Sur l'île d'Ikaria, les gens vivent plus longtemps qu'ailleurs

À Ikaria, on vit plus longtemps qu'ailleurs. Et c'est en grande partie grâce à la solidarité entre les habitants.

Sur l'île d'Ikaria, les gens vivent plus longtemps

Sur cette île paradisiaque au large de la mer Egée, un tiers de la population a plus de 90 ans, soit quatre fois plus que dans le reste de l’Europe.

Sur cette île paradisiaque au large de la mer Egée, les gens vivent plus longtemps qu'ailleurs. À deux heures en bateau de Mykonos et ses soirées jet-set, l’île d’Ikaria concentre un nombre incroyable de centenaires. Sur cette île montagneuse, un tiers de la population a plus de 90 ans, soit quatre fois plus que dans le reste de l’Europe.

Le secret : une alimentation saine et de l’activité physique

Les habitudes de vie à lIkaria sont l'une des principales causes de la longévité. Ici, on prend le temps de vivre : peu de stress, beaucoup de marche à pied, un lien social fort et des siestes l'après-midi. Celles-ci permettent de « réduire le niveau de catécholamines, responsables du stress de la vie quotidienne », explique la cardiologue Christina Chrysohoou.

Les habitants de l'île d’lIkaria pratiquent un régime alimentaire sain. Au menu : des herbes locales, des légumes du jardin, des fruits secs, un peu de vin local, peu de viande et aucun produit industriel transformé. Les habitants de cultivent eux-mêmes leurs légumes. Grâce à l'agriculture locale, lIkaria est presque en autosuffisance alimentaire.

Un mode de vie en péril

Les anciens continuent même de travailler, comme lonna, la doyenne de l'île. « Je ne dors pas. Je me réveille tous les jours à 5h du matin et je vais travailler. Je travaille comme une machine » raconte Ionna. Grâce à leur mode de vie, les personnes âgées sont moins touchées par le diabète, les maladies articulaires ou les maladies cardiovasculaires.

La probabilité d'atteindre 100 ans serait 10 fois supérieure qu'ailleurs. Mais l’ouverture progressive de l'île et l'attrait des nouvelles générations pour la société de consommation mettent en péril l'art de vivre des habitants d'Ikaria. « Ils sont plus obèses, ils fument et ne font plus le régime de leurs ancêtres » déplore Christina Chrysohoou.

avatar
Brut.
2 octobre 2018 07:21