retour

Thomas Snégaroff raconte l'histoire de Rodney King

"Un jeune Noir tabassé par la police. Une vidéo qui montre la scène et qui choque l'opinion publique, et des émeutes raciales dans les villes américaines. On est en 1991…"

L’histoire de Rodney King racontée par Thomas Snégaroff

Ce jeune Noir américain avait été passé à tabac par des policiers blancs en 1991. La scène, filmée, avait déclenché des émeutes aux États-Unis.

Un jeune Noir tabassé par la police. Une vidéo qui montre la scène et qui choque l’opinion publique, et des émeutes raciales dans les villes américaines. Voici l’histoire de Rodney King, racontée par l’historien Thomas Snégaroff.

Rodney King roule trop vite et refuse de s’arrêter

En mars 1991, Rodney King, un jeune Noir de 25 ans, se fait arrêter par la police sur la route de Los Angeles parce qu’il roule trop vite. Il sort d’un an de prison pour un cambriolage, il a eu des problèmes de délinquance, des problèmes d’alcool et de drogues. Ce jour-là, il refuse de s’arrêter.

La police va l’arrêter, lui part. La chasse va durer plusieurs minutes. Quand il est arrêté, après avoir roulé à très vive allure, il est avec deux amis dans sa voiture. Eux sortent, mais lui refuse de descendre. Un hélicoptère filme la scène. Deux voitures de police sont là et il y a, à ce moment-là, une altercation entre Rodney King qui refuse de sortir et les policiers qui le forcent à sortir.

Il encaisse des dizaines de coups de matraque

Des coups sont échangés, et Rodney King est littéralement tabassé : des coups de matraque, des dizaines de coups de matraque. Rodney King tombe au sol. Il est à demi-conscient – ou à demi-inconscient – et les policiers le tirent sur le ventre pour l’amener un peu plus loin, comme un animal blessé, avant que l’ambulance ne vienne le chercher.

L’ambulance l’emmène à l’hôpital. C’est là, peut-être étonnamment pour vous, qu’il est emprisonné, en tout cas maintenu sous le contrôle de la police pendant plusieurs jours. Parce qu’on considère que c’est lui qui a commis un outrage aux agents.

Un plombier filme la scène avec une caméra

S’il n’y a pas encore de téléphones portables – on est en 1991 – il y a déjà des caméras. Et à côté de l’événement que je viens de vous raconter, il y a un plombier qui adore la vidéo, qui s’appelle George Holliday. Il sort sa petite caméra et filme 9 minutes de ce qu’il s’est passé. Il est choqué. Le lendemain, il veut emmener sa bande à la police.

Il se rend dans un commissariat de Los Angeles, mais on lui dit qu’on n’est pas intéressé. Il est tellement choqué qu’il décide de porter la vidéo à une chaîne de télé locale. La télé diffuse les images, et c’est un choc absolu dans tout le pays. Il faudra plus d’un an pour que le procès puisse se tenir, en avril 1992.

Dans un premier temps, les policiers sont blanchis

Lors du procès, on va montrer les images filmées ce soir-là. Tout le monde pense que, clairement, les policiers vont être condamnés. Sauf qu’ils sont blanchis. Aucun des quatre policiers poursuivis en justice n’est condamné à quoique ce soit. Ils ressortent libres.

Ce qui est intéressant, c’est que lors de ce procès, les policiers vont mettre en avant la corpulence de Rodney King. Sa taille – il fait 1m91 – son caractère dangereux parce qu’il est puissant, parce qu’il est fort. C’est un préjugé racial qu’on rencontre dans quasiment tous les cas de figure.

Des émeutes ont lieu dans les quartiers noirs de Los Angeles

À chaque fois que des policiers sont pris dans des histoires de violences policières à l’égard des Noirs, et des hommes noirs en particulier, ils mettent en avant ce facteur : « Il était immense, il était fort, j’ai eu peur de lui et par conséquent, j’ai tiré, je l’ai étranglé, par conséquent, par conséquent, par conséquent… »

Le verdict du procès va créer un choc tel qu’immédiatement, des émeutes vont commencer à avoir lieu dans les quartiers noirs de Los Angeles. Ces émeutes sont d’une très, très grande violence : des feux partout dans la ville. Les commerces asiatiques, notamment, coréens, vont être pris pour cible. À l’époque, on se demandait pourquoi. L’explication, c’est qu’un autre événement a eu lieu peu de temps après l’histoire de Rodney King, en mars 1991.

Un drame qui fait écho au meurtre de Latasha Harlins

Une jeune adolescente noire, Latasha Harlins, a été tuée dans un magasin coréen par un femme, la patronne coréenne. La jeune fille avait dans sa poche un litre de jus d’oranges, la patronne a cru qu’elle lui volait son jus d’oranges, il y a eu une altercation entre les deux femmes et l’adolescente est sortie du magasin, la patronne lui a tiré dans le dos.

Ce qu’on a su après, c’est que la jeune fille avait dans la main 2 dollars et qu’elle comptait payer son jus d’oranges. Ce qui a mis le feu aux poudres, c’est que là aussi, la justice a été largement injuste, en tout cas très laxiste. C’est cet événement-là qui explique aussi pourquoi les magasins coréens ont été pris pour cibles.

Deux policiers sont finalement condamnés à 30 mois de prison

Rodney King bénéficie, un an plus tard, en 1993, d’un procès fédéral. Deux policiers seront condamnés à 30 mois de prison. La justice sera rendue. Quant à Rodney King, il va toucher près de 4 millions de dollars. Mais sa vie a été bouleversée. Il va sombrer dans la drogue, dans de petites formes de délinquance et mourra assez jeune, avant 50 ans. On le retrouvera noyé dans sa piscine, certainement après avoir pris des drogues.

