retour

L'histoire de Putzi, le plus proche confident d'Hitler

Plus proche confident d'Hitler, il deviendra l'un des plus grands informateurs de Roosevelt. C'est Putzi. Son histoire, Thomas Snegaroff la raconte dans son premier roman.

L’histoire de Putzi, avec Thomas Snegaroff

Putzi, c’est le surnom d’un proche connu d’Hitler. Thomas Snegaroff, historien spécialiste des États-Unis, en a fait le personnage principal de son premier roman.

« Moi, ce qui m’intéresse dans le personnage de Putzi, c’est précisément, à travers lui, de raconter une autre histoire de l’Amérique », confie Thomas Snegaroff. Putzi, c'est l'autre nom de Ernst Hanfstaengl. C’est aussi le personnage principal du premier roman de l’historien Thomas Snegaroff, spécialiste des États-Unis. C'était également un proche d’Hitler.

Qui est Putzi ?

Cet homme naît avec la double nationalité : allemande et américaine. En effet, son père vient de Munich et sa mère est américaine. Cette double facette influence toute sa vie. « Le mystère, c’est d’aller comprendre qui est cet homme qui a été le confident le plus proche d’Hitler », estime l’historien.

« Hitler, quand il sort de prison en décembre 1924, il va chez Putzi directement. Il lui a joué du piano, du Wagner, il l’a régénéré. Ils ont été pendant quelques années extraordinairement proches. Comment cet homme s’est retrouvé à être l’informateur de Roosevelt pendant la Seconde Guerre mondiale ? Puis est reparti dans sa maison à Munich, dans laquelle il est mort et dans laquelle allait Hitler dans les années 1920 ? » 

À l’époque, lorsque les journalistes veulent voir Hitler, ils demandent Putzi. D’ailleurs, lui-même a pour ambition de marquer l’Histoire.

Les États-Unis à travers Putzi

L’historien raconte que c’est Putzi qui, à l’époque, explique à Hitler l’histoire des États-Unis. En témoignent les deux volumes de Mein Kampf. Dans ses livres, écrits entre 1924 et 1925, Hitler montre sa fine connaissance de la politique américaine. Ernst Hanfstaengl tente également de convaincre le Führer qu’une alliance entre les États-Unis et l’Allemagne est envisageable.

« Moi, ce qui m’intéresse aussi dans le personnage de Putzi, c’est à travers lui de raconter une autre histoire de l’Amérique. Une histoire de l’Amérique qui n’est pas forcément celle de la liberté, de la démocratie, de celle qui vient nous libérer de la barbarie, mais d’une Amérique qui, à un moment donné, a tangué et qui a regardé l’Allemagne nazie avec des yeux, peut-être pas de l’amour, mais avec un intérêt certain », raconte Thomas Snegaroff. 

L’influence d’Hitler sur les États-Unis

Thomas Snegaroff explique que, dans les premières années d’arrivée au pouvoir de Roosevelt, Hitler est perçu de façon positive. Il est décrit comme quelqu’un de volontaire, autoritaire et qui réutilise les moyens dont dispose l’État pour relancer l’économie. Hitler, quant à lui, voue une réelle admiration au pays nord américain. Il a notamment un portrait d’Henry Ford affiché dans son bureau dans les années 1920.

On observe donc un courant fasciste dans les États-Unis des années 1930. « Il y a des gens qui défendent un suprémacisme blanc, qui défendent des idées fascistes, qui défendent l’idée que les ennemis sont en dehors du pays et qu'il faut absolument protéger la race américaine », indique l’historien. Pour lui, Donald Trump a hérité de cette histoire. Cela se ressentirait dans ses discours et ceux de ses partisans.

01/10/2020 12:59mise à jour : 01/10/2020 13:15
  • 264.9K
  • 201
Brut - Le livre

77 commentaires

  • Diaugene M.
    08/10/2020 13:22

    On l'oublie trop souvent. Petit détail: les bombardements alliés ont bien souvent sinon toujours épargné les usines Americaines en Allemagne durant la guerre.

