En Iran, deux manifestants anti-gouvernement exécutés

L’Iran exécute deux manifestants impliqués dans les manifestations contre le pouvoir. Au moins 17 autres manifestants seraient menacés également d’exécutions.

Mohsen Shekari, 23 ans et Majidreza Rahnavard, 23 ans


Jeudi dernier, Mohsen Shekari, 23 ans, reconnu coupable et condamné à mort pour avoir bloqué une rue et blessé un paramilitaire au début des manifestations, a été exécuté. Ce lundi, Majidreza Rahnavard, 23 ans également, a été pendu en public selon RFI. Il a été arrêté le 19 novembre alors qu’il tentait de fuir le pays après avoir été accusé par les autorités d’avoir assassiné, deux jours plus tôt, à l’arme blanche, deux agents de sécurité et d’en avoir blessé quatre autres.
Une actrice iranienne portée disparue après une vidéo d’elle sans foulard


17 autres personnes menacées de mort


Il s'agit de la deuxième exécution liée à des manifestations en moins d'une semaine. "L'objectif flagrant est de susciter la peur au sein de la population dans une tentative désespérée de s'accrocher au pouvoir, et de faire cesser le soulèvement populaire" a déclaré Diana Eltahawy, directrice adjointe pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord à Amnesty International.
Iran-USA : des Iraniens célèbrent la défaite de leur équipe


L’ONG internationale a identifié au moins 17 autres personnes menacées d’exécution en lien avec le soulèvement populaire. Jeudi dernier, une centaine de manifestants étaient devant l'ambassade d'Iran à Paris pour protester contre la première exécution en lien avec les manifestations. Depuis trois mois, l'Iran fait face à une vague de manifestations et protestations contre le régime iranien suite à la mort de Mahsa Amini, décédée après avoir été interpellée par la police des mœurs.
L’action des Femen devant le Louvre pour soutenir les femmes iraniennes


avatar
Brut.