Covid-19 : médecin, Louise témoigne

Louise est médecin généraliste dans le Haut-Rhin, un des principaux foyers de l'épidémie en France. Dans son cabinet, les patients qui présentent les symptômes dus au coronavirus défilent. Elle raconte.

Une médecin généraliste du Haut-Rhin face à l’épidémie de Covid-19

« On est un petit peu des soldats envoyés à la guerre avec pas beaucoup d’armes. Même pas d’armes, en fait. » Brut a suivi Louise Fluhr, médecin généraliste dans le Haut-Rhin.

« Des cas supposés de Covid-19, c’est quasiment tous les jours, je dirais huit par jour. Et il y a des profils relativement plus graves, je dirais un à deux par jour. » Louise Fluhr est médecin généraliste dans le Haut-Rhin, un des principaux foyers de l’épidémie de Covid-19 en France. Brut l’a rencontrée.

« Mon masque a été offert par un patient »

« C’est horrible, il y a un stress énorme. J’ai pas de mots, c’est atroce. La peur d’être contaminée, oui, elle est là. Surtout la peur de transmettre aux autres, de transmettre à notre famille, d’être vecteur pour les autres patients. J’ai emballé mon téléphone dans un sac de congélation. Mon masque a été offert par un patient. Ça vient d’une carrosserie », témoigne Louise Fluhr.

À quelques kilomètres de son cabinet, un hôpital militaire de campagne a été installé sur le parking de l'hôpital de Mulhouse, submergé par l’épidémie. « Je suis rassurée que des mesures de confinement aient été prises. Mais pour nous, dans l’Est, c’est tard. Ce qu’on entend dans les hôpitaux, ce qu’il s’y passe, c’est abominable. J’ai espoir que ce soit moins dramatique dans le reste de la France » rappelle tout de même Louise Fluhr.

La médecin généraliste l’avoue : elle a peur de transmettre le Covid-19 à sa famille, et les crises d’angoisse se répètent. « Quand on est dans le feu de l’action, on est moins inquiet. Mais quand on se pose un peu, qu’on réfléchit à la journée qu’on a eue, aux patients qu’on a vus et à ce qu’ils peuvent devenir, c’est très prenant et on dort mal. »

avatar
Brut.