Cette histoire va profondément changer la manière dont la police de Los Angeles travaille. On va, par exemple, équiper les policiers de caméras quasi-systématiquement sur leur uniforme. Et la police va être plus mixée : on avait 60 % de Blancs en 1992, on a aujourd’hui 30 % de Blancs, beaucoup de Latinos, des Africains-Américains.

Cette police est aujourd’hui plus appréciée par la population, bien plus qu’il y a quelques années. Les caméras vont d’ailleurs se multiplier dans beaucoup de polices. Mais on l’a vu dans le cas de George Floyd, même quand les policiers sont filmés, ils commettent parfois l’irréparable.

02/06/2020 06:29
  • 5M
  • 3K

573 commentaires

  • Leopold S.
    07/03/2021 15:57

    Mais finalement je ne vous comprend pas...faut respecter les forces de l'ordre. c'est aussi simple que ça. Et pourquoi toujours en majorité les noirs ?

  • Frank C.
    07/03/2021 10:53

    Toujours plus vieille la vidéo mdr Pas de "bavure" en ce moment, et si on ressortait les vieux dossiers histoire de remettre de l'huile sur le feu ? Pourriture de média

  • Paolo S.
    07/03/2021 09:22

    Des faits qui remontent à 30 ans c'est beau vos journalistes s'emmerdent tant que ça pour pas trouver de quoi faire un reportage pourtant des sujets il y en a comme les émeutes à Lyon pour un minot de 13 ans qui a fait le con en scooter et qui sait pas conduire, ou alors les trafics de drogues dans les cités... Enfin bref à croire que maintenant être blanc c'est être raciste ouvrez les yeux ça marche dans les deux sens

  • Paul M.
    07/03/2021 09:05

    Bien fait pour sa gueule

  • Sam L.
    07/03/2021 01:46

    Quand est ce que les gens verront que le plus grand problème est l'autorité (et non je ne dit pas que le racisme n'est pas un problème bande de facho de la bonne parole)

  • Sylvie D.
    07/03/2021 00:34

    Reportage qui ne sert à rien si ce n est à mette de l huile sur le feu dans le contexte de merde dans lequel on vit..😡

  • Frédéric L.
    06/03/2021 18:03

    ça sert à quoi de faire ce genre de sujet brut de pomme, vous êtes piloté par qui ?

  • Anicet T.
    06/03/2021 00:28

    La police tabasse « un noir » on a droit de dire mais « un noir » tabasse un policier non… 🧐

  • Corinne B.
    05/03/2021 19:59

    Il faut arrêter de parler toujours de racisme que dans un sens car il existe aussi dans l autre quand on se fait traiter de sale blanche et qu'un jeune français blanc se fait tabasser par plusieurs individus d origine étrangère (1 contre 10) ou encore lorsque nos propres filles se font insulter parce que leur façon de se vêtir ne plait pas à certains..... Etc....

  • Stephanie L.
    05/03/2021 18:46

    Vidéo masquée vive Facebook 🥲

  • Mathieu C.
    05/03/2021 16:44

    J'hallucine ou il lui on mis une corde autour du cou ? À plusieurs moment on croirait voir une corde assez fine attacher à lui

  • Annie A.
    05/03/2021 13:58

    Rt demandez donc aux Traoré tant que vous y êtes , pour faire vos articles 😂😂😜

  • Philippe T.
    05/03/2021 11:49

    Tout à fait d’accord avec vous et en plus c’est au USA

  • Florin G.
    05/03/2021 09:55

    Incident très très vieux . Je ne voit pas l'interet de le rappeler.

  • Xavier M.
    05/03/2021 09:31

    Le mec était déjà drogué mais il a sombré dans la drogue après l'affaire 🤔 je ne cautionne pas l'acharnement loin de là mais le mec a un casier long comme les 2 bras , course poursuite en mettant forcément en danger des personnes qui n'ont rien demandé, refus de se faire contrôler le tout de nuit..... je mets au défi quiconque de ne pas surréagir ..... apres ok c'est de l'acharnement, le mec tu le neutralises, tu le menottes ça suffit tout ce qui se passe après doit être condamné c'est évident .

  • Gerard C.
    05/03/2021 06:46

    J aime ma police,merci.

  • Stephane D.
    05/03/2021 06:31

    Les states toujours les states qui vous font réagir sur des scènes surealistes. Bin en France se sont les mêmes protagonistes qui doutent sur la gueule des FDO et toujours les mêmes commentaires. J en perds mon latin, mais une règle est sûre, la force reste à la loi et si on respect plus de vidéo à la con pour alimenter la haine.

  • Samanta R.
    05/03/2021 03:58

    Bah viens chez moi prendre mon jus d'orange. Je t'attends avec le fusils.

  • Olivier A.
    05/03/2021 02:47

    Bien fait pour sa gueule il fallait obtempérer un point c'est tout

  • Vincent P.
    04/03/2021 23:55

    Il a touché 3 millions 500 dollars d indemnités et a continué à se drogué et puis il s'est noyé dans ça piscine ces du réchauffé brut tu va perdre des abonnés

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

Inscrivez-vous gratuitement à myBrut, la newsletter de Brut.

switch-check
switch-x
En continuant, vous acceptez de recevoir des e-mails de Brut.