Être une femme noire aux États-Unis : Serena Williams raconte

Quand Serena Williams se livrait sur sa condition de femme noire aux États-Unis.

Serena Williams sur la condition de femme noire aux États-Unis

« Beaucoup de Noirs grandissent en pensant qu'ils ne sont pas assez beaux », déplore la championne de tennis.

Serena Williams, légende du tennis, s’exprime sur les difficultés d'être une femme noire aux États-Unis.

« Il n'y avait que des personnes de couleur blanche qui jouaient au tennis »

On s'entrainait à Compton et on allait au parc. Il n'y avait que des personnes de couleur blanche qui jouaient au tennis. Donc aussi loin que je peux me souvenir, j'ai toujours su que j'étais noire, que j'étais différente à cause de ce que je faisais.

Mes parents ont toujours voulu que nous soyions fières de ce que nous sommes. Malheureusement, beaucoup de Noirs grandissent en pensant qu'ils ne sont pas assez beaux, que leur cheveux ne sont pas beaux, que leur peau est trop foncée, que leurs lèvres sont trop grosses… Mais ça, c'était avant.

« Nous sommes l'espoir et le rêve d'un esclave »

Mon père nous a toujours dit : « Si tu connais ton passé, ton avenir sera grand. » J'ai regardé des films sur l’esclavage, et ça m’a rendue fière. Ton peuple a tout enduré pour que tu puisses avoir la chance d'être ici.

Comme ce poème de Maya Angelo qui dit : « Nous sommes l'espoir et le rêve d'un esclave. » Peux-tu imaginer la puissance de ses mots ? Quand tu penses à tout ce que les esclaves ont dû endurer et le privilège qu'on a de vivre de cette manière… en étant d'une autre couleur.

avatar
Brut.