Les chefs d'État répondent au coronavirus

Rassembler face au coronavirus : comment Emmanuel Macron, Donald Trump et Boris Johnson communiquent.

Covid-19 : comment les chefs d’État gèrent l’épidémie

Trump, Macron, Johnson… Brut a décrypté l’évolution de leur discours à mesure que l'épidémie de Covid-19 se propageait.

Donald Trump, 19 mars : « Nous devons nous préparer à notre grande guerre. Ce n’est pas une guerre financière, c’est une guerre et une guerre médicale. Nous devons gagner cette guerre. »

Emmanuel Macron, 16 mars : « Nous sommes en guerre, en guerre sanitaire certes. »

Boris Johnson, 17 mars : « Nous devons agir comme n’importe quel gouvernement en temps de guerre et absolument tout faire pour soutenir notre économie. »

Donald Trump, 18 mars : « C’est l’ennemi invisible. C’est toujours l’ennemi le plus résistant, l’ennemi invisible, mais nous allons vaincre l’ennemi invisible. »

Emmanuel Macron, 16 mars : « Nous ne luttons ni contre une armée, ni contre une autre nation, mais l'ennemi est là, invisible. »

Boris Johnson, 23 mars : « Nous sommes en train d’acheter des millions de tests qui nous permettront d’inverser la tendance face à cet ennemi invisible. »

Donald Trump, 18 mars : « Comme nous le savons tous, nous devons faire des sacrifices communs et c’est ce que nous faisons en tant que pays. »

Emmanuel Macron, 16 mars « Je vous demande des sacrifices pour ralentir l'épidémie. »

Boris Johnson, 20 mars : « Tout le monde est en train de faire un sacrifice énorme en ce moment pour protéger les vies des gens qui sont vulnérables face au coronavirus. »

Donald Trump, 16 mars : « Ils n’ont jamais… personne n’a jamais fait ce que nous sommes en train de faire. »

Emmanuel Macron, 16 mars : « Jamais la France n'avait dû prendre de telles décisions, évidemment exceptionnelles, évidemment temporaires en temps de paix. »

Boris Johnson, 17 mars : « C’est pourquoi nous avons annoncé les étapes d’hier à savoir, déconseiller tout contact inutile, des étapes qui sont sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale. »

Donald Trump, 11 mars : « Le coronavirus n’a aucune chance contre nous. Aucune nation n’est plus préparée ou plus résiliente que les États-Unis. »

Emmanuel Macron, 10 mars : « Nous sommes organisés et en particulier nos Samu affrontent les débuts de cette crise. »

Boris Johnson, 3 mars : « Notre pays reste extrêmement bien préparé comme il l’est depuis l’apparition de l'épidémie à Wuhan il y a plusieurs mois. »

Donald Trump, 16 mars : « Nous allons nous rassembler en une nation et nous allons vaincre le virus. Et nous allons faire une grande fête tous ensemble. »

Emmanuel Macron, 15 mars : « Cette crise, nous la relèverons, la traverserons en étant responsable ensemble et chacun, chacun pour soi et pour les autres. »

Boris Johnson, 9 mars : « Mais si nous continuons à nous occuper les uns des autres, à nous rassembler autour d’un effort uni et national, je n’ai aucun doute que nous pouvons et que nous allons relever ce défi. »

avatar
Brut.