retour

L'histoire de Putzi, le plus proche confident d'Hitler

Plus proche confident d'Hitler, il deviendra l'un des plus grands informateurs de Roosevelt. C'est Putzi. Son histoire, Thomas Snegaroff la raconte dans son premier roman.

L’histoire de Putzi, avec Thomas Snegaroff

Putzi, c’est le surnom d’un proche connu d’Hitler. Thomas Snegaroff, historien spécialiste des États-Unis, en a fait le personnage principal de son premier roman.

« Moi, ce qui m’intéresse dans le personnage de Putzi, c’est précisément, à travers lui, de raconter une autre histoire de l’Amérique », confie Thomas Snegaroff. Putzi, c'est l'autre nom de Ernst Hanfstaengl. C’est aussi le personnage principal du premier roman de l’historien Thomas Snegaroff, spécialiste des États-Unis. C'était également un proche d’Hitler.

Qui est Putzi ?

Cet homme naît avec la double nationalité : allemande et américaine. En effet, son père vient de Munich et sa mère est américaine. Cette double facette influence toute sa vie. « Le mystère, c’est d’aller comprendre qui est cet homme qui a été le confident le plus proche d’Hitler », estime l’historien.

« Hitler, quand il sort de prison en décembre 1924, il va chez Putzi directement. Il lui a joué du piano, du Wagner, il l’a régénéré. Ils ont été pendant quelques années extraordinairement proches. Comment cet homme s’est retrouvé à être l’informateur de Roosevelt pendant la Seconde Guerre mondiale ? Puis est reparti dans sa maison à Munich, dans laquelle il est mort et dans laquelle allait Hitler dans les années 1920 ? » 

À l’époque, lorsque les journalistes veulent voir Hitler, ils demandent Putzi. D’ailleurs, lui-même a pour ambition de marquer l’Histoire.

Les États-Unis à travers Putzi

L’historien raconte que c’est Putzi qui, à l’époque, explique à Hitler l’histoire des États-Unis. En témoignent les deux volumes de Mein Kampf. Dans ses livres, écrits entre 1924 et 1925, Hitler montre sa fine connaissance de la politique américaine. Ernst Hanfstaengl tente également de convaincre le Führer qu’une alliance entre les États-Unis et l’Allemagne est envisageable.

« Moi, ce qui m’intéresse aussi dans le personnage de Putzi, c’est à travers lui de raconter une autre histoire de l’Amérique. Une histoire de l’Amérique qui n’est pas forcément celle de la liberté, de la démocratie, de celle qui vient nous libérer de la barbarie, mais d’une Amérique qui, à un moment donné, a tangué et qui a regardé l’Allemagne nazie avec des yeux, peut-être pas de l’amour, mais avec un intérêt certain », raconte Thomas Snegaroff. 

L’influence d’Hitler sur les États-Unis

Thomas Snegaroff explique que, dans les premières années d’arrivée au pouvoir de Roosevelt, Hitler est perçu de façon positive. Il est décrit comme quelqu’un de volontaire, autoritaire et qui réutilise les moyens dont dispose l’État pour relancer l’économie. Hitler, quant à lui, voue une réelle admiration au pays nord américain. Il a notamment un portrait d’Henry Ford affiché dans son bureau dans les années 1920.

On observe donc un courant fasciste dans les États-Unis des années 1930. « Il y a des gens qui défendent un suprémacisme blanc, qui défendent des idées fascistes, qui défendent l’idée que les ennemis sont en dehors du pays et qu'il faut absolument protéger la race américaine », indique l’historien. Pour lui, Donald Trump a hérité de cette histoire. Cela se ressentirait dans ses discours et ceux de ses partisans.

