Le Pakistan réagit au missile indien tiré "par erreur" sur son sol

L’Inde a tiré “par erreur” un missile sur le Pakistan, qui réagit en appelant à l’ouverture d’une enquête sur l’accident.

“La cause de cet incident doit être expliquée par l’Inde”

“Un missile indien est entré sur notre territoire. Le Pakistan a réagi avec une grande retenue. Mais nous aurions pu réagir différemment”, ce sont les mots prononcés le 13 mars par Imran Khan, le Premier ministre pakistanais après le tir “par erreur’ d’un missile indien sur le sol pakistanais.

Un missile supersonique indien non armé a pénétré sur le territoire le 9 mars. “La cause de cet incident doit être expliquée par l’Inde” a déclaré le 10 mars Babar Iftikhar, général de division, direction générale des relations publiques interservices du Pakistan.

De son côté, l'Inde a reconnu un "tir accidentel", puis plus tard un "problème technique" au cours d'une opération de maintenance et a ordonné qu'une enquête soit ouverte sur l'incident.

Retrouvez notre vidéo pour tout comprendre des tensions entre l’Inde et le Pakistan, deux puissances nucléaires.

Le missile aurait volé à trois fois la vitesse du son et à 12 km du sol

Le 11 mars, c’est au tour du ministre indien de la défense de s’exprimer : “Nous avons appris qu'un missile a atterri du Pakistan. Bien que cet incident soit profondément regrettable, c'est aussi un immense soulagement qu'aucune perte humaine ne soit à déplorer.”

L'Inde n'a pas révélé de quel type de missile il s’agissait, mais selon le Pakistan, il allait à trois fois la vitesse du son et volait à 12 km du sol.

“Le Pakistan condamne fermement cette violation flagrante et souligne qu'un tel incident ne doit pas être amené à se reproduire” a ajouté Babar Iftikhar le 10 mars.

Voici les trois moments dans le monde où la guerre nucléaire a failli éclater.

Le Pakistan reproche à l’Inde ses failles techniques

Selon un accord passé en 2005 entre l'Inde et le Pakistan, chaque pays doit prévenir l'autre avant de conduire un essai de tir de missile balistique. Il doit également s'assurer que le lancement n'est pas réalisé à moins de 40 km de la frontière de la zone tampon entre les deux pays.

Le Pakistan a demandé à être associé à l'enquête et a reproché à l'Inde ses failles dans la gestion de ses armes stratégiques.

Babar Iftikhar : “Cela montre néanmoins leur manque de respect des règles de sécurité aérienne et donne une très mauvaise image de leurs aptitudes techniques et de leur efficacité procédurale.”

avatar
Brut.