  • Alpha D.
    08/10/2020 11:02

    C est ce qui a été fait sans que personne ne le remarque..

  • Li L.
    08/10/2020 10:57

    Extrêmement pertinent 👌🏻

  • Sylvain C.
    07/10/2020 11:49

    Belle analyse

  • Sylvain C.
    07/10/2020 11:42

    L’histoire a montré que cela n’était pas possible, les américains convoitant toutes la part du gâteau.

  • Béné D.
    06/10/2020 05:04

    Comme d’habitude le gars ne fait qu’effleurer le sujet pour maîtriser ce qui en ressort. Lisez Anthony Sutton pour comprendre que ça n’est pas une amourette mais bien une liaison

  • Fabrice P.
    05/10/2020 19:11

    America 🤣🇺🇸

  • Fabrice P.
    05/10/2020 19:08

    la vie c'est du catch

  • Des J.
    05/10/2020 12:13

    Les américains complice ?

  • Charly M.
    05/10/2020 04:22

    En clair... Vu sa tronche, il était vraiment un déchet de l'humanité, ce type... Un emmerdeur idéaliste rêveur dans toute sa splendeur...

  • Manny P.
    04/10/2020 22:23

    Quand l'auteur dit montrer "à quel point les États-unis des années 20 ont été perméables à l'idéologie fachiste", il parle des années 1920 ou 2020 ?

  • Michaël D.
    04/10/2020 15:20

    regarde jusqu’au bout 😱

  • Nor N.
    04/10/2020 13:44

    A présent vous avez un nouveau Gobbels qui s'appelle ZEMMOUR qui prône la solution finale au MUSULMANS de france l'histoire se répète

  • Philippe M.
    04/10/2020 13:36

    Bien sûr qu’ils peuvent le reproduire je veux que cela continue depuis plus de 30 ans effectivement ce que tu dis est aussi exact il y ont travaillé mais eux n’ont pas pu reproduire ce que le Premier avait fait et c’est pour cela qu’il y a dégénérescence de la race vas-y déplace toi va visiter c’est mieux qu’Internet D’i aller comme quand j’habitais 28 ans le Brésil et j’y habite encore je viens de temps en temps à Genève chez moi c’est comme aller visiter cette ville où il y a que des jumeaux encore aujourd’hui il n’y a rien à faire les médecins essaye toujours de comprendre Et pourtant ils n’ont pas trouvé la combinaison utilisé à l’époque en 1948 pour reproduire indéfiniment sur clonage

  • Eric B.
    04/10/2020 11:57

    Puzzi et Puzzo sont sur un bateau. Puzzo tombe à l'eau. Qui c'est qui reste ?

  • Chris C.
    04/10/2020 06:39

    montre ça à schouchana et barre toi en courant 😂😂😂😂

  • Fred L.
    03/10/2020 21:30

    Intéressant. Les nazis allemands avaient des sympathisants partout en Europe, RU y compris.

  • Mamadou G.
    03/10/2020 17:12

    N'ayez pas peur de dire que un chat est un chat votre analyse est très véridique l'amérique n'a jamais cessé de marcher sur le fil du rasoir avec le fascisme

  • Tar T.
    03/10/2020 16:21

    Aujourd’hui les musulmans sont ce qu’on était les juifs dans les années 30... et tout le monde se tait comme tout le monde se taisait avant par peur ou par complaisance ou pire par complicité. L’islamophobie oun verra bien ou sa va arriver. L’histoire va refaire surface comme il y’a plus de 70ans et des nouveau hausse witsch verront le jour en Europe ... affaire à suivre

  • Chantal V.
    03/10/2020 15:55

    Comme on dit, nous apprenons tous les jours... Mais pourquoi parler de Trump ? Les afros-americains et autres américains ayant des origines différentes sont contents, contrairement à ce que l'on entend dans les médias, de D. Trump ! Il essaye de sauver ce pays des diverses crises et TOUS ces habitants .... et puis que sont les États-unis au fond ? TOUS des immigrés !

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Brut.