Si je voulais avorter dans le monde

Pour avorter en Pologne, les femmes devront désormais prouver que leur grossesse est le résultat d'un viol ou d'un inceste, ou qu'elle met leur vie en danger. Si je voulais avorter dans le monde…

L’accès à l’avortement dans le monde

Les pays sont loin d’être égaux en matière de droit à l’avortement. Voici un panorama des plus grands écarts…

Royaume-Uni et Pays-Bas

Au Royaume-Uni, l’IVG peut être pratiquée jusqu’à 24 semaines. C’est l’un des délais les plus élevés d’Europe avec les Pays-Bas.

Pologne

En Pologne, l’avortement est quasiment illégal. En octobre 2020, le Tribunal constitutionnel a interdit l’IVG en cas de “malformation grave et irréversible” du fœtus. Les femmes polonaises ne peuvent désormais recourir à l’IVG qu’en cas de viol, d’inceste ou de danger pour la vie de la mère. En 2019, 1100 avortements légaux ont été pratiqués alors qu’entre 100 000 et 200 000 Polonaises auraient recours à l’IVG chaque année.

France

En France, l’avortement est autorisé sans restriction jusqu’à 12 semaines. En octobre 2020, une proposition de loi visant à étendre ce délai à 14 semaines a été adoptée par l’Assemblée nationale. Ce texte a finalement été rejeté par le Sénat en janvier 2021. En 2019, 232 000 IVG ont été réalisées en France. Chaque année, entre 3000 et 5000 Françaises ayant dépassé le délai légal auraient recours à un avortement à l’étranger.

États-Unis

Aux États-Unis,les conditions d’accès à l’IVG diffèrent selon les États. En 2019, l’Alabama a promulgué la loi la plus répressive des États-Unis sur l’avortement.

Argentine

En Argentine, l’avortement a été légalisé le 30 décembre 2020, après des années de lutte.

avatar
Brut.