violente, Corentin Sellin Professeur d'histoire spécialiste des États-Unis de l'action violente terroriste, comme celle de Buffalo, pour déstabiliser les sociétés, c'est ce qu'on appelle "l'accélérationnisme”. C'est l'idée qu'en provoquant des violences de masse, du terrorisme de masse, on va déstabiliser les sociétés et hâter, d'où le nom "accélérationnisme”, l'affrontement à venir, qui est selon eux inéluctable, entre les défenseurs de la race blanche et les races halogènes, selon eux étrangères. Le suprémacisme blanc aux États-Unis a pour racines immédiates des Européens. On pense à la théorie, au mythe du grand remplacement défendu tout d'abord par l'écrivain français Jean Raspail dans son roman Le Camp des Saints, puis, plus récemment, on en a aussi beaucoup parlé en France, Le Grand Remplacement défendu par Renaud Camus. Donc il y a des origines européennes, mais il ne faut pas cacher que le suprémacisme américain aussi de profondes racines aux États-Unis eux-mêmes, a aussi de profondes racines on peut penser au Ku Klux Klan, ce mouvement né après la guerre de Sécession qui voulait défendre une société de supériorité blanche, comme celle qui préexistait auparavant avec l'esclavage. Au début du 20e siècle, avec l'arrivée de nombreux immigrants qui ne sont plus anglo-saxons aux États-Unis, il y a la naissance d'un nativisme raciste qui s'incarne dans la personnalité de Madison Grant, un penseur américain racialiste qui, en 1916, publiera un essai sur la disparition de la race blanche fondatrice, selon lui, anglo-saxonne, fondatrice des États-Unis et sur la menace que faisait peser l'immigration. C'est vraiment dans les années 1970 que se forme le suprémacisme états-unien, alors, évidemment, qui est aux marges de la société, comme on dit en anglais, c'est "fringe", c'est-à-dire que c'est vraiment des groupes marginaux, clandestins, souvent. Aujourd'hui, WHITE? ces théories HY APOLOG se diffusent FOR BEING Aujourd hui Y APOLOGIZ ces théories FOR BEING ces théories WHITE? Aujourd'huiFOR BEING Aujourd'hui,WHITE? comme 4chan, via des forums en ligne, mais aussi dans les milieux et médiatiques. politiques On voit bien que cette idée diffuse bien au-delà des marges dans lesquelles elle était enfermée depuis une quarantaine d'années. C'est tout l'enjeu depuis, effectivement, l'élection de Donald Trump, c'est l'ouverture qu'il a faite du Parti républicain conservateur traditionnel vers des thèses ou des symboles UNITE qui se rattachent au “white power” ou au suprémacisme blanc. ight Comment voulez-vous les appeler? Donnez-moi un nom. Qui voulez-vous que je condamne ? Qui ? - Les suprémacistes blancs et les Proud Boys. Mais aujourd'hui, au-delà de Trump, c'est surtout le rôle du grand tribun médiatique Tucker Carlson, qui anime chaque soir sur Fox News l'émission d'opinion la plus regardée sur le câble, NEWS channel FOX EWS et à défendre la théorie du grand remplacement. L'histoire de la construction nationale des États-Unis est intimement liée avec une forme de suprémacisme blanc, d'abord par l'esclavage, ensuite avec la ségrégation des populations africaines-américaines. Il faut comprendre là qu'il y a un écho très particulier de ces théories qui sont évidemment, aujourd'hui, on le voit bien, diffusées à l'échelle internationale aussi grâce à Internet, mais elles prennent un écho très particulier aux États-Unis et avec aussi le fait que ce discours de haine, tant qu'il n'appelle pas à des violences ciblées particulières, est protégé aussi par cette spécificité américaine est protégé aussi parcette du 1er amendement qui laisse quand même une grande marge de diffusion à ces idées haineuses. C'est une parole qui peut s'exprimer librement avec des manifestations également, on l'a bien vu à Charlottesville avec ce grand rassemblement de suprémacistes néonazis qu'on aurait du mal à concevoir en France, parce que les lois et la tradition juridique sont différentes. plusieurs attentats Ces dernières années, racistes ont eu lieu à Christchurch, en 2019. en Nouvelle-Zélande, Journaliste Montage Camille de Zaluski Equipe Brut

avatar
Brut.
19 mai 2022 10:36