5 bonnes nouvelles en janvier 2020

Une espèce que l’on pensait éteinte est de retour. 🙌 Mais ce n'est pas tout : voici 5 bonnes nouvelles pour la planète en ce début d’année 2020.

Ne déprimez pas, voici cinq bonnes nouvelles pour la planète

Dans plusieurs pays d’Afrique, en Russie ou aux Galapagos, des efforts conséquents sont faits pour préserver la biodiversité. Et ils portent leurs fruits.

Une bonne année pour les gorilles

En Ouganda et en République Démocratique du Congo (RDC), le nombre de gorilles des montagnes - l'une des espèces les plus menacées au monde - est en augmentation. Entre 2011 et 2019, on a recensé 59 nouveaux individus dans le parc de Bwindi (Ouganda) et la réserve de Sarambe (RDC). Additionné au dernier recensement mené dans le parc de Virunga (RDC), ce chiffre amène la population mondiale de ces gorilles à 1.063 individus.

Sursis pour le parc national du Bas-Zambèze

En Zambie, le parc national du Bas-Zambèze restera préservé. Le gouvernement du pays vient d'annoncer qu'aucune exploitation minière ne peut pour le moment être autorisée dans ce parc, le plus récent du pays. Un permis d'exploitation avait pourtant été accordé à une société australienne.

Toutefois, entretemps, le dernier rapport de l'autorité de réglementation environnementale a expiré. Pour relancer le projet, la société minière doit désormais établir son propre rapport, qui devra être validé par le gouvernement. En annonçant l'abandon du projet, le gouvernement a tenu à rappeler son engagement contre le réchauffement climatique.

Le retour d’une tortue géante

  Aux Galápagos, une espèce de tortue que l'on pensait éteinte est de retour. Alors qu'aucun individu n'avait été observé depuis 1906, une femelle Chelonoidis phantasticus a été découverte sur une île de l’archipel lors d'une expédition scientifique. Elle est pour l'instant la seule représentante connue de cette espèce de tortue géante, mais son existence offre l'espoir que d'autres individus soient présents sur l’archipel.

La rivière Mur sauvée des barrages

En Slovénie, la rivière Mur conservera son cours. Cette grande rivière qui traverse l'Autriche, la Slovénie, la Croatie et la Hongrie est aussi riche en biodiversité qu'en potentiel hydroélectrique. C'est pourquoi elle est exploitée par des barrages, notamment du côté autrichien.

Mais le gouvernement slovène vient d’annoncer qu'à l'intérieur de ses frontières, aucun barrage ne pourra être construit, ce afin d’éviter tout impact environnemental. L’Unesco vient par ailleurs de classer 13.000 hectares autour de la rivière en réserve de biosphère, ce qui renforce sa protection.

Des forêts russes protégées

En Russie, 300.000 hectares de forêts intactes ont été mis à l’abri. La région d’Arkhangelsk est désormais protégée par l'établissement d'une réserve naturelle. Il aura fallu 17 ans de négociations entre les ONG et les autorités pour parvenir à cette protection.

Dans le pays, la taïga constitue l'une des principales éco-régions. Elle absorbe le CO2, produit de l’oxygène, sert de refuge pour les animaux… Cependant, ces vastes forêts de conifères sont aussi exploitées pour leur bois.

avatar
Brut.
12 janvier 2020 07:24