01/10/2020 12:59mise à jour : 01/10/2020 13:15
  • 432.2K
  • 257

106 commentaires

  • Ines B.
    30/12/2020 02:09

    , , trop interessant

  • Pierre J.
    21/12/2020 19:39

    Il est naïf de croire que les USA étaient à 100% contre la guerre: les industriels s'en frottaient les mains (Henry Ford, antisémite notoire, disait même : peu importe qui gagne, tant que la guerre continue). Par ailleurs, Prescott Sheldon Bush, père de George Bush et grand-père de George W. Bush (anciens présidents des États-Unis) a intégré la Harriman Bank qui a abrité des dignitaires nazis. L'origine de la fortune du grand père de W est elle-même controversée car acquise en partie en faisant des affaires avec l'Allemagne nazie, avant la Seconde Guerre mondiale et l'entrée en guerre des États-Unis. Les USA étaient loin être blancs comme neige dans les deux "grandes guerres"... et ne le sont toujours pas d'ailleurs !

  • Christian B.
    21/12/2020 11:01

    Philipp Roth a si bien décrit toutes cette periode....

  • Jojo C.
    20/12/2020 20:57

    Qui a financé Adolf ? un ricain entre autres...

  • Pipounet P.
    20/12/2020 17:49

    C'était précisément un pays fasciste. Comme si la ségrégation et l'esclavage des noirs était moins grave que l'antisémitisme.

  • Françoise N.
    20/12/2020 09:00

    Instructif, je ne connaissais pas cet aspect

  • Gustave G.
    20/12/2020 06:25

    L’Amérique a bien subventionné le nazisme ...

  • Blanche D.
    20/12/2020 01:48

    Ok. Nous constatons tous que le monde est entrain de fabriquer de nouveaux nazis. C’est une réalité, la nature humaine... J’aimerais, que ceux qui s’expriment en permanence arrêtent ce constat affligeant, et qu’ils s’impliquent à nous donner des solutions. Votre popularité ne m’intéresse pas et ne servira à personne. Ce n’est ni plus ni moins que de la télé réalité. Action.

  • Henrique M.
    19/12/2020 23:12

    Alors Brut on supprime des publications "gênantes" , qui font polémique , comme l'appel de l'ineffable Clucksmann , le pseudo philosophe à l'indignation sélective ?

  • Lee T.
    19/12/2020 21:58

    Il faut sauver le soldat Putzi... c'était pas Rayan en réalité.

  • Daniel V.
    19/12/2020 21:53

    En visitant le musée de Bordeaux, il y avait une maquette d'un camp d'esclaves des Antilles et des représentations du stockage et d'empilement dans les bateaux négriers.... Le régime nazi n'avait pas de grands efforts intellectuels pour construire les couloirs de la mort car nous avions construit un système hiérarchique depuis Colbert...

  • Martyne B.
    19/12/2020 21:47

    Très intéressent, connaitre l'origine aide a comprendre les attitude du présent. Merci beaucoup

  • Régis C.
    19/12/2020 17:13

    Il a l'air intéressant

  • Hermine P.
    19/12/2020 13:57

    Très pertinent, à part que Trump, contrairement aux US et à l'Allemagne de ce temps qui luttaient contre le judéo-bolchevisme, est un vendu aux juifs sionistes! Comme il le dit lui même, il n'y a jamais eu de plus sûr et plus fidèle ami des juifs que lui, et il l'a magnifiquement prouvé en donnant Jérusalem aux sionistes.

  • Danièle B.
    19/12/2020 12:33

    Thomas Snegaroff excellent journaliste , le dimanche soir dans la très bonne émission de Karim Rissouli sur la 5

  • Jean C.
    19/12/2020 12:09

    intéressant non ? un livre qui va finir dans ma biblio ;)

  • Daniel R.
    19/12/2020 12:01

    Dans les années 30, il y a eu un gros mouvement fasciste aussi au Canada.

  • Antonin R.
    19/12/2020 11:11

    Un ouvrage qui semble intéressant !

  • Antoine B.
    19/12/2020 10:08

    tu connais le mec dont il parle ? , ça peut vous intéresser aussi =)

  • Élise L.
    19/12/2020 09:58

    C pr toi

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Brut.